Randonnée en kayak de mer à Brest

Randonnée en kayak de mer à Porz-Naye.
Randonnée en kayak de mer à Porz-Naye.

Une petite sortie en solo, toute simple. A 10h, je pars en kayak de mer de la cale de Bekayak, je prends la direction de la pointe du Toulinguet. Un chemin que j’ai déjà pris bien des fois. En route je vois des remorqueurs aider un porte-conteneurs à se caser dans une forme de radoub, c’est le quotidien du port de Brest.

Il y a quelques éclaircies, je tâche de bien me placer dans le chenal pour bénéficier du maximum de courant porteur, le coefficient de ce lundi matin est de 99. 11h15, je passe la Cormorandière et je m’engage dans le goulet. Je vois déjà le rocher du Lion. Sur la rive nord du goulet, la houle est plus forte (2 mètres), alors je me rapproche de la rive sud (houle de 40 cm) et puis j’enchaîne le fort de Cornouailles et la pointe des Capucins.

Dès que j’approche de la pointe du Toulinguet, le soleil commence à briller véritablement, en prime, je suis maintenant protégé du vent du sud-ouest. Le plaisir de naviguer devient fort. Le soleil révèle toutes les couleurs de la côte, je sors l’appareil photo et commence à appuyer une première fois sur le déclencheur. Ça y est, je passe la pointe et je distingue la balise de la Louve, avec, au loin, les Tas de Pois. La côte est splendide.

Passé la Louve, je fais demi tour et rase les cailloux jusqu’à Porz Naye, où je m’arrête pour déjeuner. L’atterrissage est assez doux, la plage est protégée de la houle. Il est 14h, j’arrive donc une heure avant basse mer, je peux laisser le kayak au bord de l’eau et aller profiter de la plage.
Ici, à Porz Naye les galets ont bien des couleurs : gris, noirs, blancs, ocres, rouges, rouges strié de blanc, etc… Je me fais plaisir en les photographiant.
Le pique nique au soleil est un bonheur, je retire ma vareuse et mon pull, que je mets à sécher, il fait bon être là, au chaud.

A 15h00, je remets le kayak à l’eau et continue mon rase cailloux côté Cornouailles. Les cormorans étalent et sèchent leurs ailes au soleil, alors que les sternes font des piqués (le petit poisson est arrivé). Passé les Capucins, je croiserai un phoque solitaire.

A la Cormorandière, je prends la veine d’eau et je sens aussitôt la poussée du courant. Malgré tout, les deux derniers milles me semblent un peu longs. Comme il fait chaud sous la vareuse, je fais un premier esquimau pour me rafraîchir, et puis bientôt un deuxième. Finalement je ferai 6 esquimaux pour rester frais.

Peu avant l’arrivée, au bord de la minuscule plage d’Océanopolis, je testerai mon équilibre en m’asseyant sur le pont arrière du kayak, je ferai des manœuvres, de la godille et puis, pour rester dans les exercices techniques, une ré-entrée. Et retour à la case départ, mais la journée était splendide, j’ai le sentiment que le printemps est là, la vie est belle et c’est tant mieux.

 

 

 

Partager cet article :

Auteur : Jean-François Delcamp

En dehors de sa passion pour le kayak, Jean-François Delcamp est professeur de guitare classique au Conservatoire de Brest métropole.

Une réflexion sur « Randonnée en kayak de mer à Brest »

  1. Magnifique ta petite virée ensoleillée, c’est vrai qu’aujourd’hui c’était une belle journée printanière, très belles photos. amitiés jean.drouglazet29@

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *