Randonnée 2017 des 12 îles en kayak de mer

Dimanche 12 février, 7h30, Didier et moi arrivons à Térénez, à la cale 433 du site Kayakalo.fr http://www.kayakalo.fr/cale433 .
Il fait encore nuit et nous commençons à décharger les kayaks dans le noir (je note dans ma petite tête qu’une lampe frontale aurait rendu service). Alors que nous finissons de poser les kayaks au sol, arrivent Martine, Christian et Hervé, tous trois du club de Saint-Nazaire. Ensuite ce sont Jean et Pascal, puis Jean-Yves, tous trois du club de Plouhinec, Bruno  vient du Morbihan. Toute l’équipe est là. Notre objectif du jour est de faire le tour des 12 îles de la rade de Brest, aidés par le vent et les courants favorables.

Vent relevé au phare du Minou le 12 février 2017.

Vent relevé au phare du Minou le 12 février 2017.

L’idée de départ, que j’avais proposée un mois à l’avance sur Facebook, était de faire un aller et retour dans la journée en passant par les 12 îles de la rade de Brest. Comme je l’avais fait l’an passé, en partant de Térénez au lever du soleil, pour rentrer au coucher. Mais Météo France a publié vendredi un BMS (Bulletin Météo Spécial n° 40) annonçant un  « Avis de Grand Frais ». Alors, nous avons réduit nos ambitions, en prévoyant un aller en kayak de mer de Térénez à Rostellec, en passant par les 12 îles et l’île Perdue (l’île Perdue mérite bien son nom, car elle n’apparait qu’à marée basse), puis un retour en voiture. Au total cela représente 19 milles nautiques et 5 heures de pagaie, nous pagayerons à la vitesse de 3 nœuds, mais le vent et les courants favorables vont nous pousser et porteront notre moyenne du jour à 3,8 nœuds.

Il est 8h00 quand les six conducteurs partent pour Rostellec. La balade nous fait passer par de bien jolis endroits. Nous laissons 5 voitures à Rostellec, juste devant l’entrée de l’île Longue (zone militaire), puis, Didier nous ramène tous à Térénez, dans son grand camping car.

Nous sommes de retour à 9 heures et terminons de mettre les kayaks sur la berge en descendant le petit sentier. La marée est encore suffisamment haute pour que nous n’ayons pas à mettre les pieds dans la vase.

Départ de Térénez en kayak de mer.

Départ de Térénez en kayak de mer.

Au départ de Térénez nous passons devant 3 anciens bateaux militaires désarmés qui patientent au « cimetière de bateaux » de Landévenec. Plus tard, ils seront amenés ailleurs pour y être démantelés. Après l’île boisée de Térénez, nous remontons au nord, avec le vent au près. Nous approchons l’île d’Arun, une ancienne poudrière. Déjà nous voyons l’île de Tibidy et son château. À partir de là et jusqu’aux deux îles du Bindy, nous atteindrons une bonne moyenne de 4 nœuds avec le vent portant. Au passage, il faudra s’approcher de la côte pour identifier la minuscule île Grise.
Arrivés à la pointe du Bindy, je sais que la remonté vers l’île de la pointe du château va être physique ; nous aurons le courant contre nous (coefficient 100) et un vent de 7 Beaufort, presque de face. Je propose au groupe de mettre aux voix la décision de passer cette île ou d’y aller. Tous veulent clairement y aller.

Randonnée en kayak de mer, les 12 îles en rade de Brest. 1 île de Térénez, 2 île d’Arun, 3 île de Tibidy, 4 île Grise, 5 Petite île du Bindy, 6 Grande île du Bindy, 7 île de la pointe du Château, 8 île Ronde, 9 île Longue, 10 île Trébéron, 11 île des Morts, 12 île du Renard.

Randonnée en kayak de mer, les 12 îles en rade de Brest. 1 île de Térénez, 2 île d’Arun, 3 île de Tibidy, 4 île Grise, 5 Petite île du Bindy, 6 Grande île du Bindy, 7 île de la pointe du Château, 8 île Ronde, 9 île Longue, 10 île Trébéron, 11 île des Morts, 12 île du Renard.

Hardi les gars et la fille, on y va franchement, il n’y a aucun danger de cabaner, c’est juste qu’il faut faire des efforts pour avancer. Hervé le premier accoste l’île. En kayakiste expérimenté, Hervé s’est placé à l’abri du vent, au sud-ouest de l’île, nous le rejoignons, chacun à notre tour, dans son petit havre de paix.

Ensuite c’est presque du gâteau, le plus dur est fait. Nous pointons vers l’île Ronde avec, à nouveau, le vent au portant. Les petits surfs s’enchaînent fréquemment. Passé les ducs d’Albe, près de l’île Ronde, nous faisons cap vers l’île Longue, toujours avec le vent portant. Jean-Yves devra prendre des appuis solides, quand deux vagues déferlantes le chahuteront bien ; un coup à gauche, un coup à droite.

Marque spéciale De gauche à droite : bouée, bouée charpente et Espar.

Marque spéciale De gauche à droite : bouée, bouée charpente et Espar.

Nous faisons bien attention à nous tenir hors de la zone militaire, balisée par de nombreuses marques spéciales (bouées jaunes surmontées d’une croix de Saint André).

Déjà, nous voyons l’île de Trébéron et un bout de l’île Perdue. Les premiers du groupe attendent les autres à l’abri, au sud-ouest de l’île de Trébéron. Nous nous regroupons à l’abri du vent, la fin de notre randonnée approche et, malgré la fatigue accumulée, nous disons oui à Hervé qui propose un tour de l’île des Morts.

La mer du vent devant l'île de Trébéron.

La mer du vent devant l’île de Trébéron.

L’île des morts est un refuge pour les oiseaux qui, selon la provenance du vent, se reposent d’un côté ou de l’autre. Nous tirons un dernier bord vers la cale de Rostellec, et longeons l’île du Renard.

Nous chargeons les kayaks sur les toits des voitures et nous partons à la recherche d’un café, pour nous restaurer à l’abri de vent et du crachin. Finalement nous trouverons un banc accueillant dans un grand abri bus à Tal ar Groas.

Le soir, une fois les affaires rangées, j’ai senti un petit coup de fatigue et comme une envie d’aller dormir de bonne heure. C’est vrai que nous avions, à partir de 11 heures, un vent d’est à nord-est de 7 Beaufort, avec des rafales à 37 nœuds (relevés Diabox du phare du Minou), une mer peu agitée à agitée, le tout avec les températures de saison. Je crois que nous avons tous dépensé un paquet de calories.

Notre équipe à Rostellec, photo de Jean Drouglazet.

Notre équipe à Rostellec, photo de Jean Drouglazet.

Vive le kayak et vivement la prochaine !

 

 

 

 

 

Voyez la même randonnée, racontée et illustrée par Pascal sur son blog : http://www.randonnees-kayak.fr/2017/02/les-12-iles-de-la-rade-de-brest.html

4 réflexions au sujet de « Randonnée 2017 des 12 îles en kayak de mer »

  1. hervé jousset

    Bonjour Jef et encore merci pour cette sortie en conditions hivernales où l’équipement du kayakiste prend tout son sens. La formule one way aura permis de tirer le meilleur parti sur une mer au portant pour une séance de surf, jouer,jouer, la base de la progression.
    Et encore pour rassurer Bruno, non la sortie n’était pas une sortie facile du fait du vent, de la température ressentie, du nombre d’heures sans débarquer, des surfs, bref, il peut être content de lui, les autres aussi d’ailleurs.

    Répondre
  2. jean drouglazet

    c’était une super rando avec une super équipe ! mais quel froid j’en ai encore le bout des doigts sensibles 24 h après ( je m’équipe au mieux pour une autre occasion dans les memes conditions ) merci à tous.
    à une autre fois …
    (peut etre la meme rando par un temps plus clément et plus de soleil ?)

    Répondre
  3. Pascal Jouneau

    Encore une très belle idée Jef.
    Merci pour cette rando et ce partage sur ton blog.
    Ce fut physique mais nous en garderons un beau souvenir … avec une super équipe.
    Je rejoins Hervé sur l’équipement du kayakiste, qui doit être adapté aux conditions météorologiques.

    Répondre
  4. Didier

    Très content moi aussi. La météo venteuse nous a permis de surfer et c’est très bien! Dans ces conditions, le retour aurait été compliqué, le plan B était judicieux. Cette journée a été pour moi riche également en rencontres, j’en garderai un bon souvenir.
    Jef, encore merci pour cette sortie et pour le Kitiwek.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *