Randonnée sur la côte sud du Cap Sizun en kayak

En kayak de mer de randonnée au phare de la Vieille à la pointe du Raz.

En kayak de mer de randonnée au phare de la Vieille à la pointe du Raz.

Dimanche 21 juin, Gervais, Laurence et moi nous retrouvons le soir à Pors Lesven. Gervais a prévu pour le lendemain une randonnée à Sein en visant à débarquer sur l’île à l’étale de marée basse. Des problèmes de voiture font que lundi matin nous préférons partir de Pors Théolen.

Dans la matinée nous observons que la houle ne déferle que dans la partie est de Théolen, laissant un passage à l’ouest, entre la côte et une roche. Mais à la 3ème heure du jusant, peu avant l’heure du départ, nous observons que la houle déferle, même dans la partie ouest, c’est à dire du coté de la cale. Je redoute d’être en difficulté, à l’aller comme au retour. Mes arrivés de plages dans les déferlantes sont catastrophiques. (Rassurez-vous, je suis déjà inscrit à un stage de surf avec Agnès Penisson en novembre 2015).

En remplacement, nous entamons une randonnée pédestre qui va nous mener, par le sentier côtier, à la pointe de Castelmeur, à la pointe du Van et à la cale de Vorlen, l’unique port abri de la façade ouest du Cap Sizun. Nous reviendrons à Théolen par les petites routes, à l’intérieur des terres.

Lundi soir, nous établissons notre bivouac sur la côte sud du Cap Sizun, à Pors-Tarz (juste à côté d’une maison appartenant autrefois à Lino Ventura). Cette côte sud nous offrira l’avantage d’être à l’abri de la houle.

La côte sud du Cap Sizun en kayak de mer, une randonnée de 19 nautiques.

La côte sud du Cap Sizun en kayak de mer, une randonnée de 19 nautiques.

 

 

 

Pointe Ti Deñven

Pointe Ti Deñven

Porz Loubous

Pors Loubous

Cale de Feunteun Aod

Cale de Feunteun Aod

 

 

 

 

 

Mardi matin, nous naviguons de l’Anse du Loc’h à la pointe du Raz, en passant par Pors Loubous, Feunteun Aod et Pors Bestrée, où nous pique-niquerons au retour de la pointe du Raz.

 

 

La vedette des Phares et Balises

La vedette des Phares et Balises

Cale du port de Brestrée

Cale du port de Brestrée

A Bestrée, nous rencontrerons un jeune homme, employé par une société de désamiantage. Il est en attente de la vedette qui l’amènera au phare de la Vieille, où il mettra en œuvre la lourde valise (20 kilos) qui va lui servir à mesurer la présence exacte d’amiante à l’intérieur du phare.

Peu après, nous faisons la connaissance d’un ancien gardien de phare, venu dire bonjour aux marins des Phares et Balises. Ce retraité alerte a commencé sa carrière sur Ar Men (phare en pleine mer), puis a gardé divers phares de la mer d’Iroise avant de terminer son activité, bien remplie, sur le phare d’Eckmühl (phare sur le continent).
(Dans le métier de gardien de phares on avait en France pour coutume de classer les phares. Les phares construits sur le continent étaient appelés les « paradis », ceux des îles, « les purgatoires » et ceux de pleine mer, comme Ar-Men ou la Jument, « les enfers ». Les jeunes gardiens commençaient généralement par « les enfers » pour finir leurs carrières aux « paradis ».)

 

 

L’après-midi, nous quittons Bestrée pour aller vers la pointe de Lervily.

Porz-Tarz

Pors-Tarz

En route nous rencontrerons un phoque qui se repose sur la Roche de Pors-Tarz. En voyant la réaction brusque du phoque, je comprends que ce n’est ni notre  présence, ni le bruit de notre pagayage qui l’alerte et le fait se mettre à l’eau brusquement. C’est le bruit que mon appareil photo produit à l’allumage qui a fait réagir le phoque. La leçon est apprise et, dorénavant, je désactiverai le son de l’appareil pour photographier les oiseaux et phoques.

Phoque à Porz-Tarz

Phoque à Pors-Tarz

 

 

Porz Péron

Pors Péron

Peu après avoir débarqué à l’anse du Loc’h, Gervais se renseigne quand à l’état d’avancement des travaux de réparation que le garage Sergent effectue sur sa voiture. Nous établirons le soir notre bivouac à Pors Péron, comme cela, nous serons près du garage mercredi matin. J’accompagnerai Gervais au garage et ce sera pour nous  l’occasion d’apprendre l’existence peu connue d’une des plus belles plages de sable de la côte nord du Cap Sizun.

 

Elle n’est pas belle la vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *