L’île d’Yoc’h et la tourelle de Corn Carhai

Jolie petite rando aujourd’hui lundi 18 avril. Il y a presque pétole et complètement soleil. En arrivant sur le parking de la cale de Porspaul http://www.kayakalo.fr/cale414 j’ai la bonne surprise de retrouver Jean-Hugues, avec qui j’ai navigué et covoituré pendant des mois à l’époque où j’étais adhérent du CKB ( Canoë-Kayak Brestois ). En 2012 et 2013, nous étions sous la houlette de Marco, notre moniteur de kayak et nous faisions partie du groupe des adultes du mercredi matin. Après que Jean-Hugues soit parti retrouver sa famille pour le déjeuner, je me suis offert une petite collation, sur les rochers, avec vue imprenable sur l’archipel de Molène et l’île d’Ouessant. Je ne suis pas loin de chez Armel, à deux pas de chez Élo, mais l’un comme l’autre ne sont pas là cette semaine, je vais faire ma ballade en solitaire.

Au pied de la cale, alors que j’embarque, je rencontre un retraité pêcheur qui ramène sa caisse d’araignées, prises aux casiers. Je regarde l’heure : midi 30. C’est parfait, j’ai le temps de réaliser mon but : aller jusqu’à la tourelle de Corn Carhai, en passant par l’île d’Yoc’h. Ce sera pour moi une découverte, je n’ai approché ni l’un ni l’autre jusqu’ici. Je ne connais de la zone que le phare du Four, que j’avais visité avec Paul et Alain.

Randonnée en kayak de mer, de Porspaul à la tourelle de Corn Carhai
Randonnée en kayak de mer, de Porspaul à la tourelle de Corn Carhai

Me voila parti, je longe la côte vers le nord, la quatrième heure du flot commence à peine, je m’engage dans le chenal du Four. Passent ainsi Porscave, île Melon, le pylône radio de Kermerrien, la presqu’île Saint-Laurent, et puis l’île d’Yoc’h. Je débarque, côté sud, sur les galets d’Yoc’h. Je prends le petit sentier et monte sur les hauteurs de l’île, je verrai une maison en ruine au sud ouest et une plage de sable fin, en forme d’anse, sur la côté est. Les petites plages en forme d’anse sont mes préférées. Je retourne à mon kayak pour pagayer jusqu’à la plage et y débarque pour poursuivre ma petite visite de l’île. (Je verrai, au retour de Corn Carhai, que le sable de la plage est complètement recouvert à marée haute, pour ne laisser voir que les galets du haut. Si possible, c’est mieux de s’arrêter sur la plage à mi-marée pour pouvoir profiter du beau sable.)

La suite est tout aussi agréable. Je vois déjà les roches de Portsall et commence à distinguer la tourelle blanche. En route, je remarquerai des fous de Bassan en formation en V. J’entre dans les roches de Portsall, les oiseaux de mer foisonnent, le fait qu’il ne s’envolent pas à mon approche m’indique qu’ils se sentent à l’abri de l’homme sur ces hautes roches. Ensuite, je suis tout content de découvrir de près la plus que centenaire tourelle de Corn Carhai. Son feu s’est allumé pour la première fois en septembre 1901, la tourelle octogonale est construite en béton armé sur une des roches de Portsall. J’en fais le tour en prenant des photos sous tous les angles. Je m’efforce d’appuyer sur le déclencheur juste quand une vague crée une petite gerbe d’eau. Au retour des roches, j’entends un bruit inhabituel derrière moi, je me demande si c’est un sac qui glisse dans ma trappe arrière avec les mouvements de l’eau. Le bruit revient, on dirait qu’il est humain, en tout cas ça ressemble au bruit d’un être vivant. Peut être des plaisanciers qui bavardent et dont j’entends les bribes de conversations portées jusqu’à moi par le vent ? Le bruit reprend on dirait un souffle, oui c’est ça, à la quatrième fois, je me dis que c’est un souffle de phoque ou de dauphin, je me retourne à gauche et à droite et je ne vois rien. Encore ! Le souffle est net derrière moi, je fais pivoter mon kayak pour pouvoir mieux voir ce qui me suit, cette fois je vois le bon gros phoque qui suivait mon kayak depuis les roches de Portsall. Je fais une photo de sa tête, mais je bouge et la photo est un peu floue, il plonge et je ne le reverrai plus par la suite.
Avec ce soleil et mon pagayage soutenu, je commence à avoir soif. J’ai un alibi pour débarquer à nouveau sur la plage de l’île d’Yoc’h. Cette fois c’est pour un grand thé à la menthe, torse nu, les orteils en éventail. La plage est si belle qu’un bain me tente, mais je n’ai pas de serviette et je renonce … pour cette fois.
L’arrivée à la cale de Porspaul est déjà empreinte de nostalgie à l’idée de quitter ces paysages dans la lumière chaude de ce début de soirée.

 

Auteur : Jean-François Delcamp

En dehors de sa passion pour le kayak, Jean-François Delcamp est professeur de guitare classique au Conservatoire de Brest métropole océane.

1 pensée sur “L’île d’Yoc’h et la tourelle de Corn Carhai”

  1. Bonjour Jef
    Encore une belle promenade agrémentée de superbes photos, complétée par ton récit, ça y est, je suis sur place. Ca remuait sérieux quand on est passé dans ce coin l’année dernière au mois de juin, Yves et moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *