Randonnée en kayak de mer aux îles de Houat, Hœdic et Dumet

Itinéraire et tracé de notre randonnée en kayak de mer de la pointe de Kerpenhir aux îles de Houat, Hœdic et Dumet, en 3 jours.
Itinéraire et tracé de notre randonnée en kayak de mer de la pointe de Kerpenhir aux îles de Houat, Hœdic et Dumet, en 3 jours.

îles de Houat, Hœdic et Dumet en kayak de mer
les 16, 17, 18 août – 42 nautiques
De la pointe de Kerpenhir à l’île d’Hœdic en passant par Houat, 17 nautiques
Il y a 4 jours, j’avais contacté Yvonne, lui disant que j’étais partant pour une randonnée en kayak de mer. Quelques discussions plus tard, Yvonne m’a dit qu’elle calculait les caps et horaires, profitant au mieux des courants de marée pour notre randonnée à Houat, Hœdic et Dumet. Finalement, aujourd’hui samedi, à 12:39, nous avons donné le premier coup de pagaie, au départ de la pointe de Kerpenhir (Locmariaquer, en Bretagne sud). Durant notre ligne droite, reliant Kerpenhir à Houat, nous avons discuté des médecines douces (acupuncture, jeûne thérapeutique, homéopathie). C’est un sujet qui nous intéresse l’un comme l’autre. Sans voir le temps passer, nous arrivons sur Houat, pour une courte pause sur la plage du Gouret.

Alors que nous quittons la plage, nous remarquons une barque conçue pour les longues traversée. Nous entamons alors une discussion avec Laurent Etheimer, le propriétaire. Il compte participer, le 18 octobre, à la traversée de l’Atlantique à la rame pour rallier la Guyane à partir de Dakar. Avec notre randonnée de 41 nautiques, nous faisons « petits joueurs ». Cela ne nous empêche surtout pas de profiter du plaisir de naviguer vers Hœdic par le passage des Sœurs.

A l’arrivée, je suis tenté par une étape supplémentaire pour aller voir de plus près le phare des Cardinaux qui me semble proche. Yvonne me fait remarquer qu’il est déjà 19:00 passé et qu’avec la durée de l’aller retour, nous devrions ensuite monter nos tentes à la lumière de nos lampes frontales. J’opte alors pour un bain de mer et une petite visite des alentours de notre plage. Nous dînons peu avant que le jour ne tombe et convenons d’un lever à 05:30, en vue d’un départ pour Dumet deux heures après.

 

De l’île d’Hœdic à l’île Dumet, 10 nautiques
Un bol de céréales et un thé chaud, c’est paré pour la matinée. Comme prévu nous donnons le premier coup de pagaie à 07.30. En route pour Dumet, que nous atteindrons à 11.00. Pendant la traversée, je repère une nageoire caudale, le bond qui succède juste à côté me révèle qu’elle appartenait à l’un des membres du petit groupe de dauphins qui se dirige rapidement vers le Nord.

Alors que nous venons de débarquer sur l’Anse de Port-Manès, à l’Ouest de l’île Dumet, nous avons la chance de rencontrer deux membres de l’association « Dumet Environnement et patrimoine » accompagné de leur petit fils. L’association a été créée pour protéger et restaurer Dumet. Ils assurent la veille du week-end sur l’île, afin de prévenir d’éventuelles agressions à l’environnement. Tous deux nous informent des actions de leur association, remettent à Yvonne des documents sur le travail de l’association. Compte tenu de notre respect pour la nature, ils nous autorisent à bivouaquer ce soir, puis nous quittent pour aller déjeuner bientôt avec leurs amis.

Dans l’après midi, je visite la moitié Nord de la petite île. La moitié Sud étant interdite à l’homme par des barrières en piquets, barrières sur lesquelles sont affichées des photos de la faune et de la flore qui sont protégées ici. L’association fait actuellement les démarches nécessaire pour faire du Fort « à la Vauban » (1845) un outil pédagogique, au service de la protection du patrimoine et de l’environnement. Le soir, nous bivouaquerons, partiellement protégés du vent, dans les ruines du Fort circulaire de Ré (1756).

 

De l’île Dumet à la pointe de Kerpenhir, 15 nautiques
Lundi, nos réveils sonnent, 05:30. Sitôt la sonnerie éteinte, je dévisse le bouchon du matelas pneumatique sur lequel j’ai dormi, je reste allongé encore quelques instants, jusqu’à ce que l’air soit expulsé. La journée commence. A 06:30, nous plaçons les kayaks de mer vides sur la plage, un bref calcul d’Yvonne : à 06:30, nous entamons la 2éme heure du flot. Dans une heure, quand nous aurons fini de les charger, la mer aura monté des 2 douzièmes du marnage de ce matin. Ce calcul nous indique où placer nos kayaks, pour qu’ils soient prêts à partir dans une heure.

A 07:30, nous donnons les premiers coups de pagaie qui nous ramènerons à Locmariaquer. Nous faisons cap au 300 avec un vent de Nord qui nous rafraîchit la face et une partie de la joue droite. Ce matin nous garderons nos vareuses jusqu’à l’arrivée. Nous tenons, du mieux que nous pouvons, une ligne droite jusqu’à la pointe Saint Jacques, longeons un temps la côte, puis remontons vers Locmariaquer. Le vent contraire nous pousse à donner le meilleur de nos forces pour arriver quand même à l’heure. Yvonne pagaie avec plus de vigueur et d’efficacité que moi, mais grâce à la pagaie Werner qu’elle m’a prêté, grâce à mes efforts, j’arrive presque à suivre son rythme.

A partir de la pointe Saint Jacques, je découvre une côte que je n’avais jamais longé. Sur les hauteurs, le sentier des douaniers porte les promeneurs en quête de paysages marins. Quelques uns sont assis sur les abords du sentier, du matériel de dessin sur les genoux, un pull sur les épaules, ils croquent les nuages, la mer et ses îles.

Bientôt, nous passons le phare de Port Navalo qui, de la terre, indique l’entrée du Golfe du Morbihan. Nous nous glissons comme nous pouvons entre les routes que tracent voiliers et bateaux à moteurs, pour atterrir en face, pointe de Kerpenhir, après 6 heures de navigation en kayak de mer.

Mon épouse est venu me retrouver. Avant qu’Yvonne ne regagne Paris par la route, nous déjeunons sur la terrasse de la crêperie du port de Locmariaquer. L’heure du déjeuner est passée, mais en été la crêperie offre un service continu, dont nous sommes bien contents de profiter. En attendant nos crêpes, nos yeux, toujours gourmands, se réjouissent de la vue sur le Golfe du Morbihan.

 

.

Partager cet article :

Auteur : Jean-François Delcamp

En dehors de sa passion pour le kayak, Jean-François Delcamp est professeur de guitare classique au Conservatoire de Brest métropole.

2 réflexions sur « Randonnée en kayak de mer aux îles de Houat, Hœdic et Dumet »

  1. Bonsoir,
    Mon mari est un passionne de kayak de mer. Nous en avons un et il en fait dès qu’il peut entre St Gildas de Rhuys et Penvins ou sur le Golfe. Son reve est un bivouac Houat Hoedic mais il ne veut pas le faire seul. Pourriez vous me conseiller – c’est une ideée de
    cadeau de Noel-:)

    Karin

    1. Bonjour Karin, il faut que votre mari puisse pagayer 5 à 6 heures de suite sans problème (6 heures pour avoir de la marge), ensuite
      – soit votre mari s’inscrit à un club (comme le CKCV. Je cite le CKCV parce que c’est le plus connu, mais il y a de nombreux et excellents clubs de kayak en Morbihan ou Loire Atlantique. Ces clubs organisent des randonnées à Houat et Hoedic.

      – Autrement, vous entrez en contact avec Vincent Achard, moniteur guide de kayak de mer. Vincent Achard qui, justement, propose une très belle randonnée de 7 jours incluant Houat et Hoedic : https://www.caminokayak.com/porfolio/sejour-kayak-belle-ile-houat-et-hoedic.
      Jef

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *