Randonnée en kayak de mer aux îles de l’archipel de Molène

Randonnée en kayak de mer à Molène - en deux jours
Randonnée en kayak de mer à Molène – en deux jours

Luc, Jean et moi, nous nous retrouvons à PorsLiogan, pour une virée à Molène en kayak de mer. Le ciel est gris, mais la météo est bonne. La visibilité est quand même bien restreinte au départ : 200 mètres, pas plus.

Premier bac. Nous visons le 230°, c’est la 3ème heure du flot, notre « route fond » sera une droite « plein ouest » à 270°, qui nous amène à Béniguet nord.

Plus nous nous éloignons du continent, meilleure est la visibilité. En 10 minutes, nous passons à 1 mille de visibilité, puis à plusieurs milles (nous voyons Ouessant). De là, nous poursuivons avec les mêmes types de corrections de caps (comme le courant porte au nord, nous compensons nos caps en les modifiant de 30 à 40° vers le sud). Nous sommes dans la 4ème heure du flot, le coefficient est de 95.

Nous enchainons les bacs, qui nous mènent à Morgol, au Cromic, à Litiri, puis sur la côte nord de l’île de Quéménes et enfin à la cale Charcot à Molène. Le temps est moins couvert sur l’île que sur le continent. Avec Luc, nous rendons visite à quelques amis sur l’île. Jean, fait des photos et un tour de Molène. Nous montons le tipi pour protéger nos affaires (bonne idée : il pleuvra la nuit). Nous dînons sur le petit camping, tout près de la cale Charcot, il y a là des bancs et des tables bien pratiques pour les visiteurs.

Un tour de l’île s’impose, il est un peu tôt pour voir s’allumer les phares d’Ouesssant. Dans deux heures ce sera marée basse. Déjà, les roches et îles qui jalonnent l’espace entre Molène et Ouessant sont bien découvertes.

 

Ce matin à 7h, le ciel est encore gris, nous donnerons le premier coup de pagaie à 9h00.

Nous partons pour traverser la passe de la Chimère (entre Molène et Quéménès). En arrivant à Quéménès, le ciel découvre un peu. Nous aurons de la houle, qui déferle un peu entre Quéménès sud et Béniguet ouest. Nous ferons attention à ne pas nous heurter mutuellement.

Passé la tourelle de Fornic, la mer s’aplanit et nous commençons une séance de rase-cailloux, pour rejoindre Béniguet nord-est en passant par le sud de l’île. Les phoques, surtout les jeunes, sont bien présents. Ils nous observent, mais ne veulent pas être observés. Le temps de voir leurs têtes, et ils plongent dès qu’ils se sentent regardés.

 Pavot cornu ou Pavot jaune des sables, à Beniguet
Pavot cornu ou Pavot jaune des sables, à Beniguet
La réserve de chasse et de faune sauvage de Béniguet est une zone de quiétude pour les animaux.
La réserve de chasse et de faune sauvage de Béniguet est une zone de quiétude pour les animaux.

L’arrivée sur Béniguet en rase-cailloux est un enchantement, le ciel découvre et nous commençons à avoir chaud. Nous rencontrerons la police de l’environnement, dont le zodiac mouille dans l’anse. Ils me disent qu’ils surveillent tout l’archipel.

 

 

 

La plage est de Béniguet, avec Le Conquet au loin.
La plage est de Béniguet, avec Le Conquet au loin.

Nous, nous allons pique-niquer sur l’estran. En s’approchant des dunes, les goélands font des vols en piqués, de plus en plus proches de l’un d’entre nous. C’est signe qu’on s’approche de leurs petits, nous nous écartons et nous nous dirigeons ailleurs ; les vols d’intimidation cessent. Plus tard, Jean vérifiera en s’approchant à nouveau des jeunes. Là encore, l’ensemble des goélands et particulièrement la supposée maman intimideront Jean, jusqu’à ce que Jean ne bouge plus, puis fasse demi-tour.

 

 

Les laminaires de Béniguet, à marée basse.
Les laminaires de Béniguet, à marée basse.

Le retour au continent, sous le soleil, à la première heure du flot fut un grand plaisir des yeux, la côte et toutes les roches à l’horizon se détachant plus que de coutume.

« A refaire » dit Jean !
Luc et moi sommes bien d’accord avec lui. 😉

Auteur : Jean-François Delcamp

En dehors de sa passion pour le kayak, Jean-François Delcamp est professeur de guitare classique au Conservatoire de Brest métropole.

2 réflexions sur « Randonnée en kayak de mer aux îles de l’archipel de Molène »

  1. Cette découverte de l’archipel de Molene en kayak fut un véritable régal. Luc qui y a navigué à maintes reprises fut un excellent guide très pointu en matière de courants et de caps à suivre, heureusement qu’il était là pour nous inciter à respecter le timing sinon nous y serions encore à lutter contre le courant !
    Merci Jef de m’avoir invité à cette super sortie.

  2. Salut Jef
    Merci pour ce partage.
    Une belle rando à laquelle j’aurais bien voulu participer, mais il y a le boulot ?
    On se rattrapera fin juillet.
    A bientôt
    Pascal

Répondre à jean Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *