Randonnée en kayak de mer, en solitaire à l’archipel des îles de Molène

Randonnée en kayak de mer, de PorsLiogan à l'île Molène en solo.
Randonnée en kayak de mer, de PorsLiogan à l’île Molène en solo.

Voila quinze jours que je n’ai pas pagayé en mer d’Iroise, j’ai envie de me rattraper. Je contacte les amis, certains sont loin, d’autres préparent un voyage, d’autres n’en sont pas encore rentré.

La météo étant propice (mer belle, vent à 2 Bft se renforçant à 4 Bft par l’ouest en milieu d’après-midi, visibilité bonne, pas de houle), en avant pour l’archipel de Molène !

En voiture, sur les hauteurs de Lochrist, je vois au loin le phare des Pierres Noires et Kervouroc, bientôt, je vois Ouessant et puis tout l’archipel de Molène. C’est marée basse, grand soleil, les îles se détachent nettement.
Je suis encore au volant, mon kayak de mer est sur le toit de la voiture, mais je savoure déjà le plaisir qui m’attend d’ici quelques minutes.

Quand j’arrive à Porsliogan, je vois un groupe de pécheurs qui s’affairent, ils ont du poser des casiers et des lignes, il y a quelques instants.
Je gêne l’un d’eux, je me suis garé devant sa voiture. Pas question de donner mauvaise réputation aux kayakistes alors, j’interromps mon déchargement de matériel pour bouger ma voiture et lui laisser promptement le passage libre, ce que, visiblement, il apprécie.

Je reprends mon petit train train et je pose tout mon barda dans le kayak, je le roulerai jusqu’à la plage, puis je mettrai le chariot dans le caisson arrière et vogue … le kayak.

Aujourd’hui, c’est la treizième fois que je me rends dans l’archipel de Molène en kayak de mer, c’est la deuxième fois que j’y vais seul.

Pour l’aller, je connais le coefficient et les heures de marées. J’ai en tête la carte des courants et je prends mes caps « à la louche ». J’ai, bien sûr, la carte marine de l’archipel sur le pont du kayak et une VHF qui veille le 16. J’apprendrais, pendant ma navigation, qu’une vedette de 6 mètres avec deux passagers est en panne au sud-ouest de Molène, le CROSS Corsen demande un candidat pour remorquer la vedette à Berthaume. J’entendrai, dans les deux heures, que la vedette a été secourue et ramenée au port du Conquet.

Un phoque de l'archipel de Molène.
Un phoque de l’archipel de Molène.

Revenons au moment présent ; il est 10h40 et je commence par prendre le cap du phare des Pierres Noires, petit à petit, le flot me porte vers Béniguet Nord, alors que je conserve mon cap. Je rase Beg Bilioc (pointe nord-est de Béniguet), et commence une série de bacs qui vont me conduire à Lédenez Quéménès, que je doublerai par le nord. Dans la zone où je me trouve (entre Béniguet et Quéménès), le courant de flot porte au nord nord-est. Le jeu, lors des bacs, c’est de se faire déporter le moins possible. Le coefficient est de 84, des fois je pagaye d’un seul côté pour garder mon cap. Lors d’un bac, dans une passe plus vigoureuse que les autres, je ferai véritablement un stop, avec la contre gîte qu’il faut, derrière une roche, exactement comme en rivière, excepté que, là, j’ai un kayak de mer de 5,50 mètres et de la place tant que j’en veux !

Passé Lédenez Quéménès, je prend pour cap le phare des Trois Pierres, j’aurais aimé aller jusqu’à Bannec, mais vu l’heure, je me résous à m’arrêter raisonnablement à Molène. Pour aller jusqu’à Bannec et ne pas rentrer tard, j’aurais dû partir 2 heures plus tôt.

Arrivé à l’île de Molène, c’est avec gourmandise que je prends une saucisse fritte chez Rachel, les pinsons, qui sont familiers de la terrasse, sont là, au cas où quelque chose échappe de l’assiette des clients.

 

Pour le retour, je pars 1 heure 30 minutes avant la pleine mer de Brest. Je ne veux pas rentrer tard à la maison, aussi je fais le choix de passer au nord de l’archipel, en suivant la route des bateaux de ligne. La route est moins belle, mais plus rapide. Ayant maintenant un vent au portant qui monte à 4 Beaufort, j’en profite pour dresser mon mat et sa voile tapecul.

Je conserverai tout du long de ma navigation l’alignement du Grand Courleau avec la Grande Vinotière et le phare de Kermorvan (au 108°). Parti à 15h00 (PM-1h30) de l’île Molène, je passerai la balise du Grand Courleau à l’étale de pleine mer de Brest (16h34), la Grande Vinotière 12 minutes plus tard, pour arriver à PorsLiogan à 17h15 (PM + 0h40).

La distance parcourue à l’aller, en passant par le cœur de l’Archipel, était de 10,7 MN, au retour cette distance était réduite à 8,3 MN, en allant tout droit.

Ça va, le kayak de mer est sur le toit de la voiture, je suis largement dans les temps, j’ai le loisir de profiter encore un peu du soleil et de la côte avant de rentrer. En attendant, je remonte ma voile tapecul sur le kayak, afin qu’elle sèche au vent avant de la ranger dans la voiture.

 

Auteur : Jean-François Delcamp

En dehors de sa passion pour le kayak, Jean-François Delcamp est professeur de guitare classique au Conservatoire de Brest métropole.

2 réflexions sur « Randonnée en kayak de mer, en solitaire à l’archipel des îles de Molène »

  1. Jolie ballade !!!! joli récit !

    j’y suis allé samedi dernier, mais arrêt à Litiri.

    Le phoque sur le rocher ! il a du te parler de nous hi!

    A plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *