En mer, par 6 à 7 Beaufort

Ce matin nous voulions du vent, ça tombe bien : la météo annonçait un vent sud-sud-ouest de 30 km/h, avec des rafales à 50 km/h.

A l’initiative d’Eric, nous partons en kayak de mer du Spot Iroise, un peu avant le lever du jour. Nous faisons route au sud, vers la pointe Marloux. A Porz-Meur nous marquerons une pause dans l’abri du port. Ce sera l’occasion de parler photo, logiciels, retouche, appareils numériques, étanches ou pas. Gilbert en connaît un bout sur le sujet, il nous parle de fichier RAW, de point blanc, de point noir. Heureusement, il explique les termes techniques pour que je puisse comprendre. Il nous décrit comment, à l’aide d’un logiciel, il révèle les détails d’une zone sombre. Rendez-vous est pris pour qu’il montre comment il travaille les photos avec ses logiciels.

On continue vers l’île Ronde, là bas nous aurons une mer plus animée, de quoi se faire plaisir. Là, je me suis dirigé avec gourmandise vers la zone où les vagues moutonnaient le plus (mer croisée), histoire de retrouver des sensations que j’aime particulièrement : la saveur salée des paquets d’eau de mer qui vous rafraîchissent, le son du kayak qui tape dans les vagues, le vent, les mouvements de balançoire, les embruns qui scintillent, le soleil ; tous les sens sont sollicités, ça vivifie, j’adore !

Au sud de l’île Ronde, nous rencontrerons un surf-ski à damier rouge et blanc, tout comme la fusée de Tintin dans « Objectif Lune ». C’est un kayakiste du CKB qui s’entraîne ce matin, en vue de prochaines compétitions. 
surf-ski "Objectif Lune" devant l'île ronde.

surf-ski « Objectif Lune » devant l’île ronde.

L’heure tourne et il nous faut prendre le chemin du retour. Autant nous avons pagayé « bout au vent » à l’aller, autant le retour va se faire à moitié en surf, avec vent arrière. Par rapport à l’aller « contre le vent » ou l’eau était « ferme », nous aurons alors l’impression de pagayer dans une eau « molle ».

Depuis notre départ, le vent a forci, nous permettant quelques belles sensations de glisse, de quoi être contents d’être venus. Éric maîtrise le surf mieux que nous et il nous attend souvent. Gilbert manifeste que c’est le bon moment pour s’entraîner aux récupérations en T, nous en ferons deux sur le retour, chacun de nous trois participant à l’exercice. L’entraînement aux récupérations en T dans les vagues sera riche d’enseignements, nous avons des points à améliorer pour gagner en efficacité.

Je profite que la mer soit dansante aujourd’hui, pour m’allonger en arrière sur mon kayak de mer, en appui sur les cale-pieds, les fesses soulevées pour que les lombaires ne soient pas en appui douloureux sur le bord anguleux de l’hiloire, la tête reposant sur le pont arrière. Je pagaye en regardant le ciel, en cambrant la tête en arrière, je regarde la mer qui est derrière moi. La mer m’apparaît comme étant « en haut » et le ciel « en bas », ça déroute un peu. C’est un exercice qui permet de franchir de petites appréhensions, il est parlant quand à la stabilité du kayak qui découle de la hauteur de notre centre de gravité.
Dit plus simplement : on en revient pas de ne pas cabaner dans une position pareille. 😆

Je me redresse, encore quelques surfs, à un moment, je me suis dit : « ça y est, je vais cabaner » et puis non, l’eau n’a pas voulu de moi cette fois-ci 😉 .
N’empêche, je ferai quelques esquimautages, juste à la fin de la sortie, pour effectuer cet exercice de sécurité avec la présence du vent et des vagues. Bingo ! J’ai été étonné, lors du deuxième esquimautage, de me faire re-balancer à la baille par une vague qui m’a surpris à la réception, pareil la troisième fois (mais de l’autre côté ce coup-ci), finalement le quatrième eskimo sera mieux dosé et, surtout, plus assuré en surface.

On remonte nos kayaks de mer pour les rincer en haut de la cale, bilan : une belle matinée avec le vent, les vagues et le soleil de Bretagne. Extra, merci Eric !

Auteur : Jean-François Delcamp

En dehors de sa passion pour le kayak, Jean-François Delcamp est professeur de guitare classique au Conservatoire de Brest métropole océane.

4 pensées sur “En mer, par 6 à 7 Beaufort”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *