Cours de surf avec David Appéré à Plomodiern

Romany surf PE, sur la plage de Lestrevet à Plomodiern.
Romany surf PE, sur la plage de Lestrevet à Plomodiern.

Je reviens d’un cours de kayak avec David Appéré foudekayak.com, la route de Brest à Plomodiern est magnifique. Des hauteurs, je voyais la baie de Douarnenez, Douarnenez, la côte nord du cap Sizun, la presqu’ile de Crozon, Morgat, les grottes que je devinais et enfin le cap de la Chèvre.
Nous avions initialement prévu le cours lundi après midi, mais comme aujourd’hui les conditions de vent allaient devenir rudes l’après midi, nous avons finalement opté pour la matinée.

Je suis quasi débutant en surf. J’ai bien fait des surfs obligés pour arriver sur une plage en randonnée, un bout de stage aussi. Mais le surf est une pratique du kayak que je n’ai pas, en tout cas pas de manière régulière. Actuellement, vu ma pratique plus engagée du kayak, il faut que je fasse quelque chose pour progresser. De préférence avant que nous ne commencions notre tour de Bretagne le mois prochain.

J’ai retrouvé David à Plomodiern http://www.kayakalo.fr/cale1058 Je connais David depuis plusieurs années. J’ai suivi son enseignement lors de deux stages et, à chaque fois, j’ai beaucoup appris.

Ici, comme partout dans le fond de la baie de Douarnenez, la plage de Porz-Ar-Vag est une plage à surf. Ce matin les vagues se situent entre 20 cm, quand elles finissent en bord de plage, et 1 mètre, en allant les chercher à leur naissance, à cent cinquante mètres de la plage.

Romany surf PE, fabriqué par SKUK. Photo : Bekayak.
Romany surf PE, fabriqué par SKUK. Photo : Bekayak.

David m’invite à faire des aller et retour parallèles à la côte et il m’indique comment giter et comment prendre des appuis en poussée pour déraper, avec la vague, vers la plage. Le jeu, c’est de rester sur l’eau. Le fait de faire les appuis en poussée, et non en suspension, préserve de se déboiter l’épaule.

Comme je lui pose la question, David m’explique le pourquoi de l’apparente différence de gîte entre mer et rivière. Bien qu’en fait, David me fasse comprendre que le principe reste le même.

Je commence les exercices : je prends les appuis comme David m’a dit et tout se passe bien. Puis j’ai envie d’essayer autre chose et là, je me vautre à chaque fois, si bien que je dois avoir recours aux esquimautages.

Ce dont je ne doutais pas, mais qui m’a quand même surpris, c’est que David m’a expliqué cette erreur que je traine depuis plus d’un an.  Je retourne travailler les dérapages en longeant la plage et ça va beaucoup mieux maintenant. Si il m’arrive encore de me vautrer ; je comprends pourquoi.

Comme je crois avoir enregistré la première étape, je remonte un peu plus les vagues pour essayer les premiers surfs. J’oubliais de vous dire que j’ai un nouveau kayak : un Romany surf PE acheté la semaine dernière cher Bekayak. Ce matin, c’était la première fois que je naviguais avec. Et je n’ai pas été déçu : les virages sont très faciles, la glisse est fantastique, et je suis bien calé dedans, un vrai chausson !
Continuer la lecture de « Cours de surf avec David Appéré à Plomodiern »

Deuxième sortie avec mon futur Xplore-L, kayak de mer de randonnée

Tiderace Xplore
Tiderace Xplore

Mardi, Luc et moi partons de la cale de Bekayak pour aller pique-niquer au fort des Capucins, si jamais la houle est présente, même faible, elle rendra le débarquement difficile sur l’îlot rocheux. Dans ce cas, nous irons pique-niquer sur la plage de Trez-Rouz, sur la commune de Crozon.

Habituellement, j’ai du mal à suivre Luc au démarrage, il part bille en tête et je n’ai pas intérêt à faiblir, si je ne veux pas me retrouver distancé. Ce matin, j’essaye un Xplore-L pour la seconde fois, j’arrive à suivre Luc sans faire d’effort, je n’en crois pas mes pagaies, au point que je pose franchement la question à Luc : « tu pagaies comme d’habitude ou t’es plus cool ce matin ? ». Réponse nette, « non, comme d’habitude ».

Donc cet Xplore-L est un kayak rapide, en plus, la gîte et l’assise sont confortables et les finitions sont de qualité. Pour le comportement en mer agitée, ce n’est pas aujourd’hui que je le connaîtrai, la mer est belle à peu agitée, mais j’irai quand même chercher les endroits où ça brasse le plus, « pour voir » et je serai satisfait sur ce plan aussi.

Avant de mettre le kayak à l’eau, j’ai très soigneusement essuyé le fond de chaque caisson avec un chiffon. Ainsi, au retour, je verrai bien si l’eau est rentrée, ou pas, dans les caissons. Pour l’instant, nous tâchons de nous aligner sur la veine d’eau, afin de nous faire porter par le courant de jusant qui vide la rade. Le coefficient du jour est de 97, nous allons vers le large.

Luc devant un vieux gréement de la Marine nationale.
Luc devant un vieux gréement de la Marine nationale.

Devant nous, des bateaux militaires, en nombre, sont placés de telle façon, que je dis à Luc : « probablement, nous allons rencontrer un sous marin, et ce serait peut-être bien qu’on se dirige vers la passe sud du goulet afin d’éviter de nous faire refouler ». Nous passons l’entrée du port militaire de Brest, au passage je fais une photo de Luc devant un vieux gréement de la marine nationale. Continuer la lecture de « Deuxième sortie avec mon futur Xplore-L, kayak de mer de randonnée »

Le Kitiwec, kayak de mer

Samedi 10 septembre, j’achetai à Alain un Kitiwec d’occasion pour mes enfants, afin qu’ils puissent faire des balades avec leur papa quand ils viennent à Brest. En 2013, Alain et moi avions partagé de belles randonnées à Moléne, à Camaret, ou en rade de Brest. Maintenant Alain habite en Haute-Marne et n’a plus l’usage de ce bateau. En ami, il me l’a vendu 500 €.

Le Kitiwec est en parfait état, il a un petit hiloire auquel je vais devoir m’habituer. Mardi 13, j’ai commencé par faire une sortie d’une heure en rade de Brest, en solo, avec la pagaie européenne dont j’ai l’habitude et une pagaie groenlandaise Alpine Paddle, assez longue (2,45 mètres), que j’utilise très rarement, parce que le pont avant de mon kayak (un Vaag) est trop court pour l’y fixer. Le véritable but de ma petite sortie était d’arriver à passer un esquimautage avec la pagaie groenlandaise. J’ai fait cet esquimautage sur peu de fond de façon à pouvoir m’appuyer sur le sable si je n’y arrivai pas. Finalement, malgré mes appréhensions, l’esquimautage est bien passé.

Continuer la lecture de « Le Kitiwec, kayak de mer »

Choisir un kayak de randonnée en mer

Choisir un kayak de randonnée en mer

kayaks de randonnée en mer, à l'ile Saint-Marcouf
kayaks de randonnée en mer, à l’ile Saint-Marcouf

d’abord emmagasiner les expériences, prendre conseil
Avant d’acheter un kayak de mer personnel pour la randonnée, je vous recommande de vous inscrire à un club de kayak. En plus de vous enseigner les techniques de base (comme savoir remonter avec ou sans aide dans son kayak), de vous faire rencontrer de nombreux passionnés, les clubs ont l’avantage de vous permettre de naviguer sur différents types de kayaks de mer et ainsi d’éduquer votre esprit critique à l’égard des dimensions, formes et matériaux.
Les stages sont aussi l’occasion d’essayer de nouveaux kayaks de mer, de nombreux guides organisent des stages (voir la page de liens de ce blog).
Vous pouvez aussi vous inscrire à des forums Internet qui vous permettront de rencontrer d’autres passionnés, qui auront à cœur de vous faire partager leurs connaissances.

kayak court ou kayak long ?
Un kayak court sera très manœuvrant mais aura du mal à garder un cap. Un kayak long sera moins manœuvrant mais il conservera son cap et demandera moins d’efforts qu’un kayak court pour avancer. Comme la randonnée s’inscrit dans la durée, qu’elle consiste à relier un point à un autre, c’est le kayak long qui est le plus adapté à la randonnée. Continuer la lecture de « Choisir un kayak de randonnée en mer »

Kayak de mer ardent, neutre, mou

On dit d’un kayak de mer qu’il est ardent quand, le tirant d’eau de la moitié avant est plus important que le tirant d’eau de la moitié arrière. C’est à dire quand la partie avant du kayak est plus immergée que la partie arrière.
L’ancrage de la pointe avant est considérablement accru en marche avant. Alors qu’on avance en pagayant, la partie avant du kayak se trouve ancrée par la pression que l’eau exerce sur l’avant de la coque, alors que la partie arrière de la coque se trouve d’autant libérée par les mouvements d’échappement de l’eau. Quand une coque avance dans la mer, la partie immergée crée une zone de pression à l’avant et une dépression à l’arrière. Le kayakiste étant assis au milieu du kayak, son poids, comme sa prise au vent, ne modifient que peu le comportement du bateau pour ce qui concerne les différences, ou égalités, de tirant d’eau des parties avant et arrière.

Les différences de comportements entre le kayak de mer ardent (avant plus immergé que l’arrière), le kayak de mer mou (arrière plus immergé que l’avant) et le kayak de mer neutre (avant et arrière également immergés) vont se modifier lors de la navigation, la vitesse du kayak changeant le comportement du kayak. Continuer la lecture de « Kayak de mer ardent, neutre, mou »

Le Vaag 17′ 4″, kayak de mer polyvalent

Vaag 17' 4", kayak de mer
Vaag 17′ 4″, kayak de mer

Voila 2 mois que j’attendais mon premier kayak de mer en fibre.
Enfin le grand jour est arrivé !

 

Ce matin, après avoir pris livraison de mon nouveau bateau chez Bekayak, je suis allé pagayer vers la plage du Moulin Blanc, puis vers la prise d’eau d’Océanopolis.

 

Durant cette petite sortie, j’ai testé gîtes, virages, appuis et esquimautages. Comme espéré, j’ai pu faire quelques mini surfs au retour de la prise d’eau.
On peut s’allonger entièrement sur l’arrière et même poser sa tête sur le pont arrière, sans que le dossier ou le rebord de l’hiloire fasse mal aux lombaires, ce qui facilite l’esquimautage.

 

 

J’avais comme conditions météo un vent d’ouest de 22 nœuds, avec des rafales à 30 nœuds. J’ai pu vérifier que le Vaag est un kayak de mer ardent, ce qui est une très bonne chose, dans la mesure où ce kayak possède une dérive. La dérive permet de compenser le dérapage de l’arrière d’un kayak ardent quand on fait route avec un vent de travers.

 

A ce sujet, voir l’article :  Kayak de mer ardent, neutre, mou http://www.randokayak.com/2015/01/09/kayak-de-mer-ardent-neutre-mou/

 

 

paddle float Palm, glissé sur le côté du siègeLe siège, en mousse collée, offre l’avantage qu’on peut rincer sommairement l’habitacle et les cales-pieds, sans redouter un problème de rouille, comme avec les sièges comportant des vis.
J’ai l’habitude de plier, puis glisser mon flotteur de pagaie gonflable (Palm) dans le petit espace situé entre la coque et le côté du siège. Cet espace est exigu, ainsi le flotteur de pagaie est à portée de main et suffisamment resserré pour ne pas se balader dans l’habitacle. Le flotteur de pagaie Palm se gonfle en 4 expirations (j’ai testé).
Continuer la lecture de « Le Vaag 17′ 4″, kayak de mer polyvalent »

Equipement du kayakiste en rivière

Voir aussi : Équipement du kayakiste en mer

Equipement du kayakiste en riviere
Equipement du kayakiste en riviere

Équipement du kayakiste en eau-vive,
– T-Shirt en Polypropylène (100% Polypropylène, ou bien 50% Polyamide + 50% Polypropylène. Le Polypropylène est une matière quasi hydrophobe : l’humidité traverse les fibres sans y rester, ce qui limite la prolifération des bactéries).
– Longjohn en Néoprène (il permet une meilleure flottabilité, il protège les jambes des éraflures dues aux branches et aux roches quand on baigne).
– Chaussures ou bottillons fermés (avec une semelle bien sculptée pour ne pas glisser)
– Vareuse adaptée à l’immersion
– Jupe
– Gilet moniteur, 50 ou 70 Newton
– Sifflet
– Couteau affûté, facile d’accès et permettant de trancher rapidement une corde de sécurité
– Téléphone portable en pochette étanche dans le gilet
– Attache lunettes et lunettes de soleil
– Casque
– Casquette sous le casque
– Pagaie
– Barres énergétiques Continuer la lecture de « Equipement du kayakiste en rivière »

Matériel de bivouac du kayak de mer

Matériel de bivouac pour les randonnées en kayak de mer

 

Tente Shelter de Jamet
Tente Shelter de Jamet

Première tente très compacte, pour les randonnées d’été en kayak, sans pluie ni froid.
Pour mes premiers bivouacs d’été en kayak de mer (Glénan, Molène), j’ai choisi une tente Shelter de Jamet, achetée par correspondance au Vieux campeur au prix de 47 € au printemps 2013. Elle est discrète, légère (1,125 kg) et peu encombrante. Une fois roulée (Ø 15 cm x 50 cm), elle se loge parfaitement dans la pointe avant du kayak de mer.
Je m’en suis servi lors de mes bivouacs sur les îles de Bretagne, aux printemps, été et début d’automne. En dehors du fait qu’on ne peut pas se tenir assis à l’intérieur (75 cm de haut), son défaut majeur, c’est une aération insuffisante qui provoque une condensation désagréable : des gouttes perlent sur les parois intérieures et mouillent le duvet.
La solution pour limiter la condensation, c’est de dormir porte ouverte, ou avec pour porte la seule moustiquaire, avec les 2 pigeonnières d’aération grandes ouvertes. Comme ça, il y a nettement moins de condensation et, en prime, on profite de la vue sur mer. En cas de pluie, la position inclinée de la porte oblige à une fermeture totale (avec donc une condensation importante).
La tente est facile à installer, à noter que j’ai tordu, dès le premier usage, la majeure partie des sardines qui n’étaient pas du tout adaptées à une terre dure. Le problème est résolu maintenant par l’achat de 2 lots de cinq piquets ultralight Quechua (16 € au total en 2013).

Continuer la lecture de « Matériel de bivouac du kayak de mer »

Première mise à l’ eau de mon Atlantic

23 mai 2013 –  Première mise à l’eau de mon kayak de mer « Atlantic » tout neuf. Sorti tout juste du magasin Bekayak

North Shore Atlantic - PEL’Atlantic est un kayak de mer de la société North shore. Doté de lignes « très « british » (coque gironnée, entrée et sorties d’eau pincée, volume central bien marqué…) l’Atlantic est un kayak polyvalent avec lequel on peut aussi bien jouer que randonner.

La coque gironnée lui permet de passer les vagues sans taper et sans enfourner. Par mer formée, la forme en V des pointes permet au bateau de bien conserver son équilibre.

L’Atlantic est un kayak ardent équipé d’une dérive arrière. La dérive réglable permet de doser la compensation du comportement ardent.
A ce sujet, voir l’article Kayak de mer ardent, neutre, mou.

Les dimensions de l’Atlantic Polyéthylène sont :
Longueur : 5.15 m
Largeur : 55 cm
Profondeur à l’avant de l’hiloire : 33 cm
Poids : 26 kg
Volume coffre avant : 56 litres
Volume de l’habitacle : 168 litres
Volume trappe de jour : 38 litres
Volume coffre arrière : 59 litres
Volume total : 321 litres, dont 153 litres pour les caissons.
Hiloire : 86 x 48 cm (dimensions extérieures)
3 trappes de pont étanches :
– une trappe de pont avant ronde diamètre 20cm
– une trappe de jour arrière ronde diamètre 20cm
– une trappe de pont arrière ovale arrière 36cm x 32cm
Une dérive rétractable de série
Construction : Polyéthylène Tri couche

On ne le voit pas sur les photos ci-jointes, mais j’ai testé deux fois l’esquimautage lors de cette première sortie et « ça l’a fait ». Continuer la lecture de « Première mise à l’ eau de mon Atlantic »

Les Alligators essayent des kayaks

Samedi 13 avril 2013 – Les Alligators essayent des kayaks de mer chez Bekayak à Brest. Le vent et la houle sont bienvenus, ils nous permettent de mieux évaluer le comportement des bateaux. Un pot au bar du « Tour du monde » nous réunira à l’issue de la séance d’essai. A cette occasion, j’essayerai plusieurs kayaks de mer en polyéthylène, dont l’Atlantic de North Shore. Ce kayak de mer, dont j’ai apprécié tout de suite le comportement marin et dans lequel je me suis senti parfaitement bien calé, deviendra mien le mois suivant.  Continuer la lecture de « Les Alligators essayent des kayaks »