Exercices techniques en kayak de mer

Lors de ma dernière randonnée à Ar-men, avec RKM56, j’ai eu l’impression d’achever une deuxième étape dans mon apprentissage du kayak de mer.
J’ai déjà ressenti le petit vide laissé par l’accomplissement d’un but longtemps désiré. La dernière fois, c’était à la fin des années 1970, quand j’obtenais mon premier prix de guitare au Conservatoire de Région de Saint-Maur-des-Fossés.

J’ai commencé le kayak en septembre 2012, et je situe précisément le début de mon autonomie à ma randonnée d’Argenton à l’île Guénioc  en mai 2013. Ma randonnée à Ar-men, c’était le mois dernier, en mai 2016, cette deuxième étape a donc duré 3 ans.

J’ai fait le bilan de mes navigations en kayak de mer en Bretagne et je vois qu’il me reste à parcourir 6 étapes : du Cap Fréhel à L’arcouest, du Sillon de Talbert à Ploumanac’h, de l’île de Siec à l’ïle Vierge, de la pointe de Dinan à Pors Perron, de Pors Loubous au Guilvinec et de la pointe de Penvins à Pénestin pour boucler ma découverte des côtes de Bretagne.

 

Je sens aujourd’hui qu’il me faut explorer de nouveaux aspects du kayak de mer, des aspects auxquels je ne me suis pas encore confronté. Il me faut approfondir les techniques de sécurité, gagner plus de maitrise de l’équilibre en kayak.

Vendredi dernier, lors de notre première session d’exercices techniques, Jacques et moi avons travaillé les circuits en 8, aussi bien en marche avant qu’en marche arrière. Nous avons également travaillé la gîte.

Hier mardi, nous avons fait notre deuxième session d’exercices techniques. Il faut vous dire que le mois dernier je suis monté sur des phares en mer, soit en montant à l’échelle du phare à partir du kayak, soit en passant du kayak aux marches de l’îlot du phare, soit en sortant du kayak puis en allant à la nage à l’îlot du phare.
De ces expériences, j’ai retenu que j’avais besoin d’aide pour remonter dans mon kayak au moment de redescendre de l’échelle. Je manquais d’autonomie.

Aussi, hier, pour gagner en autonomie, Jacques et moi avons fait des exercices qui consistaient à monter sur des pontons à partir du kayak et aussi à monter sur des échelles à partir du kayak. Nous avions tout ce qu’il faut en matière de ponton et d’échelles au port du Moulin Blanc, à Brest.

Jacques a réalisé un « sans faute » pour les pontons et les échelles, moi j’ai eu l’amusement d’aller à la baille au premier essai qui consistait à monter sur un ponton à partir du kayak. J’ai recommencé avec succès et ensuite ça c’est bien passé à chaque fois. Le truc c’est de poser son pied d’appui bien au centre de l’habitacle du kayak, afin que le kayak ne penche ni d’un bord, ni de l’autre. Moins il y a de houle, plus c’est facile.

En cours de session nous avons rencontré les moniteurs du CKB qui assuraient la formation de jeunes scolaires. Marco, mon ancien moniteur, m’a recommandé de m’entraîner à faire des ré-entrées en remettant la jupe sous l’eau avant l’esquimautage final. J’ai essayé tranquillement, et … ça l’a fait ! Par contre j’ai encore de l’entrainement devant moi, parce qu’au final : il y avait un quart de l’habitacle qui était rempli d’eau. En m’y prenant autrement, j’espère pouvoir finir la ré-entrée avec moins d’eau.
Ré-entrée et esquimautage en kayak de mer

 

Lors de cette session, j’ai eu la curiosité de faire des esquimautages avec un flotteur de pagaie, afin de faciliter les gestes et, par là, de me permettre de mieux prendre conscience des différentes phases du mouvement. Jacques m’a observé, il m’a indiqué que ma tête remontait trop tôt. Dès lors, je me suis appliqué à garder la tête dans l’eau jusqu’au tout dernier moment, le moment où je glisse ma tête de l’eau sur le pont arrière, pour qu’elle y repose un instant, à la fin de l’esquimautage. Et c’est merveilleux, parce que, maintenant, me voila « équipé » de nouvelles sensations qui me permettront un meilleur contrôle de la position de ma tête durant l’esquimautage. Grâce au flotteur de pagaie, j’ai également mieux senti la position de ma pale de pagaie par rapport au plan de l’eau. 🙂 Que du bénéfice !

Le soleil était là hier, et cette séance consacrée aux exercices a été un régal. Je n’aurais pas cru que trois heures d’exercices pouvaient passer si vite et si agréablement.

Vivement la prochaine session technique !

Auteur : Jean-François Delcamp

En dehors de sa passion pour le kayak, Jean-François Delcamp est professeur de guitare classique au Conservatoire de Brest métropole océane.

2 pensées sur “Exercices techniques en kayak de mer”

    1. Bien volontiers, mais je crois que ce que j’ai appris en matière d’esquimautage, tu le connais déjà. J’ai juste eu le plaisir d’apprendre plus que je n’escomptais, c’était une délicieuse surprise. Pour les pontons et échelles, ok, on fait des exercices bientôt.
      Salutations Jean

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *