La descente du Stangala, kayak en Bretagne

Le Stangala, notre parcours en kayak de rivière
Le Stangala, notre parcours en kayak de rivière

Hier, samedi 15 novembre 2014, la station Treodet, à Ergué-Gabéric, indiquait 82 cm de hauteur d’eau. Cette hauteur d’eau à Treodet indique une descente relativement facile de l’Odet dans la vallée du Stangala.

Pour suivre une progression du niveau de difficulté, Nicolas conseille d’augmenter la difficulté en passant à des niveaux d’eau de 10 et 10. Par exemple, si vous êtes à l’aise avec un niveau d’eau aux alentours de 80 cm à Treodet (ce qui correspond à une rivière de classe II) essayez ensuite à 90, puis 100. Plus le niveau d’eau augmente, plus la descente est rapide, plus les stops doivent être rapides et précis, parce que les espaces où s’arrêter sont rares et étroits.

La vallée du Stangala est considéré comme le plus « extraordinaire paysage terrien de la Basse-Cornouaille ». La portion de vallée en gorge suit, sur environ 5 kilomètres, deux lignes de failles se croisant à angle droit.
Les pentes escarpées qui bordent l’Odet dans le Stangala, dépassent par endroit 45° de pente. Le fond de la vallée est parsemé de gros blocs de pierre qui permettent des passages à gué, lors des basses eaux.

En hiver, les niveaux d’eau les plus élevés de l’année permettent d’organiser une compétition de niveau régional, appelée « La Descente du Stangala ». Cette compétition est habituellement organisée en janvier ou février.

Vers 1870, Jean-Marie Déguignet, un des rares paysans du XIXe siècle ayant écrit son autobiographie, pense installer, au retour de la guerre du Mexique, son ermitage au Stangala. « Je n’ai pas pu oublier le projet que j’avais fait d’aller, en ermite, habiter ce désert sauvagement merveilleux, où j’aurais passé ma vie au milieu de mes amies les abeilles, paisible, loin du bruit, des fracas, des tracasseries, des félonies, des canailleries et des horreurs du monde civilisé… c’est encore là que je passe les meilleurs moments de ma vie à regarder les eaux de l’Odet bondir de rocher en rocher, et à contempler ces énormes roches suspendues à cent mètres au-dessus de la rivière, ces sauvages merveilles témoins d’un immense cataclysme. »
Déguignet (Jean-Marie), Mémoires d’un paysan bas-breton, P. 434-435, Ed. Arkae, Ergué-Gabéric, 2009.

Le parcours que nous (Le club de canoë-kayak des Alligators de Landerneau) avons suivi, au départ de Tréouzon, est longé par le GR38.

Descente du Stangala
Descente du Stangala

Auteur : Jean-François Delcamp

En dehors de sa passion pour le kayak, Jean-François Delcamp est professeur de guitare classique au Conservatoire de Brest métropole.

3 réflexions sur « La descente du Stangala, kayak en Bretagne »

  1. Quien pudiera estar ahí con vosotros en un kayak de mar y recorrer esos sitios tan bonitos.- Un abrazo. Jesús.-

  2. Salut jean francois voici une super lecture pour les kayakistes en mal d aventures :  » coureurs des bois  » une traversée du Canada en kayak de Ilia klvana aux éditions transboreal

Répondre à Jean-François Delcamp Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *