Randonnée en kayak de mer dans l’archipel de Molène, dans la douceur de l’automne

Arrivée de randonnée en kayak de mer a Molène

Cette semaine nous avions un temps paisible pour la randonnée en kayak de mer dans l’archipel de Molène. Le vent est raisonnable (2 à 4 Bft) jusqu’à samedi. La houle est réduite et nous avons un large choix de coefficients, allant de 36 lundi, à 107 dimanche.

Aussi j’ai proposé aux amis de rkm56 une navigation hors programme, vers Ouessant lundi et mardi. Les petits coefficients rendaient le passage du Fromveur plus facile. Mais aucun ami n’était libre ces jours là. Quand même, Cédric m’a dit qu’il pouvait poser un jour de congé pour aller à Molène jeudi ou vendredi. Jeudi étant prévu plus ensoleillé, nous nous mettons d’accord pour un Rdv à Porsliogan à 7h30. Puis une mise à l’eau à 8h45, suivie d’une navigation jusqu’à la tombée du jour. Peu après, je reçois un mail de Pascal qui propose une virée sur Litiri, Rdv à la même heure, même plage, mais retour sur le continent à 15h30. Je réponds à Pascal que nous pagayerons ensemble jusqu’à Litiri. Mais qu’ensuite nous irons à Molène, Cédric et moi prévoyons un retour pour la tombée du jour, vers 18h00.

Jeudi matin, 2 novembre, alors que Cédric et moi déchargeons les kayaks et pagaies, arrivent Pascal, Joël, Filou, Luc, Didier, les membres de mon club Penn ar kayak et quelques invités.

En tout, nous sommes 13 à partir pour l’archipel. La brume réduit actuellement la visibilité à 1 mille. Il y a bien le danger d’une rencontre avec le bateau de ligne qui part de Brest et va à Ouessant en passant par Le Conquet et Molène. Mais nous aurons passé le chenal avant l’horaire de son passage. Et puis, la visibilité d’un mille est quand même suffisante pour prévenir une collision.

Départ de randonnée en kayak de mer de PorsLiogan
Abbaye Saint-Mathieu dans la brume matinale

Tous les 13, nous partons plein ouest, c’est bientôt l’étale de basse mer, les courants sont faibles. Nous sommes en début novembre, mais le temps est très doux. J’ai même eu tort de mettre une vareuse sur mon top thermique, je l’enlève en cours de route.

 

 

 

 

Béniguet sud en kayak de mer
Béniguet sud en kayak de mer
La brume retombe vers Ar Fornig

 

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons à Ar Christian Braz et continuons par Béniguet sud.

Pascal a préparé la route, l’étape suivante est de joindre la balise de Ar Fornig, puis de monter à Morgol en compensant le courant de flot qui nous dévie légèrement à l’est, tout en nous portant généreusement au nord, là où nous allons.
La brume s’épaissit et réduit notre visibilité à moins de cinquante mètres, je regarde montre, carte et compas. 20 minutes après, à quelques mètres devant nous, se découvre la côte de Quéménès est. Nous bifurquons en chœur, pour nous diriger vers le Cromic, Morgol et Litiri. La brume se lève alors, la visibilité passe à 3 milles. Alors que Pascal initie une séance de jeu dans les veines d’eau, Cédric et moi quittons les amis, comme convenu, pour rejoindre Molène.

Phoques à Morgol
En kayak de mer a Quéménès sud
L’île aux Chrétiens en kayak de mer

 

 

 

 

 

 

 

A peine quitté les amis, nous avons la chance de passer près d’un groupe de phoques qui se laissent prendre en photo. Bientôt, nous voyons que le passage entre Quéménès et son Lédénez n’est pas praticable, faute de hauteur d’eau. Nous optons pour la route longeant Quéménès sud. Ensuite nous couperons la passe de la Chimère pour rejoindre Trielen, l’île aux Chrétiens, et, enfin, Molène. Nous notons Cédric et moi que le courant, qui vient du sud et se heurte à la barre que constitue l’île de Quéménès, se divise en deux moitiés : la moitié est qui porte à l’est et la moitié ouest qui porte à l’ouest. Quand nous longeons la côte sud de Béniguet nous avons d’abord un courant contre, puis un courant neutre qui finit par être légèrement favorable.

En chemin, la visibilité chute à nouveau à moins d’un mille, et là encore, je regarde montre, compas et carte. Nous nous débrouillons pas mal et arrivons à Molène sans avoir à retoucher les caps estimés.

La visibilité remonte à 3 milles. Sur le quai, devant chez Rachel, nous posons les kayaks de mer, prenons nos pique-niques et commençons un tour de l’île. Nous faisons notre pause déjeuner à l’héliport. De là, nous voyons les deux Menhirs, Banalec, Banec, l’île de la Cheminée. Mais ni Kéréon, ni Ouessant, qui nous sont cachés par la brume.

Quand nous terminons notre tour de l’île, j’emmène Cédric voir l’impluvium offert à Molène en 1897 par les anglais (Citerne de Anglais) et l’église, puis nous descendons au quai.

C’est bientôt marée haute, nous n’avons que quelques pas à faire pour mettre nos kayaks à l’eau. Le ciel se dégage et la visibilité monte à 6 milles et plus. L’eau du port de Molène est translucide. Cela nous permet de voir que les algues ne sont couchés par aucun courant, c’est l’étale.

Le feu des trois pierres
Passe entre Litiri et son Lédénez
Départ en kayak de mer de Litiri

Je propose à Cédric d’aller d’abord au feu des Trois Pierres avant de descendre vers Litiri en passant entre Quéménès et son Lédénez.

En chemin, il semble que nous avancions bien sur cette mer juste ridée. Cédric regarde son GPS et me dit que nous faisons un bon 4 noeuds. Nous nous octroyons une petite pause sur l’estran du Lédénez de Litiri, qui n’est coupé aujourd’hui de l’île principale que par une passe étroite laissant juste 15 centimètres d’eau sous nos coques. Là, nous profitons de la beauté du sable blanc et des paysages préservés de la présence humaine.

Phoque prenant le soleil à Morgol
Phoque à Morgol

Nous ré-embarquons et pagayons vers Morgol. Nous voyons un grand phoque qui se réchauffe au soleil, sur les galets de l’estran. Notre approche le préoccupe et nous comprenons qu’il va se mettre à l’eau dans quelques instants. Le phoque se sent en état d’infériorité par rapport à nous quand il est à terre. Plutôt que nous soyons la cause de la fin de sa sieste, je propose à Cédric d’accélérer le mouvement, afin qu’il comprenne qu’il peut rester tranquille au soleil.
Ça marche ! Nous accélérons et le phoque qui avait commencé à ramper vers l’eau, s’immobilise et demeure au repos.

Quelques secondes plus tard, nous croisons un groupe de phoques, dans l’eau ceux là. Nous restons un long moment en observation mutuelle. Les phoques s’approchent très près, suivent nos kayaks, mais nous ne sommes pas assez rapide pour les prendre en photo dans ces instants furtifs de proximité.

Nous entamons maintenant la descente en diagonale vers Béniguet nord, le courant de la passe du Grand Courleau nous ralenti à l’approche de l’île.

Béniguet nord

A Béniguet nord, alors que nous ne sommes pas encore dans la troisième heure du jusant d’un coefficient de 85, nous rencontrons un fort contre courant, il me dégage vers le nord, ce qui m’arrange, vu qu’ensuite le courant principal du chenal du Four nous portera au sud. Cédric, plus technique que moi et beaucoup plus expérimenté, tient bon, et affronte le contre courant dont il sortira bientôt, sans lui avoir cédé un pouce de sa position.

Nous commençons la traversée du chenal, il est 17h00, nous optons d’abord brièvement pour un cap au 90, mais la force du courant nous entraîne à opter pour un cap au 60. Cap que nous tiendrons religieusement jusqu’à l’arrivée sur la plage de Porsliogan. Nous atterrions à 17h53, par hasard, pile à l’heure de la tombée du jour indiquée par http://maree.info/82 pour ce jour là.

Arrivée de randonnée en kayak de mer à PorsLiogan
Randonnée en kayak de mer dans l’Archipel de Molène, 22 milles nautiques

Notre retour au continent, avec de la visibilité, une température très douce, les lumières chaudes du soleil couchant, une mer presque lisse, des rencontres surprise avec la faune, a été un plaisir privilégié que nous avons savouré avec reconnaissance Cédric et moi.

Vivement la prochaine rando !

Auteur : Jean-François Delcamp

En dehors de sa passion pour le kayak, Jean-François Delcamp est professeur de guitare classique au Conservatoire de Brest métropole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *