Archives par étiquette : Bretagne

La Bretagne est une région de rêve pour le kayak de mer. La Bretagne occupe une péninsule, à l’extrémité ouest de la France, située entre la Manche au nord, la mer Celtique et la mer d’Iroise à l’ouest et le golfe de Gascogne au sud. La Bretagne, qui arrive en tête des régions littorales pour l’importance de son linéaire côtier (2 730 km de côtes avec les îles, 1 772 km sans les îles, soit un tiers du littoral français), offre une remarquable diversité de types de côtes, puisqu’elle dispose de 437 km de côtes sableuses, 573 km de marais et de vasières et de 762 km de côtes rocheuses. A ce littoral s’ajoutent des rivières comme ; en Côtes-d’Armor : Gouët, Guic, Jaudy, Leguer, Lié, Trieux. En Finistère : Ellé, Elorn, Isole, Hyeres. En Ille-et-Vilaine : Canut de Renac, Minette. En Morbihan : Rivière du Mat, Sarre, Scorff.

De Saint-Cast à Cancale, randonnée en kayak de mer

Samedi 13 mai, nous nous retrouvons tous les six, pour notre premier « galop d’essai », en préparation de notre tour de Bretagne 2017. Seul manque Dave Adamson, qui habite trop loin de nous pour pouvoir partager cette navigation.
Sur le port de Saint-Cast-Le-Guildo, sont là avec moi : Erwan, Jean, Pascal, Jean-Yves et Didier. Le but du week-end, c’est de passer un bon moment ensemble dans de beaux paysages. C’est l’occasion  de voir comment nos corps réagissent à l’effort répété. De mon coté, j’ai un nouveau kayak et je m’apercevrai que je dois le charger différemment de mon précédent bateau : je dois mettre un maximum de poids dans le caisson arrière et un minimum dans le caisson avant. Sinon, par vent latéral, même avec la dérive à fond, mon bateau est trop ardent et je dois pagayer d’un seul coté pour aller droit.

Notre navigation du week-end consiste en un aller et retour de Saint-Cast-le-Guildo à Port Picain (Cancale), soit 37 milles nautiques. Nous embarquons à la cale Canevez, sous le sémaphore, au nord du port. La cale est pratique, il y a de l’eau, même à marée basse (coefficient du jour 77).

Pour l’heure, nous chargeons les bateaux au parking, puis nous les roulons sur les chariots jusqu’à l’eau. Je vois assez vite que j’ai mal chargé mon kayak, comme je le disais plus haut. De son coté Erwan doit modifier le réglage de son siège qui lui fait mal au dos. Nous nous arrêtons donc une première fois sur la plage de l’île Agot. De là nous repartons vers le phare du Grand Jardin, la mer est belle à peu agitée, le vent de sud ouest atteint un bon 4 Beaufort.

Histoire de ne pas faire deux fois la même navigation, j’ai proposé aux amis d’aller à Cancale en passant par le large, nous ferons le retour en longeant la côte.

Nous nous approchons du phare du Grand Jardin, Pascal et moi, nous sortons les appareils photos en pensant aux lecteurs de nos blogs respectifs. La navigation dans cette zone rocheuse, varie les plaisirs. Nous nous régalons du mariage, assez réussi, du soleil, des embruns et des roches. Nous nous arrêtons, plus tard, faire une deuxième pause sur l’île Cézembre. Elle n’est toujours pas déminée et son cœur est interdit aux marcheurs. Didier nous dit qu’il y a un projet de déminage partiel, qui permettrait d’établir un chemin autorisant de faire le tour de l’île en sécurité. Nous savourons la pause. Ensuite, la navigation sera plus rapide.

A partir de Cézembre nous allons vers le Fort de la Grande Conchée, de là nous profitons des courants des 3ème et 4ème heure de flot, et notre moyenne passe de 3 à 4 nœuds. Cela nous convient bien ; nous arriverons à Port Picain une heure avant la tombée du jour. A l’approche de la pointe du Grouin, nous bénéficions d’une visibilité exceptionnelle, jusqu’à 60 km. Nous voyons parfaitement les îles Chausey, la péninsule du Cotentin, même les immeubles blancs de Granville sont visibles. Un peu plus tard, passé la pointe du Grouin, au sortir du chenal de la Vieille Rivière, nous verrons la célèbre silhouette du Mont-Saint Michel.

A l’approche de l’Auberge de jeunesse, Didier me signale par VHF que nous sommes presque arrivés, nous verrons qu’il connait mieux les lieux que moi, mais mes souvenirs pas bien exacts me font croire que l’Auberge est plus loin, alors j’engage mes compagnons à poursuivre la navigation et à passer la prochaine pointe. Puis, quelques minutes après, je remarque, là où Didier le disait, une toiture qui ressemble bien à celle de l’auberge. Pascal confirme avec son GPS : nous sommes bien arrivés, pas besoin d’aller plus loin. C’est joyeusement, contents de cesser l’effort de pagayer contre le vent, que nous entamons notre arrivée sur Port Picain.

Le temps de poser les kayaks sur la pelouse, de monter les marches, et en avant la cuisine ! Je prépare la choucroute qui va nous requinquer. Jérôme, le président de CK/mer, m’a montré comment ne pas la laisser attacher (on ajoute un demi litre de bière dans le faitout pour 6 personnes), je laisse cuire les ingrédients et, nous allons voir nos chambres. Nous avons deux chambres ; une pour 4 et une pour deux. Ce sera le groupe des 4 ronfleurs, auquel j’ai l’honneur d’appartenir, qui prendra la chambre de 4.

S’ensuit un repas animé, riches d’anecdotes sur nos métiers et sur notre passion commune du kayak de mer.

Dimanche 14 mai, lever à 8h00, petit déjeuner à l’auberge de jeunesse et mise à l’eau à 9h53 (pleine mer de Saint-Malo).
Nous naviguons près de la côte, face à la légère brise d’ouest (2 Bft). Nous passons devant le Fort du Guesclin, où résida le chanteur Léo Ferré de 1959 à 1968, y composant de nombreuses chansons. Un peu plus loin nous marquons une petite pause devant les rochers sculptés de Rothéneuf : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rochers_sculpt%C3%A9s_de_Roth%C3%A9neuf .

A l’approche de Saint-Malo, Didier nous recommande de nous arrêter à l’île du Grand Bé pour le déjeuner. Sur les hauteurs de cette île, nous avons une vue splendide sur l’ensemble de la côte d’Émeraude. Nous voyons les quatre forts en mer, l’île de Cézembre, le phare du Grand Jardin et les différentes pointes qui ponctuent la côte, de la pointe du Grouin à l’est au cap  Fréhel à l’ouest.

Nous approchons ensuite Dinard, où nous rencontrons les amis de kayakistesdemer.org et CK/mer. Passé la pointe du Décollé, pour ne pas rentrer trop tard chez nous, nous entamons une ligne droite jusqu’à Saint-Cast.

« Le bonheur est sur l’eau » dit Agnès Penisson, c’est vrai, vivement notre prochaine randonnée !

Randonnée des kayakistesdemer.org à l’archipel de Glénan

Randonnée en kayak de mer, de Mousterlin à Glénan, en 2 jours

Randonnée en kayak de mer, de Mousterlin à Glénan, en 2 jours

 

 

Samedi 1 avril, Évelyne, Étienne, Paulo et Jef, se retrouvent à la pointe de Mousterlin vers 11h00. Ils se sont organisés à distance, 15 jours avant, grâce au forum http://www.kayakistesdemer.org/

 

 

 

Continuer la lecture

Annonce du Tour de Bretagne en kayak de mer, du 8 au 28 juillet 2017

Chers kayakistes, bonjour à toutes et tous,
je vous propose de vous joindre à nous pour un Tour de Bretagne en kayak de mer. Pascal, de CK/mer et du club de Plouhinec, m’a déjà dit qu’il était partant pour la totalité du Tour. Jean, de CK/mer et du club de Plouhinec, sera présent, au moins sur les étapes du Finistère sud. Ce tour est ouvert à tous les kayakistes ayant un niveau pagaie bleue, particulièrement à nos amis membres de CK/mer, RKM56, les Alligators de Landerneau et le club de kayak de Plouhinec. Le Tour commence à Cancale pour s’achever à Larmor-Baden ou Pénestin, il se déroulera entre le samedi 8 et le vendredi 28 juillet 2017 (les dates proposées initialement allaient du samedi 1er au vendredi 21 juillet, elles ont été modifiées depuis).

 

Tour de Bretagne en kayak de mer, en juillet 2017.

Tour de Bretagne en kayak de mer, en juillet 2017.

La période choisie offre des coefficients de marées allant de 55 à 102. Avec quelques détours par des îles, ce tour représente une distance de 340 milles nautiques (17 étapes de 20 milles chacune). Cela nous fait au moins 17 jours de navigation, à raison de 6 heures de pagaie par jour. A ces 17 jours, s’ajoutent 4 jours supplémentaires pour : attendre qu’une perturbation passe, faire un crochet imprévu par une île ou une ria, se balader à pied, se reposer. Continuer la lecture

Tour de Ouessant en kayak de mer, août 2016

Samedi 27 août, Pascal (ayant repéré une bonne fenêtre météo du lundi 29 au mercredi 31) nous invitait à un tour de Ouessant en kayak de mer. Lundi, nous irions à Molène, mardi nous ferions le tour de Ouessant et mercredi verrait notre retour sur le continent. Continuer la lecture

Dumet, Hoëdic et Houat en kayak de mer

Samedi 25 juin, nous sommes 6 kayakistes à nous retrouver à la pointe de Penvens : Martine, Christian et Hervé viennent de Loire Atlantique, Pascal, Jean et moi-même venons du Finistère.

Tracé de notre randonnée de 2 jours en kayak de mer. Nous avons fait un aller et retour de 41 miles nautiques de la pointe de Penvens aux îles Dumet, Hoëdic et Houat.

Tracé de notre randonnée de 2 jours en kayak de mer. Nous avons fait un aller et retour de 41 miles nautiques de la pointe de Penvens aux îles Dumet, Hoëdic et Houat.

Nos amis de Saint-Nazaire ont conçu la navigation : nous partirons à 10 heures de la pointe de Penvens, pour faire cap vers l’île Dumet, où nous arriverons pour déjeuner à 12 heures. De là, à 13 heures, nous irons à Hoëdic pour bivouaquer le soir sur la plage est. Le lendemain, nous partirons pour Houat à 9 heures, pour en repartir après déjeuner, dans le but d’arriver à Penvens pour 19 heures. Ces deux jours de navigation entrent dans la préparation de notre « Tour du Finistère en kayak de mer ».

 

 

La traversée de Dumet à Hoëdic, avec un bon force 4 de face, fut agréable au mental, mais physiquement dure pour Pascal, Jean et moi-même. L’un de nous verra reparaitre une ancienne tendinite à l’épaule. Pour ma part, sur la fin de l’étape, je sentais mes bras devenir durs à cause de l’intensité du pagayage, jamais je n’avais pagayé aussi fort auparavant. Nos amis de Saint-Nazaire nous ont souvent attendu pour qu’on puisse se regrouper, il est certain que nous manquons d’entrainement pour pouvoir naviguer avec eux à leur allure habituelle.
Continuer la lecture

L’île d’Yoc’h et la tourelle de Corn Carhai

Jolie petite rando aujourd’hui lundi 18 avril. Il y a presque pétole et complètement soleil. En arrivant sur le parking de la cale de Porspaul http://www.kayakalo.fr/cale414 j’ai la bonne surprise de retrouver Jean-Hugues, avec qui j’ai navigué et covoituré pendant des mois à l’époque où j’étais adhérent du CKB ( Canoë-Kayak Brestois ). En 2012 et 2013, nous étions sous la houlette de Marco, notre moniteur de kayak et nous faisions partie du groupe des adultes du mercredi matin. Après que Jean-Hugues soit parti retrouver sa famille pour le déjeuner, je me suis offert une petite collation, sur les rochers, avec vue imprenable sur l’archipel de Molène et l’île d’Ouessant. Je ne suis pas loin de chez Armel, à deux pas de chez Élo, mais l’un comme l’autre ne sont pas là cette semaine, je vais faire ma ballade en solitaire.

Au pied de la cale, alors que j’embarque, je rencontre un retraité pêcheur qui ramène sa caisse d’araignées, prises aux casiers. Je regarde l’heure : midi 30. C’est parfait, j’ai le temps de réaliser mon but : aller jusqu’à la tourelle de Corn Carhai, en passant par l’île d’Yoc’h. Ce sera pour moi une découverte, je n’ai approché ni l’un ni l’autre jusqu’ici. Je ne connais de la zone que le phare du Four, que j’avais visité avec Paul et Alain.
Continuer la lecture

4 kayaks de mer sur la côte d’Émeraude

Randonnée en kayak de mer, de Cancale au cap Fréhel, en 3 jours

Randonnée en kayak de mer, de Cancale au cap Fréhel, en 3 jours

Jeudi 14 avril, 21 milles nautiques, de Cancale à Saint-Cast-Le-Guildo
Nous sommes finalement 4. Nos épouses et époux respectifs savent depuis quelques temps que, du 14 au 16 avril, nous nous offrons 3 jours de mer. Notre intention première était d’aller à Ouessant, mais la météo en a décidé autrement. Alors, de bon matin, nous faisons route en voiture vers Port Picain ( http://www.kayakalo.fr/cale325 ). Là, nous avons trouvé un terrain de découverte que nous parcourrons en profitant des vents et courants.

10 heures, nous chargeons nos kayaks. Devant nous s’étale la baie du Mont Saint-Michel, dont l’abbaye, sur son rocher, dresse sa célèbre silhouette dans le lointain. Continuer la lecture

Rencontre CKmer, août 2015, Belle-Île.

Vendredi 21 août, je viens de déposer mon épouse à Port Maria (Quiberon), où elle prendra le ferry. Je me gare en face de la cale de Porigo (Port Haliguen), d’où je vais partir en kayak de mer. Nous allons rejoindre la 6ème Rencontre Internationale des kayakistes de mer, organisée par CK/mer, du 15 au 23 août 2015, à Belle-Île.

Trace de randonnée avec CKmer en Bretagne, de Quiberon à Belle-Ile, 3 jours, 45 nautiques

Trace de randonnée avec CKmer en Bretagne, de Quiberon à Belle-Ile, 3 jours, 45 nautiques

Il est 9h00, le premier coup de pagaie est donné, le temps est idéal pour la traversée. Après avoir passé la Teignouse, je découvre avec gourmandise la chaussée du Béniguet, je rencontre d’abord les Sœurs, puis les îlots plus grands de Glazig et d’Er Valueg, qui ont tous deux une végétation. A la balise du Grand Coin, la mer et le ciel offrent des teintes splendides, la visibilité est exceptionnelle ; je m’arrête pour me rassasier de cette palette de couleurs à quoi s’ajoute le plaisir de percevoir l’odeur de la mer.

A Houat, je trouve une jolie crique, juste en face de Séniz, où me poser pour déjeuner. La navigation reprendra, après, en ligne droite, vers la pointe de Kerdonis. Continuer la lecture

Randonnée solitaire en kayak de mer, Bannec, Molène et les Pierres Noires

Pour changer un peu je commence par ce qui n’allait pas dans cette randonnée :
– j’étais tout seul (on aime les partager les bons moments)
– je n’ai su que je pouvais naviguer ce week-end que la veille et, du coup, je n’avais que des conserves à emporter. Sans produits frais, mes repas étaient tristounets.

Maintenant que c’est dit, je vous relate ma petite randonnée en solitaire dans l’archipel de Molène.

Ce matin, samedi 13 juin, sur la grève de Lochrist, j’échange quelques mots avec les pêcheurs à pied tout en chargeant mon kayak. C’est l’étale de marée basse, ils viennent relever leurs casiers, que la nuit à garni d’araignées. Un chasseur sous marin est là aussi, avec son arbalète et sa bouée. Il a fait de bonnes chasses ici, dans les années 1980. Un couple de cygnes glisse sous nos yeux pendant que, tous, nous nous affairons.

9h13, l’étale de basse mer, je donne le premier coup de pagaie. En route pour la balise nord de l’île de Béniguet. Pendant la traversée du chenal du Four, je regarde attentivement ma carte et tout ce qui m’entoure. La route vers l’Archipel de Molène est dotée d’autant de balises qu’il y a de dangers. Je profite de la bonne visibilité pour prendre des repères qui me serviront les jours de mauvaise visibilité. Continuer la lecture

Tour de Ouessant en kayak de mer, mai 2015

Sandie, Rom, Didier et moi, nous nous retrouvons à la plage de Porsmoguer (29). Nous sommes samedi 23 mai, il est midi, Romain nous décrit la navigation qu’il a prévu pour ce week-end de pentecôte.
– Ce samedi après-midi nous allons naviguer dans l’archipel de Molène en nous approchant d’Ouessant.
– Nous quitterons l’Archipel dimanche matin pour entamer un tour de l’île d’Ouessant. Dimanche soir, nous ferons halte sur la côte nord, en face de l’île Keller.
– Lundi, mise à l’eau vers 8 heures, afin d’entamer la traversée du Fromveur à 9 heures, dans les meilleures conditions de courant. D’autant que du 4 à 5 Beaufort de nord-nord-ouest est prévu ce lundi. Continuer la lecture

Randonnée en kayak de mer de Doélan à Raguénez

Dimanche 4 avril, nous sommes 9 kayakistes de RKM56 à nous retrouver sur la cale du port de Doélan (commune de Clohars-Carnoët, en Finistère). Aujourd’hui et demain, nous savons que nous serons accompagnés d’un vent de nordet (3 à 4 Beaufort). Eric avait déjà pris soin de nous concocter un itinéraire de randonnée qui nous permettra de nous abriter du vent.

A 10 heures, nous partons vers l’Ouest, la côte se déroule : Porz Teg, Porz Bali, la rivière de Merrien et la crique de Poulguen, où nous faisons une pause pique-nique et sieste.

Nous reprenons notre route vers l’Ouest, au passage nous visitons le port de Brigneau, puis Porniguel, nous passons l’île Percée et Porzguen, nous entrons dans l’embouchure de l’Aven, puis passons la pointe de Rospico … . Et ainsi de suite jusqu’à la plage de Raguénez, où nous établirons notre bivouac au coucher du soleil.

 

Nous dînerons tous les neuf au chaud sous le grand tipi, avec pour dessert mémorable ; une fondue au chocolat. Peu avant, sous nos yeux encore plein d’appétit, nous avions l’île de Groix à gauche et l’Archipel de Glénan à droite, devant nous l’île Raguénez et l’île Verte. Suivra une nuit de pleine lune, fraîche et très claire. Continuer la lecture

Randokayak, journal de mer 2015

Bilan de mes navigations de l’année 2015
En 2015 : j’ai participé à 71 navigations totalisant 1049 milles nautiques.

Les navigations marquantes auxquelles j’ai participé en 2015  :
kayaks de mer et les grands dauphinsFin janvier, j’ai suivi le stage sécurité en kayak de mer de Christian Scalbert à Trégastel. Ce stage m’a appris de nouvelles techniques d’aide mutuelle et comment réagir au mieux à une hypothermie (il ne faut jamais frictionner une personne en hypothermie). En février, nous avons fait une balade à l’île de Stagadon, puis dans l’archipel de Molène où nous avons eu la chance de voir phoques gris et grands dauphins. Ensuite je fis ma première session de surf à Guissény avec Gérard, Isabelle et Armel et, enfin, je me suis amusé avec Nico, Rom et d’autres kayakistes dans les courants du Golfe du Morbihan.
Continuer la lecture

Itinéraires, guides de kayak de mer en Bretagne

Guides de kayak de mer en Bretagne
Agnès Penisson https://planetekayak.fr/
Christian Scalbert http://www.manche-ouest.org/
David Appéré http://www.foudekayak.com/
David Viguier http://www.robokoz.com/
Jean-Marc Terrade http://www.interactions-pleinenature.org/
Vincent Achard http://www.caminokayak.com/
Yann Lemoine http://www.peuplenomade.com/

 

Bretagne Nord

Randonnée en kayak de mer, de Cancale au cap Fréhel, en 3 jours

Randonnée en kayak de mer, de Cancale au cap Fréhel, en 3 jours

Randonnée en kayak de mer, de Cancale au cap Fréhel, en 3 jours

Continuer la lecture

Kayak de mer dans les marmites du Golfe du Morbihan, en Bretagne sud

Nous nous attendions à du gros temps sur la Bretagne sud ce week-end, nous devions subir pluie et vent. C’est Nico qui a organisé cette session « randonnée et jeux en kayak de mer » des Alligators. A 9 heures, nous étions six à commencer la journée par la vague statique de Berder. Sans vent, ni pluie, nous n’avions rien qu’un soleil, d’autant plus rayonnant que nous ne l’espérions pas. Ces deux jours, nous bénéficierons d’un joli coefficient, bien comme il faut, (117 aujourd’hui, puis 111 le lendemain). Au programme : jouer en kayak de mer dans les vagues *, marches, zones de cisaillement, tourbillons, marmites, contre-courants et courants du Golfe du Morbihan.

Vers midi, nous débarquerons sur la plage sud-ouest de Port Navalo. Bientôt, nous faisons sécher nos vêtements en lézardant un peu, avant d’aller déjeuner au Bar de la plage.

Au milieu du repas, nous percevrons le vent qui se levait brusquement et, derrière la grande vitre, nous vîmes l’arbre voisin qui ployait sous les rafales, puis c’est une grêle serrée qui crépite maintenant sur les tables en bois de la terrasse ! Sympa d’avoir un toit sur la tête et d’être au chaud.

Le temps que nous en arrivions au café : rafales et grêle étaient partis vers le sud. Nous sortirons du bar comme nous y étions entré : dans la belle lumière du soleil d’hiver.  Continuer la lecture

Stage sécurité en kayak de mer avec Christian Scalbert, en Bretagne nord

Samedi 24 et dimanche 25 janvier 2015, nous sommes 18 à suivre le stage sécurité en kayak de mer que Manche-Ouest.org organise en Bretagne, à Trégastel, sous la houlette de Christian Scalbert.

Cette formation abordait toutes les techniques de récupération en mer, la notion de radeau, l’assistance d’une personne blessée, l’utilisation du matériel de sécurité.

Météo-France, tableau des températures ressenties en fonction du vent.

Météo-France, tableau des températures ressenties en fonction du vent.

En préambule, Christian Scalbert nous parle des risques d’hypothermie en mer, et particulièrement de ce que doivent faire et ne pas faire les sauveteurs. Christian insiste sur le fait « qu’il ne faut en aucun cas frictionner ou masser une personne en état d’hypothermie ». La friction activerait une circulation sanguine, heureusement ralentie par la vasoconstriction, et amènerait le froid périphérique au cœur du corps, là où se trouvent les organes vitaux (cerveau, appareil digestif, appareil respiratoire, le cœur). Le corps, par le mécanisme physiologique de la thermorégulation, conserve toute la chaleur qu’il peut préserver dans les zones des organes vitaux. Une friction sur la personne en hypothermie aurait pour résultat de réchauffer la peau, la périphérie, au détriment des organes vitaux. Le refroidissement des organes vitaux entraînerait la mort de la personne en hypothermie.

Contrairement à une idée reçue, le risque majeur du kayakiste après un chavirage, n’est pas la noyade, mais bien l’hypothermie.

Au sujet de l’hypothermie, voici un texte de Guy Cloarec très utile aux kayakistes, à lire attentivement et entièrement : http://www.manche-ouest.org/fr/kayak-de-mer/coaching/153-lhypothermie-un-dossier-de-guy-cloarec Continuer la lecture

#JeSuisCharlie, balade en mer à Brest

La météo annoncée à partir de lundi prochain est assez mauvaise, aussi, je me dis que si je veux faire une sortie kayak de mer cette semaine, ce sera aujourd’hui, dimanche. Cela me fera, hélas, louper la manifestation brestoise d’hommage à #JeSuisCharlie.

Je pars quand même, vers dix heures, direction la pointe de Pen Ar vir, où j’aime bien aller depuis que j’y ai découvert l’existence de jolis sentiers. Le vent de travers me donne l’occasion de tester la dérive du Vaag 17′ 4″. Le résultat est excellent, je peux tenir le cap que je veux. Entre 10h et 16h, j’aurai un vent d’OSO qui passera de 10 à 16 nœuds avec des rafales de 13 à 21 nœuds. Une petite houle courte de 0,5 à 0,8m.

Je fais une brève pause aux abords de l’île Ronde, à l’abri du vent. Je m’en doutais, mais au passage, mon GPS me confirme que j’ai navigué à 4 nœuds de moyenne, le Vaag est un bateau qui trace bien. Je continue vers Pen Ar Vir, où j’arrive à midi, avec le soleil ; pour un petit en cas et une balade découverte sur les sentiers des alentours.

Je pars de la tourelle de la pointe de Pen Ar Vir et découvre un sentier que je n’avais pas remarqué les fois précédentes, il surplombe la plage de l’Anse de Poulmic. Je l’arpente jusque sur les hauteurs, dans le but de faire quelques photos de la cale de Poulmic. Cale prés de laquelle demeure, depuis 1935, la Base d’Aéronautique Navale (anciennement Centre d’aéronautique maritime de Lanvéoc-Poulmic) et L’École Navale, qui y a installé ses nouveaux quartiers à partir de 1946. Continuer la lecture

La descente du Stangala

Hier, samedi 15 novembre 2014, la station Treodet, à Ergué-Gabéric, indiquait 82 cm de hauteur d’eau. Cette hauteur d’eau à Treodet indique une descente relativement facile de l’Odet dans la vallée du Stangala.

Pour suivre une progression du niveau de difficulté, Nicolas conseille d’augmenter la difficulté en passant à des niveaux d’eau de 10 et 10. Par exemple, si vous êtes à l’aise avec un niveau d’eau aux alentours de 80 cm à Treodet (ce qui correspond à une rivière de classe II) essayez ensuite à 90, puis 100. Plus le niveau d’eau augmente, plus la descente est rapide, plus les stops doivent être rapides et précis, parce que les espaces où s’arrêter sont rares et étroits.

La vallée du Stangala est considéré comme le plus « extraordinaire paysage terrien de la Basse-Cornouaille ». La portion de vallée en gorge suit, sur environ 5 kilomètres, deux lignes de failles se croisant à angle droit.
Les pentes escarpées qui bordent l’Odet dans le Stangala, dépassent par endroit 45° de pente. Le fond de la vallée est parsemé de gros blocs de pierre qui permettent des passages à gué, lors des basses eaux.

En hiver, les niveaux d’eau les plus élevés de l’année permettent d’organiser une compétition de niveau régional, appelée « La Descente du Stangala ». Cette compétition est habituellement organisée en janvier ou février.

Vers 1870, Jean-Marie Déguignet, un des rares paysans du XIXe siècle ayant écrit son autobiographie, pense installer, au retour de la guerre du Mexique, son ermitage au Stangala. « Je n’ai pas pu oublier le projet que j’avais fait d’aller, en ermite, habiter ce désert sauvagement merveilleux, où j’aurais passé ma vie au milieu de mes amies les abeilles, paisible, loin du bruit, des fracas, des tracasseries, des félonies, des canailleries et des horreurs du monde civilisé… c’est encore là que je passe les meilleurs moments de ma vie à regarder les eaux de l’Odet bondir de rocher en rocher, et à contempler ces énormes roches suspendues à cent mètres au-dessus de la rivière, ces sauvages merveilles témoins d’un immense cataclysme. »
Déguignet (Jean-Marie), Mémoires d’un paysan bas-breton, P. 434-435, Ed. Arkae, Ergué-Gabéric, 2009.

Le parcours que nous (Le club de canoë-kayak des Alligators de Landerneau) avons suivi, au départ de Tréouzon, est longé par le GR38.

Continuer la lecture

Tour de Belle-île en kayak de mer

Vendredi 31 octobre nous quittons la pointe du Conguel à Quiberon, en Bretagne sud, pour faire route vers Belle-île en mer. Pour l’occasion Bekayak m’a prêté son Vaag 17′ 4″ de démonstration, cela dans l’attente de la livraison, le 15 décembre, de celui que j’ai commandé chez eux.

Notre groupe de 5 kayakistes s’attendait à une météo grise et pluvieuse, telle que promise par les bulletins. Finalement chaque heure de cette randonnée a été un bonheur des yeux, tant les lumières étaient variées et splendides. Après notre arrivé par les Poulains, nous avons entamé notre tour de l’île dans le sens antihoraire. Tour ponctué par des jeux dans les passes ; les tombants rocheux de plusieurs d’entre elles étaient totalement recouvertes des fameux pouces-pieds.

 

Je connaissais déjà une partie de Belle-île, pour l’avoir visité avec mon épouse, il y a quelques années. Nous avions loué des vélos et parcouru les routes de la moitié ouest. Sur la fin, la pluie était de la partie et je me souviens que nous avions regagné Le Palais trempés comme des souches, les yeux brillants d’avoir vu tant de beautés.

La visite par la côté révèle autrement les paysages sauvages, riches en nuances de couleurs, particulièrement si le temps varie. Continuer la lecture

Kayak de mer, trois îles, Callot, Batz, Sieck

Samedi 11 octobre, JM. et J. nous invitaient à nous joindre à eux pour une balade en kayak de mer, jalonnée de 3 îles. Cette navigation commence à Saint-Pol-de-Léon, au lever du jour. De là nous allons vers la passe aux Moutons, puis longeons l’île Callot, cap vers la tourelle du plateau des Duons, puis direction Batz. Nous longeons ensuite la côte nord de l’île de Batz avant de piquer au sud ouest, vers l’île de Sieck, où nous pique-niquerons. Au retour nous passerons par le chenal de Batz et le port de Roscoff.

En plus, la météo était avec nous et la journée fût bien belle, voici quelques photos. A noter que la navigation, conçue par JM., profitait au mieux des forts courants du jour (coefficient 102), ainsi la mer nous a bien aidé tout au long notre randonnée. Continuer la lecture

Visite en kayak de mer au phare du Four

Ce samedi matin, 20 septembre, à l’occasion des « Journées Européennes du Patrimoine », Paul, Alain et moi, nous nous sommes donné rendez-vous à Argenton en Finistère, route de la cale. Nous prévoyons de profiter de l’étale de basse mer, d’un petit coefficient de marée et de l’absence totale de houle, pour aller visiter le phare du Four en kayak de mer. Ce phare, achevé en 1873, fut allumé dans la nuit du 14 au 15 mars 1874.

Nous devrons faire attention à la brume qui va et vient ce matin sur le littoral de Bretagne.

La traversée est courte (2 nautiques). Après avoir amarré nos trois kayaks au pied du phare, nous montons sur le plateau à l’aide de deux échelles, celées successivement dans la roche puis dans le bâti. Le plateau est bordé d’un garde-corps sur sa face sud-est. La partie nord-ouest, la plus exposée, offre une rampe rouillée à laquelle se tenir. Je recommande aux amateurs de faire le tour du phare dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, le passage du petit mur ouest sera plus sûr. Bientôt nous redescendons les échelles. S’asseoir dans son kayak de mer à partir d’une échelle n’est pas évident quand on n’est pas entraîné. Pour moi ce sera l’occasion d’un bain de mer.

Quelques minutes après avoir quitté le phare, nous n’en distinguerons plus que la coupole avant que le phare ne disparaisse entièrement dans la brume. Par précaution, Paul nous invite à aller nous réfugier dans les îlots rocheux (Castel Braz), hors de la route des bateaux, au cas où la brume vienne à s’épaissir encore.

Mais finalement, la brume se dissipe, nous faisons une balade en rase-cailloux, quelques exercices de sécurité (échanges de kayaks en mer, esquimautages et récupérations en T), puis revenons débarquer à la cale. Continuer la lecture

Découverte et jeu dans les courants du Golfe du Morbihan, en Bretagne sud

Samedi 6 septembre, 5h30 de navigation, 10 MN.
nous étions 17 kayakistes à partir de la cale de Pen Lannig à Baden, en Bretagne sud, ce samedi matin. Nous sommes réunis, le temps d’un week-end, à l’invitation de Nicolas ( Nico56 sur le forum kayakdemer.eu). Au menu, une randonnée en kayak de mer intitulée « Découverte et jeu dans les courants du Golfe ».

Nous commençons par prendre la direction de la balise de Kerpenhir, située à l’entrée du Golfe. En chemin on effectue un travail de la gîte, puis des jeux dans les courants et contre-courants, d’abord à Kerpenhir et ensuite au Grand Mouton. Nous posons nos kayak de mer pour un pique-nique sur la pointe sud de l’île Longue, puis direction Er Lannic et la Jument, finalement on se régale sur la vague de Berder avant de rentrer avec un sourire jusqu’aux oreilles.

Le soir nous dormirons au camping « La fontaine du Hallate » à Plougoumelen (tarif spécial kayakistes).

Dimanche 7 septembre, 9h de navigation, 17 MN
Départ à 7:00 de la cale de Pen Lannig à Baden, direction l’île Berder, bac jusqu’à l’île de la Jument. Puis direction l’entrée du Golfe où nous faisons des triangles entre le Grand Mouton, le Faucheur et la pointe du Montenno. Nous rencontrons là Jérôme Leray qui nous convainc d’aller pique-niquer à l’île de Méaban (dont l’accès est interdit du 5 avril au 31 août). Au retour nous profiterons à plein de la vague de Berder qui est en grande forme, puis rentrée à 16:30 à la cale de Pen Lannig, fatigués mais contents. (à la montante il faut compter BM à Arradon + 2h15 à 2h30 pour profiter au mieux de la vague de Berder).

Un grand merci à Nicolas pour ce superbe week-end, nous nous sommes régalés. Merci également à Agnès, Romain et Guillaume, comme à tous les participants de cette randonnée en kayak de mer. Continuer la lecture

îles de Houat, Hœdic et Dumet en kayak de mer

îles de Houat, Hœdic et Dumet en kayak de mer
les 16, 17, 18 août – 42 nautiques

De la pointe de Kerpenhir à l’île d’Hœdic en passant par Houat, 17 nautiques
Il y a 4 jours, j’avais contacté Yvonne, lui disant que j’étais partant pour une randonnée en kayak de mer. Quelques discussions plus tard, Yvonne m’a dit qu’elle calculait les caps et horaires, profitant au mieux des courants de marée pour notre randonnée à Houat, Hœdic et Dumet.

Finalement, aujourd’hui samedi, à 12:39, nous avons donné le premier coup de pagaie, au départ de la pointe de Kerpenhir (Locmariaquer, en Bretagne sud). Durant notre ligne droite, reliant Kerpenhir à Houat, nous avons discuté des médecines douces (acupuncture, jeûne thérapeutique, homéopathie). C’est un sujet qui nous intéresse l’un comme l’autre. Sans voir le temps passer, nous arrivons sur Houat, pour une courte pause sur la plage du Gouret.

Alors que nous quittons la plage, nous remarquons une barque conçue pour les longues traversée. Nous entamons alors une discussion avec Laurent Etheimer, le propriétaire. Il compte participer, le 18 octobre, à la traversée de l’Atlantique à la rame pour rallier la Guyane à partir de Dakar. Avec notre randonnée de 41 nautiques, nous faisons « petits joueurs ». Cela ne nous empêche surtout pas de profiter du plaisir de naviguer vers Hœdic par le passage des Sœurs.

A l’arrivée, je suis tenté par une étape supplémentaire pour aller voir de plus près le phare des Cardinaux qui me semble proche. Yvonne me fait remarquer qu’il est déjà 19:00 passé et qu’avec la durée de l’aller retour, nous devrions ensuite monter nos tentes à la lumière de nos lampes frontales. J’opte alors pour un bain de mer et une petite visite des alentours de notre plage. Nous dînons peu avant que le jour ne tombe et convenons d’un lever à 05:30, en vue d’un départ pour Dumet deux heures après. Continuer la lecture

kayak de mer et phares de Bretagne

Kayak de mer et phares de Bretagne, du nord au sud

 

Phare du Grand Jardin, Saint-Malo (35)

Phare du Grand Jardin, Saint-Malo (35)

de Cancale au cap Fréhel

 

 

 

 

 

Phare des Sept îles, sur l'Île aux moines, Perros-Guirec (22)

Phare des Sept îles, sur l’Île aux moines, Perros-Guirec (22)

de Ploumanac’h a Primel, en passant par les 7 îles

 

 

 

 

 

Phare du Paon sur l'île de Bréhat (22)

Phare du Paon sur l’île de Bréhat (22)

L’archipel de Bréhat

 

 

 

 

 

Phare de la Croix, situé entre l'île de Bréhat et Ploubazlanec (22)

Phare de la Croix, situé entre l’île de Bréhat et Ploubazlanec (22)

Photo prise lors de la randonnée en kayak dans l’Archipel de Bréhat, lors du stage CK/Mer « Randonnée et Itinérance à l’île Verte », les 10 et 11 octobre 2015.
Continuer la lecture

Pêche en mer, de St Pol à Agathon

Cette randonnée de 5 jours en kayak de mer, proposée par Jean-Marc et à laquelle j’ai été invité par Jacqueline, aura pour thèmes principaux la navigation et la pêche à pied dans les baies de Morlaix et Lannion. Nous serons autonomes en vivres et devrons juste nous ravitailler en eau douce en cours de route.

Tracé de notre randonnée en kayak de mer en Bretagne. En 5 jours, nous avons fait un aller et retour de 49 miles nautiques, entre Finistère et Côtes-d'Armor, de Saint Pol de Léon à l'île Agathon.

Tracé de notre randonnée en kayak de mer en Bretagne. En 5 jours, nous avons fait un aller et retour de 49 miles nautiques, entre Finistère et Côtes-d’Armor, de Saint Pol de Léon à l’île Agathon.

 

Lundi 7 juillet. Josée, Jacqueline, Jean-Marc, Gilles et moi sommes sur le départ au port de Penpoul (Saint Pol de Léon), nous allons à Primel, distant de 10 nautiques.

Pendant que Jacqueline, Jean-Marc et Gilles vont garer les voitures et remorques, Josée me montre comment pêcher les palourdes sur la grève. Le coin est généreux pour ceux qui ont l’œil exercé permettant de repérer les deux discrètes dépressions qui indiquent la présence d’une palourde.  Continuer la lecture

Les aspirants à Telgruc-sur-Mer

Samedi 19 avril 2014, après un briefing concernant le matériel de sécurité adapté à notre activité de ce matin, David Appéré nous invite à une partie de rase-cailloux en kayak de mer. Le lieu s’y prête, il y a de quoi s’amuser. David désignera tour à tour plusieurs d’entre nous comme responsables du groupe. Lors du debriefing, il nous confiera qu’il a organisé notre navigation de façon à nous faire réfléchir à la manière d’encadrer un groupe lors d’une sortie rase-cailloux : quel est le rôle du responsable de la sortie, comment mesure-t-il les dangers et comment met-il en place une sécurité ? Le responsable de la sortie n’agit pas de la même façon selon qu’il connait bien la zone de navigation ou selon qu’il la découvre. Dans les deux cas, David nous indique les différentes options à mettre en oeuvre.

En dehors du fait que nous suivons cette formation qui va booster notre progression, on apprécie le lieu de toute beauté où nous évoluons ce matin. Cette journée à Telgruc-sur-Mer est la deuxième étape d’une formation « aspirants moniteurs » étalée sur plusieurs sessions. Elle réunit aujourd’hui des kayakistes venant des clubs de kayak de Plougonvelin (Filou), Brest (Morgane, Guillaume et Jean-François),  et Telgruc (Christian et Titou).

A l’issue de notre pique-nique au gîte du Centre Nautique de Telgruc. David nous parle de la particularité d’encadrer des adultes (qui souvent ont les uns et les autres des attentes bien différentes) il nous parlera de l’utilité de déléguer et d’impliquer l’ensemble des participants à la sécurité du groupe. Beaucoup d’adultes rejettent l’autorité et préfèrent être amenés à concourir aux consignes plutôt qu’à obéir aux consignes. David nous questionnera sur les principales dispositions de la Division D240, le texte légal qui définit les dispositions en matière de sécurité et de prévention de la pollution applicables aux navires de plaisance, à usage personnel ou de formation, d’une longueur de coque inférieure à 24 m. Catégorie à laquelle appartiennent les kayaks de mer. Ce texte définit les éléments déterminants des bateaux comme :
La flottabilité,
Le matériel d’armement,
Le moyen de remonter à bord,
Les limites de navigation,
Les attestations de conformité,
Des nouveaux documents administratifs (manuel du propriétaire, RIPAM…),
Dérogation relative aux activités encadrées dans les établissements agréés jeunesse et sports.
Vous pouvez télécharger gratuitement le RIPAM (Règlement international pour prévenir les abordages en mer) en deux volumes au format PDF, sur le site du SHOM http://diffusion.shom.fr/catalogsearch/advanced/result/?price[to]=0 Il y a un volume pour le texte et un autre pour les planches.
Continuer la lecture

Les aspirants aux Roches du Diable

Samedi 12 avril 2014, la hauteur d’eau est de 0,74 m à la Loge Coucou.  Sept kayakistes du Finistère descendent l’Ellé aux Roches du Diable, sous la houlette de Vincent Salmon, moniteur de kayak du CKCQ (Canoe Kayak Club de Quimperlé).

Cette descente de l’Ellé ouvre une formation « aspirants moniteurs » étalée sur plusieurs sessions. Elle réunit aujourd’hui des kayakistes venant des clubs de kayak de Brest (Morgane, Guillaume et Jean-François), Landerneau (Soizic et Mathieu) et Telgruc (Christian et Titou).

Vincent nous explique que le moniteur se place toujours entre l’éventuel danger et son groupe. Le moniteur connait la zone sur laquelle il encadre la navigation, il connait ses dangers (cravates, rappels, siphons, peignes). Dangers qui différent ici, selon le niveau d’eau (quand la hauteur d’eau à la Loge Coucou se situe entre 1 m et 1,40 m la navigation sur l’Ellé aux Roches du Diable correspond à une rivière de classe 4. Au dessous d’1 m, le passage des Roches correspond à une rivière de classe 3).

Après le briefing, Vincent nous demandera de nous engager un à un dans les premières étapes de cette descente, il veille de façon optimum à la sécurité de tous. Ainsi, il ne court pas le risque d’avoir plusieurs membres du groupe qui baigneraient simultanément.
Pour maitriser notre descente de rivière, nous utiliserons 3 techniques de base : bac, reprise de courant et stop. Vincent nous demande nos avis sur le choix du parcours, nous partageons nos réflexions sur la conduite d’un groupe, en ayant à l’esprit la sécurité de tous à tout moment.

On commencera la descente par de petites étapes qui nous mènent d’un contre-courant derrière une roche à un autre contre-courant derrière une autre roche.

Ici, les rochers ont des noms, utiles pour dialoguer sur les options de navigation. Vincent nous indique donc que nous passerons à gauche de la pyramide, tournerons à « droite toute » pour aller faire un stop dans le contre-courant situé juste après les « 3 moutons ».
Tout se passe bien, nous nous engageons un à un. Je suis les traces de Vincent, qui ouvre la voie. Cette place de second me permettra de faire quelques photos de mes ami(e)s quand ils passeront le palier qui suit la pyramide.

Peu après, je ferai une faute de gite, rattrapée par un esquimautage, Un peu plus bas nous nous amuserons dans les dernières veines d’eau du parcours.

Pour finir, nous travaillons les récupérations. Tour à tour, chacun d’entre nous va être soit récupérateur, soit récupéré. Morgane me ramènera à la berge en toute sécurité. Cette séance sera l’occasion pour moi d’apprendre à guider un kayak vide vers la berge.

En fin de séance, Marc Berçon, moniteur du CDCK29, nous rejoint. La semaine prochaine, il nous donne rendez-vous à Telgruc pour la session suivante.

Continuer la lecture

Randonnée en kayak de mer au Corbin

Randonnée en kayak au rocher du Corbin, 25 milles nautiques.
Temps couvert aujourd’hui ! Je décide de vérifier mes aptitudes d’endurance dans une navigation de 6h en kayak de mer. Je m’organise un minimum pour profiter au mieux des courants à l’aller et au retour. Le Coefficient de marée est de 93, je pars à 09:59, un peu plus tard que prévu. La BM étant à 11:45, je bénéficierai quand même des deux dernières heures du jusant pour aller vers le Corbin (un rocher à l’ouest du Toulinguet).

Pour une fois, je double un voilier bien pénard, il se contente très honnêtement du faible vent du jour et, pour le bonheur de nos oreilles, laisse son moteur en sommeil.
J’avais acheté en septembre une poche à eau (qu’on fixe au dos de son gilet de flottaison), je m’en sers aujourd’hui pour la première fois. Bonne intuition, je transpire plus que je ne l’imaginais, et je siroterai facilement mes 2,5 litres, au cours de ces 6 heures de navigation.

Je passe la Cormorandière, puis la pointe de Cornouaille, les Capucins, Camaret, le Toulinguet, le Lion et j’arrive à mon but du jour : le rocher du Corbin. Il est 13:10, au Sud-Ouest, je vois le Petit Léac’h et puis un peu plus loin ; Pelen.
Je contourne le Corbin par le Nord, puis l’Ouest, je sens alors une odeur iodée, ça fleure le bon air du large, j’adore ! Au Sud, derrière les Tas de Pois, je vois la silhouette du Cap de la Chèvre. En attendant, je me régale de la belle mer qui baigne mon kayak. Mais, il faut déjà rentrer pour être à l’heure, bientôt, je prends le chenal du Petit Léac’h pour m’approcher de la Louve, je m’échoue sur la grève, au pied du sémaphore du Toulinguet. Là, je fais une pause de 20 minutes pour déjeuner du pain, du pâté Hénaff, une salade de fruits. Continuer la lecture

Stage kayak du CKB, Scorff, Blavet, Ellé

Stage kayak de rivière du CKB : Scorff, Blavet, Ellé, les 7, 8 et 9 mars 2014

Vendredi 7 mars, à 8:30, nous sommes à la « Carrière », sur le Scorff. Marco Monier (moniteur BE), assisté de Cyrille, encadre un stage eau-vive du CKB (Canoé Kayak Brestois).

Les participants sont : Morgane, Denis, Florian, Jean-Luc, Michel, Mickaël, moi-même et Romain. Pour Morgane, Jean-Luc, Michel et moi-même, c’est un premier stage en eau-vive.
La mise à l’eau sur le Scorff me parait assez impressionnante : il y a un courant vigoureux, des trains de vagues qui écument, des pleureurs (rochers qui affleurent à la surface) et de nombreux rochers qui sont tout autant des obstacles (quand on se dirige vers eux), que des refuges (une fois qu’on les a passé).

D’abord, Marco nous a emmené, à pied, reconnaître la partie du Scorff que nous allions naviguer ce premier matin. Marco commente chaque passage, en soulignant les dangers éventuels, il répond aux questions qui nous viennent à l’esprit.

Ensuite, chacun d’entre nous choisit son point de mise à l’eau, dans un des contre-courants qui émaillent la rive. Mickaël, le premier, fait un bac (il traverse le courant, en conservant l’avant du bateau face au courant, pour se placer dans un contre-courant sur la rive opposée), ainsi, il a une vue d’ensemble et est prêt à aider, si l’un de nous à un problème.

Grâce à la reconnaissance préalable que Marco nous a fait faire, nous savons ce que nous allons rencontrer. Personnellement, j’ai quand même un peu les chocottes et je sens que si mon cœur bat fort, ce n’est pas seulement à cause des efforts intenses que je fais pour garder mon cap et ma vitesse.

Nous avançons par tronçon : reprise de courant, navigation dans les trains de vagues, puis stop dans le contre-courant offert par une roche, une souche ou un arbre. Je fais une faute de gîte dans le deuxième train de vagues, je bascule. Par chance le rocher le plus proche de mon épaule est derrière moi, à 20 cm, j’ai donc la place pour esquimauter « vite fait » et reprendre ma navigation, aussitôt, comme si de rien n’était. Un des kayaks nous échappe suite à un bain, Marco part le récupérer 800 mètres plus bas, il a donné ses consignes et délégué la gestion du groupe à Cyrille, les plus avancés d’entre nous (Denis, Florian, Mickaël et Romain) veillent sur les « nouveaux ».

Marco nous rejoint bientôt et nous entamons sous sa houlette un travail sur les bacs à la passerelle. Chacun améliore ses gestes en jouant dans les deux veines d’eau situées à droite et à gauche de la passerelle. On terminera, à 11:00, cette matinée sur le Scorff par un portage jusqu’à la route toute proche. On charge les kayaks sur la remorque et nous enchaînons aussitôt, en prenant la direction du stade d’eaux vives de Lochrist. Marco y a réservé deux créneaux pour notre groupe, à 12:30 et 16:00.

 

Arrivés à Lochrist à 11:30, nous commençons par reconstituer nos forces avec quelques barres de céréales et de l’eau. Nous prendrons une véritable pause et notre repas à 14:30.

Dans le stade, alimenté par le Blavet, nous entamons un travail spécifique sur les bacs, reprises et stops. Cyrille nous indique un parcours circulaire qui exploitera toutes ces techniques sur peu d’espace, de façon harmonieuse. Dès les premiers progrès, une partie du groupe remonte le courant pour aller chercher des veines d’eau plus musclées, agrémentés de petites marmites aux effets inattendus, effets qui pimentent le jeu sur l’eau vive.

A 14:30 on s’offre la pause promise et un casse croûte en rapport avec la dépense du matin.

Une heure plus tard, nous entamons le parcours de slalom du stade d’eau vive, nous y rencontrons des enfants de 8-12 ans, qui font leur parcours, affichant une manifeste volonté de maîtrise.

Je ferai encore quelques fautes de gîtes dont je me sortirai en esquimautant … jusqu’à la 3ème faute, où le bain sera avéré. Le courant rend ma remontée à la nage assez laborieuse. Sur le conseil de Marco, je trouverai refuge sur un minuscule rocher, d’où je choperai la corde que me lance Jean-Luc. Jean-Luc, Morgane et Denis me hisseront jusqu’à la rive.

Encore une demi-heure de jeux dans les veines d’eau et nous rentrerons au gîte de Lanvaudant où nous nous mettons à la cuisine, pour élaborer ensemble le reconstituant du soir (tartiflette et gâteau de riz). Le tout précédé d’un apéro, où les rires et sourires animent nos faces réjouies.

Le repas du soir est un moment privilégié, on y échange nos anecdotes de navigation, des souvenirs souvent pleins d’humour. Jean-Luc intervient peu, mais révèle son art à déclencher nos rires avec juste une petite phrase, toujours très finement placée.

21:00, après 7 heures de kayak, où nous nous sommes donné à fond, le sommeil vient facilement. J’avais amené un livre de poche facile à lire pour m’endormir : j’ai fermé les yeux à la deuxième page.

 

Samedi 8 mars, le Bas Ellé
07:30 on se retrouve dans la salle commune pour le moment si agréable du petit déj pris en commun. Devant la cheminée, nos vareuses, top thermiques et néoprènes ont parfaitement séché pendant la nuit. Une heure après, nous partons plein d’appétit de naviguer, en direction de l’Ellé, vers Pont Ty Nadan, sur la D22.

Après les nombreuses tempêtes de l’hiver, nous ne sommes pas étonnés de voir un arbre et ses branches en travers des piles du pont de Ty Nadan, du côté amont. S’en approcher en kayak ou à la nage serait très dangereux : le courant vigoureux nous aspirerait bien vite sous l’arbre avec le risque quasi certain d’y rester.

Nous faisons donc un portage pour embarquer en aval du pont. Là, nous allons commencer notre deuxième journée de stage de kayak en eau vive.

Nous nous échauffons avec quelques bacs au travers des courants (entre les piles du pont) et contre-courants (derrière les piles du pont).
Vers la rive droite, on distingue une zone bien marmiteuse, une zone où la navigation est aléatoire. Cyrille s’y lance avec bonheur et maestria.

Assez vite, nous descendons dans ce que nous nommerons bientôt la « vague à Jean-Luc ». Une jolie vague d’école, aux contours évidents, qui va nous permettre de poursuivre notre progression technique.

Pique-nique et une petite sieste au soleil, je vois les premiers papillons de l’année.

L’après-midi, nous descendrons doucement jusqu’au club de La Mothe, la nature est magnifique, chaque détour de la rivière nous dévoile de nouveaux paysages. Au moulin de Kergueff, nous porterons nos kayaks ; le niveau d’eau étant trop élevé pour que nous puissions passer sous la passerelle.

Au final, ce samedi nous a offert une navigation pleine de belles images et nous sentons que les progrès techniques commencent à bien s’additionner, sous l’impulsion progressive et continue de Marco.

 

Dimanche 9 mars, le Bas Ellé, bis !
Déjà la veille au soir, notre moniteur insistait sur la richesse qu’était la cohésion de notre groupe. Aussi quand Marco et Cyrille ont, de visu, jaugé la difficulté d’une navigation aux Roches du diable, ils ont préféré renoncer, plutôt que de diviser notre groupe en n’y emmenant que ceux qui parmi nous possédait l’expérience nécessaire à ce niveau de difficulté.

Alors qu’on était là, à observer, nous avons vu des nageurs en eau vive descendre les Roches. C’était intéressant de voir qu’ils suivaient un parcours identique à celui que nous aurions choisi, ainsi que des techniques identiques à celles que nous aurions mises en œuvre : bacs, stops dans les contre-courants et reprises de courant. Eux aussi se font drosser sur les roches si ils manquent de maîtrise lors d’un bac.

12:00 , on prend des forces au soleil : pain, tomates, jambon, eau, banane, pâté etc … avant d’aller nous dépenser à nouveau sur une jolie veine d’eau, la, déjà citée, « vague à Jean-Luc ». On y travaillera la technique de façon plus approfondie.

Les conseils détaillés de Marco et l’exemple qu’il nous a donné (en ralentissant, à l’extrême, ses gestes lors d’une reprise de courant), m’ont permis de comprendre le comment et le pourquoi. Mon enchaînement de gestes est moyen, mais, grâce au moniteur, je comprends mieux l’utilité et la fonction de chaque phase de l’enchaînement : élan pour franchir la zone de cisaillement qui sépare le contre-courant du courant, circulaire extérieure pour pivoter vers le courant, le corps légèrement penché en avant, le regard tourné dans la direction qu’on va prendre, gîte prononcée « les fesses vers le courant » afin que le courant ne puisse pas renverser le kayak quand il est en travers, appui de la pagaie dans le triple but de s’orienter dans le sens du courant, d’être tracté par le courant et d’obtenir un contrôle de stabilité.

Plus tard nous descendrons au sud du camping de Ty Nadan, pour surfer une belle vague statique. Cette vague à surfer suscite notre enthousiasme. Nous avons bien « donné » sur cette vague et nous n’avons conservé qu’à peine l’énergie nécessaire au retour.

Passé 16:00, le stage est terminé, nous reprenons la route de Brest, nous parlons de nos prochaines navigations en rivière, ce stage nous a fait bigrement progresser et nous donne l’appétit d’aller plus loin. Franchement, on s’est bien éclaté, on a travaillé ensemble dans un plaisir constant  !

Merci Marco !

 

Continuer la lecture

Descente du haut Élorn

Mercredi 26 février, nous nous mettons à l’eau sous le pont le plus proche de la gare SNCF de Landivisiau. Le soleil est de la partie et va illuminer la totalité du parcours de descente du haut Élorn que nous ont concocté Cyrille et Mathieu du CKB. La veille, Marc Monier, Moniteur BE du CKB avait validé ma Pagaie Verte Eau Calme FFCK

Nous sommes 6, chacun à des obligations et nous devrons rentrer à Brest vers 12:00.

On alterne bacs, stops et reprises jusqu’au « bourrelet de mémé ». Là, Cyrille et Mathieu nous montrent comment surfer la vague en question. Pas évident d’être à deux côte à côte sur cette vague, alors nous y allons l’un après l’autre.

Lors du parcours, nous devrons faire trois petits portages pour contourner des arbres abattus sur la rivière par le dernier coup de vent.

Nous terminerons par quelques jeux dans la veine d’eau, à la « Poubelle verte », où nous débarquerons.

 

Continuer la lecture

Randonnée dans l’archipel de Bréhat

Randonnée en kayak de mer dans l’archipel de Bréhat

Lundi 17 février, tour de Bréhat, 10 MN, 18 km

11:30, Agnès, Dominique, Florence, Josée, Éric, Gilbert, Jean-Marc, Mickaël et moi nous nous retrouvons au Pôle Nautique Paimpol-Goëlo à Loguivy dans les  Côtes d’Armor. A peine déposés sur la grève, nous chargeons nos kayaks de mer avec soin et diligence. Sitôt fait, on se restaure en chœur, tout en parlant de la navigation de l’après midi. Agnès nous propose le programme, Éric, Josée et Jean-Marc apportent également leurs connaissances de la zone, pour affiner la navigation. Moi, je découvre avec émerveillement un archipel dense de nombreuses îles et îlots. Au loin à gauche : la pointe du Sillon de Talbert, suivie de l’archipel d’Ollone, où nous nous rendrons demain matin.

12:30, route vers l’île Verte, puis nous entamons le tour des îles Nord et Sud de Bréhat dans le sens horaire. On agrémente le tour par la recherche des passes à cailloux, plus c’est étroit, plus on est content. Si, en plus, il y a une vague qui ourle l’eau au bon moment : on sourit jusqu’aux oreilles. La côte est découpée, gourmand des yeux, je me régale de la variété des teintes du granit rose. Bientôt, il deviendra granit rouge avec la lumière du soir.
Continuer la lecture

Randonnée en kayak de mer, 2 bivouacs solitaires en hiver

Dimanche 26 janvier 2014, du Spot Iroise au manoir d’Hirgars, 10 MN (19,3 km), navigation par 7 à 8 Beaufort avec des creux de 2 à 3 mètres et des rafales de 25 à 40 nœuds.
il est 11 heures du matin, j’attends le taxi qui, dans 5 minutes, va m’emmener au Spot Iroise. Dans l’entrée, j’ai tous mes sacs : tente, réchaud, vivres, affaires de rechange et tout le toutim.
Je porte déjà ma combinaison sèche. Dehors, il pleut à verse et je tiens à rester sec, au moins le premier jour. Mon épouse et mes amis kayakistes savent que je pars en randonnée pour trois jours, tout au long de ma navigation, Paul, Dom, Luc et Gilbert vont prendre de mes nouvelles.
Je commence le chargement de mon kayak sous le préau du Spot Iroise. Un premier test sur le chariot me montre que l’arrière est trop lourd. Je refais le chargement en plaçant les liquides dans la trappe de jour, près du centre de gravité du kayak. J’allège la pointe arrière. Le deuxième test sur le chariot est conclusif, mon kayak est bien équilibré. Je constaterai ensuite que j’ai embarqué trop de vivres et trop de rechange. Je place mon chariot sur le pont arrière et un gros sac de 70 litres sur le pont avant. Autant j’arrime bien le chariot (deux tours morts et une demi-clef n’ont jamais cédé), autant j’arrime « vite fait » le sac sur le pont avant. Continuer la lecture

L’île Ronde dans une mer croisée

Samedi 4 janvier, BM à 13h16, coeff 103.
Prévisions pour la journée du samedi 4 janvier:
VENT : Sud à Sud-Ouest 7 à 8, mollissant 5 à 6 sur Pointe Bretagne en matinée, puis mollissant secteur Ouest 5 à 6 partout l’après-midi. Rafales.
MER : Agitée à forte.
HOULE : – Pointe Bretagne : longue d’Ouest 5 à 6,5 m, s’amortissant 4 à 5 m en fin de journée.
TEMPS : Pluie ou averses, parfois orageuses le matin.
VISIBILITE : Moyenne sous précipitations.

 

Voila 15 jours que je n’avais pas fait de kayak de mer, et j’étais enthousiaste quand Christophe nous a proposé une sortie dans l’eau qui bouge, aux abords de l’île Ronde.

Nous nous mettons à l’eau à Porz Meur, vers 14h00. Vincent utilise le kayak de mer en bois qu’il a lui-même construit. Il m’explique comment il a abaissé le pont pour plus d’ergonomie lors des esquimautages.

Nous prenons la direction de la pointe Nord-Ouest de l’île Ronde. Nous savons trouver là un mélange très tonique, composé de courants, vagues, houle et vent. Arrivé sur la zone, j’ai remarqué la particularité de notre comportement collectif, tous nous manifestons une certaine précaution à mettre la pointe de nos kayaks dans les creux et bosses de cette mer hachée. Je crois que chacun redoute que les autres soient amenés à prendre des risques pour lui venir en aide en cas de problème. Bien que je risque de donner du travail à mes partenaires, j’y vais franchement. Comme imaginé, ça balance dans tous les sens. Les vagues se heurtent les unes contre les autres, lâchant de longues mèches d’écume. Mais, après tout, c’est pour ça que nous sommes venus ici. Continuer la lecture

Double récup, 2 kayakistes à la mer

Aujourd’hui à 14:00, Gilbert et moi avions deux objectifs :
– naviguer en kayak de mer au port de commerce puis au port de plaisance du Château,
– tester, en fin de sortie, la recette de la double récupération mutuelle dite « 2 kayakistes à la baille ».

Mer d’huile, peu de nuages, alors que deux remorqueurs amènent un bateau en forme de radoub, nous nous dirigeons vers le port de commerce de Brest (Finistère).

Nous longeons le port de commerce, où sont dressées les grues jaunes à robes bleues qui jalonnent les quais. Au fur et à mesure nous verrons, le Raymond Croze (navire câblier d’Orange Marine), le Nordic Trine (tanker), le Captain Tsarev (en carafe à Brest), le Thalassa (navire océanographique d’IFREMER), le Fromveur (navire à passagers qui relie Molène et Ouessant au continent), l’Attentif (remorqueur portuaire), la Recouvrance (réplique d’une goélette de 1817) et l’Abeille Bourbon (remorqueur de haute mer basé à Brest, il assure la sécurité du rail d’Ouessant).

Nous prendrons le chemin du retour après avoir visité le port de plaisance du Château (sa capacité, ajoutée à celle du port de plaisance du Moulin Blanc, fait de Brest le premier port de plaisance de Bretagne). Passé le polder, nous croiserons deux pirogues du CKB qui partent pour un parcours d’entraînement.

A quelques mètres de la cale du Spot Iroise, nous commencerons les exercices de sécurité :
– un échange de kayaks en mer,
– un esquimautage,
– puis nous testerons, pour la première fois, la recette du « deux kayakistes à la baille ». Continuer la lecture

En mer, par 6 à 7 Beaufort

Ce matin nous voulions du vent, ça tombe bien : la météo annonçait un vent sud-sud-ouest de 30 km/h, avec des rafales à 50 km/h.

A l’initiative d’Eric, nous partons en kayak de mer du Spot Iroise, un peu avant le lever du jour. Nous faisons route au sud, vers la pointe Marloux. A Porz-Meur nous marquerons une pause dans l’abri du port. Ce sera l’occasion de parler photo, logiciels, retouche, appareils numériques, étanches ou pas. Gilbert en connaît un bout sur le sujet, il nous parle de fichier RAW, de point blanc, de point noir. Heureusement, il explique les termes techniques pour que je puisse comprendre. Il nous décrit comment, à l’aide d’un logiciel, il révèle les détails d’une zone sombre. Rendez-vous est pris pour qu’il montre comment il travaille les photos avec ses logiciels.

On continue vers l’île Ronde, là bas nous aurons une mer plus animée, de quoi se faire plaisir. Là, je me suis dirigé avec gourmandise vers la zone où les vagues moutonnaient le plus (mer croisée), histoire de retrouver des sensations que j’aime particulièrement : la saveur salée des paquets d’eau de mer qui vous rafraîchissent, le son du kayak qui tape dans les vagues, le vent, les mouvements de balançoire, les embruns qui scintillent, le soleil ; tous les sens sont sollicités, ça vivifie, j’adore !

Au sud de l’île Ronde, nous rencontrerons un surf-ski à damier rouge et blanc, tout comme la fusée de Tintin dans « Objectif Lune ». C’est un kayakiste du CKB qui s’entraîne ce matin, en vue de prochaines compétitions.  Continuer la lecture

Du Conquet à Océanopolis en kayak de mer

Un peu avant 11:00, nous partirons de Portez pour une randonnée en kayak de mer. Portez est une plage du Conquet située entre la pointe Sainte-Barbe et la pointe des Renards. Le Conquet est réputé comme port crabier de Bretagne, mais ses activités sont variées : pêches aux crustacés, lottes, raies, barbues, turbots, lieux.

Dans les années 80, j’habitais le Conquet, ce matin j’ai plaisir à revenir à Portez, une plage où, au fil des saisons, j’emmenais mes tout jeunes enfants découvrir les petits animaux de l’estran : anémones, étoiles de mer, petits crabes, gobies, patelles et bigorneaux.
Ce matin, comme tant d’autres fois, un vol d’huîtriers pie anime brièvement la plage. Nous amenons nos kayaks au bord de l’eau, la mer est paisible. A notre droite nous voyons la pointe Sainte Barbe et plus loin, le phare de Kermorvan. A gauche, au sud, c’est la pointe des Renards, nous la passerons pour aller vers la pointe Saint Mathieu. Devant nous, s’étale l’archipel de Molène avec, à son sud, les Pierres Noires.

On embarque et en quelques dizaines de minutes, nous sommes à la Pointe Saint Mathieu. Nous poussons jusqu’au feu des Vieux Moines, prendre quelques photos.

Le flot commence, nous comptons sur lui pour nous porter jusqu’à Brest sans trop d’effort. En rasant les cailloux de la pointe Saint Mathieu à celle de Créac’h Meur, le temps passe vite, à 13:00, nous avons deux possibilités ; soit pique-niquer à Bertheaume tout de suite, soit à la pointe du Petit Minou dans une heure. Tout compte fait, nous ne sommes pas encore assez fatigués pour faire une pause tout de suite. Continuer la lecture

Randonnée en kayak de mer dans la plus grande rade de Bretagne

Ce matin Gilbert et moi partions du port de Tinduff, direction l’anse de Moulin neuf, jusqu’à Pont Kalleg. On randonne en kayak de mer sur la plus grande rade de Bretagne, la rade de Brest.

Les couleurs de l’automne, une eau sans ride, le silence, tout cela réjouit et émerveille les citadins que nous sommes. On observera de nombreux hérons, aigrettes garzette, huîtriers pie, canards, goélands, cormorans, vanneaux, poissons qui sautent brusquement hors de l’eau, et même des nageoires dorsales de mulets qui se dandinent en petit groupe, dans bien peu d’eau.

Après Pont Kalleg, nous partons vers la pointe de Rostiviec, puis l’anse du Moulin du Pont, la Baie de Lanveur, la rivière de Daoulas, comme ça jusqu’à Daoulas.

Il est 13:00, nos estomacs nous rappellent qu’ils sont là. Arrivés à Daoulas, il n’y a que très peu d’eau à cette heure (30 cm maximum, près de la cale). Nous craignons que si nous pique-niquons à Daoulas, nous restions coincés, car la marée descend encore.

Nous rebroussons donc chemin pour aller pique-niquer à Kerloziou. Le repas nous requinque, on contemple la baie de Lanveur, embellie par les jaunes de l’automne. Continuer la lecture

Kayak de mer en Bretagne, du Conquet à l’ île Molène en passant par l’ île Litiri

Ce matin, vers 9:00, nous quittions la pointe des Renards (pointe sud du port du Conquet) pour une randonnée en kayak de mer. La météo pour la Bretagne (pour la mer d’Iroise, plus précisement) nous annonçait, avec exactitude, des vagues de 1 mètre, un vent de Nordet de 13 à 16 nœuds, des températures de 10° et une couverture nuageuse variant entre 90 et 100%. Le coefficient de marée était assez bas : 42, donc pas trop de courants de marée. Malgré l’excellence de la couverture nuageuse, nous avons eu la bonne surprise de ne pas subir la moindre goutte de pluie 😉

La traversée du chenal du Four s’est faite assez vite. En moins de 50 minutes, nous avions passé Béniguet Nord. On passera ensuite l’île Morgol, où les phoques gris nous manifesteront une curiosité craintive. Certains phoques, que je voyais sur l’estran de Morgol, étaient balèzes.

Nous faisons une petite pause pour jouer dans les veines d’eau qui entourent le rocher du Cromic (un rocher qui ressemble à une nageoire dorsale géante). Didier, qui connaît bien l’endroit, nous montre précisément comment jouer ici entre courants, veines d’eau et contre-courants.

Moi et Gilbert, nous sommes tentés de pousser jusqu’à l’île Molène, alors que Luc et Didier préfèrent explorer les îles proches de l’archipel : île de Quéménès, Lédénez Quéménès, l’île de Litiri et son Lédénez : Petit Litiri. On décide assez vite de se séparer en deux groupes pour se retrouver vers 13:00 sur l’estran de l’île Litiri, où nous pique-niquerons ensemble. Continuer la lecture

Randonnée en mer à la pointe du Diable

Ce matin Gilbert et moi avions envie de faire dans les 40 km. J’ai proposé d’aller à la pointe du Diable, une des pointes de la presqu’île de Roscanvel, en Bretagne (Finistère). Soit une randonnée en kayak de mer de 21 MN (39 km).

Une heure avant la basse mer, nous partons de la cale qui est en face du magasin Bekayak, c’est d’ailleurs pour moi l’occasion de tester ma première combinaison sèche, une Aleutian de Palm, qui vient de chez eux. Je l’ai acheté par précaution ; pour palier au danger de l’hypothermie, lors d’un bain involontairement un peu long en mer. http://www.snsm.org/conseil/prevenir-lhypothermie-en-mer

Nous naviguerons à une moyenne de 8km/h, des fois plus, en particulier quand le courant nous aidera au retour. Cela fait que nous atteignons la Cormorandière en une heure. Assez vite, nous sommes devant la pointe de Cornouaille où je teste le confort de ma combinaison sèche avec un premier esquimautage : bien, très bien, aucune entrée d’eau !

A la pointe des Capucins nous aurons des vagues chahuteuses en abondance, c’est l’occasion pour Gilbert de voir que son kayak de mer part facilement au surf. Devant nous se profile l’îlot Lieval et sa petite crique. On pense au pique-nique, mais, à marée basse, il y a beaucoup trop de rochers à l’entrée de la crique et nous préférons chercher une plage d’un accès plus doux pour nos kayaks. On passe donc la pointe du Diable, la pointe Tremet, puis la pointe du Pouldu, pour aller nous poser sur le sable de l’Anse du Pouldu, sur la plage de Trez Rouz. Continuer la lecture

La gîte latérale, se dégager d’une cravate

Samedi matin, après nous avoir fait travailler le stop, puis la reprise dans le courant, Jean-Yves Colin, moniteur (B.E.) au club de canoë-kayak des Alligators de Landerneau, nous indique comment nous dégager d’une cravate en rivière.

Une cravate est un blocage très dangereux, qui survient quand le courant presse notre kayak contre un obstacle. Si le courant est fort et que le kayak plie, le kayakiste ne peut plus de dégager seul et il risque alors la noyade. Si le kayak est pressé contre un arbre couché sur la rivière, la force du courant peut enfoncer le kayakiste sous l’arbre et ses branches, faisant courir un danger mortel de noyade au kayakiste.
Si le kayakiste regarde bien au loin, devant lui, quand il descend une rivière, ce danger est visible et prévisible, on peut donc éviter ce danger et le gérer au mieux. Si on est le premier kayakiste à voir la danger, on prévient les autres.

Jean-Yves descend la rivière en kayak, il nous montre comment, alors qu’il se trouve en travers du courant, il se penche latéralement vers l’obstacle qu’il va rencontrer, c’est à dire qu’il gîte (il incline son kayak latéralement) en montrant ses fesses au courant, il prend alors appui sur l’obstacle avec la main, puis il se dégage sur le coté. Ce dégagement se fait en montrant constamment ses fesses au courant, afin que l’eau ne puisse pas monter latéralement sur le pont du kayak, ce qui retournerait le kayak. Jean-Yves cesse de gîter, dès que son kayak ne se trouve plus en travers du courant. Continuer la lecture

Descente en kayak du Bas Ellé

Samedi 9 novembre, les clubs de kayak de Bretagne de Pouhinec et de la cité du Ponant étaient invités par le club de Quimperlé à descendre, en deux fois, le Bas Ellé, à partir de Pont Ty Nadan. Le matin nous étions 30 kayakistes à descendre du club de la Mothe à Quimperlé. L’après midi nous serons 42 à faire le parcours de Pont Ty Nadan au club de la Mothe.

Quelques passages était plus ludiques que d’autres, comme ceux du Moulin des Goreds et du Moulin du Fourden. Les marches et descentes en paliers, communes à ces lieux, nous ont donné des occasions de jeux, de bains, de récupérations et d’esquimautages.

Le club de Quimperlé nous a finalement tous conviés, moniteurs encadrants et participants, à conclure cette riche journée autour d’un petit verre de cidre.  Continuer la lecture

Bretagne nord, un Eskimo à la cormo

mardi 5 novembre nous mettons nos kayaks de mer à l’eau, à la cale du Spot Iroise, deux heures après le début du flot, dans l’espoir de trouver de bonnes vagues. Le coefficient de marée est de 100,  WindGuru annonce un vent d’ouest de 20 noeuds, avec des rafales à 30 noeuds.

Nous commençons par longer la jetée du Port militaire de Brest, en Bretagne nord.  Continuer la lecture

l’ Elorn, première descente de la saison

samedi 2 novembre, c’est ma première descente de l’Elorn avec le club de canoë-kayak des Alligators de Landerneau. Le niveau d’eau, comme le débit, sont encore faibles, ce qui permet une reprise de l’activité en douceur. Notre descente allait de la « Poubelle verte » jusqu’à la glissière, soit 5 km.

Nous effectuons notre mise à l’eau à la « Poubelle verte », on commence par quelques bacs, puis nous entamons notre descente en kayak de rivière. Nous retrouvons Aurélie, Mathieu et Romain, du CKB, à « la marche ». On poursuit vers la « baignoire à Denise ». Après de nombreux stops, bacs et reprises de courant, le parcours se terminera 3 heures plus tard à la glissière où, bien involontairement, je ferai mon quatrième et dernier esquimautage de la matinée.  Continuer la lecture

De Sainte Anne du Portzic au Minou

Vent de 12 à 18 nœuds dans le Goulet. Vent d’ouest contre marée descendante ; on espérait de la houle et des vagues, bingo on y a eu droit !

Nous avons commencé notre balade en kayak de mer par une mise à l’eau à Sainte-Anne du Portzic, pour aller vers la pointe du Minou. Au retour nous avons pu faire un peu de surf sur la houle. Puis des esquimautages pour finir. Vivement la prochaine !  Continuer la lecture

Brest, Porz-Meur, le Tinduff

29 octobre 2013, randonnée en kayak de mer, de Brest au Tinduff, 17 milles (31 km)

mardi 29 octobre, Gilbert et moi-même quittons le centre nautique pour le port de Tinduff. En route Gilbert me fait découvrir le charmant abri de Porz-Meur. On y bénéficie d’un beau panorama sur la Brest la blanche. Nous poursuivons notre route en passant les pointes de l’Armorique, de Doubidy et de Pen a Lan pour arriver au Port de Tinduff à l’heure du pique nique. Là, nous posons nos kayak de mer et avons la surprise de rencontrer un groupe d’amis kayakistes qui vont se mettre à l’eau.

C’est sous l’arc en ciel suivant une petite pluie que nous quittons tous le Tinduff. On fait route, en discutant, avec le groupe vers l’île Ronde. Gilles me connaît, il y a quelques années, son fils a été mon élève en classe de guitare au conservatoire de Brest.
Robert, qui a travaillé à établir l’atlas des courants de marées de la côte ouest de Bretagne (publié par le SCHOM), me donnera des conseils pour traverser le chenal du Four, entre Béniguet et  le continent. Souvent, me dit-il, on se fatigue trop à lutter contre le courant principal à tenir strictement son cap, alors qu’arrivé à la côte, après s’être laissé un peu dériver, on trouve un contre courant qui permet de remonter aisément le courant principal. Par exemple, venant de Béniguet nord et allant à Porz Liogan, la traversée du chenal du Four fait dériver au sud par marée descendante, on peut donc accepter un peu de dérive au sud parce qu’ensuite on remontera aisément de Saint Mathieu vers Porz Liogan par le contre courant.

De l’île Ronde, nous nous séparons du groupe, Gilbert et moi rentrons à Brest, où Armel, rencontré sur la cale, nous racontera ses navigations récentes en kayak de mer à Anglesey, au Pays de Galles.  Continuer la lecture

Pique-nique en mer à l’ île Trévors

mardi 8 octobre, Gilbert, Malou et moi-même quittons l’Aber Benoît dans un brouillard assez dense qui se lèvera complètement en mer, à peine sorti de l’Aber. Quelques minutes plus tard, c’est sous le soleil que nous entamons notre balade en kayak de mer en faisant route vers l’île Guénioc. Là, dans une anse de l’île, nous verrons un phoque plongeant et réapparaissant une douzaine de fois, tout près de nous. Ensuite, pique-nique de rêve sur l’île Trévors. Au retour nous visiterons un peu l’Aber, Gilbert nous guidera alors dans des contre-courants qu’il connait comme sa poche.  Continuer la lecture

Randonnée de Brest à Porz Naye

7 octobre 2013, randonnée en kayak de mer, de Brest à Porz Naye, 21 milles (39 km)

Joli temps en Bretagne ce matin, à 10h50 Gilbert et moi prenons la direction de Porz Naye (Finistère) où nous pique-niquerons. Nous commençons par piquer droit vers la Cormorandière, puis les pointes des Espagnols, Stiff, Robert, Cornouaille, Kerviniou, Capucins (où nous rencontrons un phoque gris), Grand Gouin et enfin la plage de Porz Naye. Pique-nique au soleil, et Gilbert me fait essayer son kayak de mer Océan de North Shore (il gîte bien et le calage est excellent).

Au retour nous remonterons plein nord, vers le phare du Minou et, sitôt nos kayaks de mer engagés dans le courant du flot, nous piquerons vers le goulet. Le retour avec le flot nous prendra 2h05 (à 9,5km/h) , quand l’aller, avec la fin du jusant, nous avait pris 2h52. Le courant nous a porté, au plus fort du flot, à la vitesse de 15km/h. Cool !

Sur la cale de l’Adonnante, Gilbert qui rince son kayak de mer, abreuvera deux chiens, costauds mais gentils.  Continuer la lecture

Randonnée à Molène avec les dauphins

29 septembre 2013, randonnée en kayak de mer avec les Grands dauphins, de Porz Liogan à Molène, 18 milles (33 km)

samedi 28 septembre 2013 – kayak en mer d’Iroise. Nous sommes allés en kayak de mer à l’île Molène à partir de Porz Liogan (commune du Conquet). Nous avons fait l’aller (9:30-12:30) en passant par le sud l’île de Béniguet et le retour (13:30-16:30) par le nord de l’île de Quéménès, puis la grande Vinotière, l’îlette et le phare de Kermorvan, soit 18 MN au total. La météo nous annonçait pluie, vent et houle nous avons eu du soleil et une mer calme. Résultat ; une merveilleuse balade, dont le plaisir fut augmenté par le passage de Grands dauphins aux abord de la tourelle d’Ar Christian Braz, par la présence des phoques gris près de l’île de Morgol au retour, puis, peu après, par la rencontre avec un héron cendré. Continuer la lecture

En kayak de mer, de l’Aber-Wrac’h à l’île Vierge

23 septembre 2013, Eric, Gilbert et moi, partons de l’Aber-Wrac’h pour une balade en kayak de mer qui nous amènera à pique-niquer sur l’île Vierge. Le temps est superbe en ce début d’automne. Nous n’aurons qu’un peu de houle sur la côte ouest de l’île Vierge. Sur l’île, nous contemplons le phare de l’île Vierge, c’est le phare le plus haut d’Europe et le plus haut phare du monde en pierre de taille. Son feu balaie tout le nord du Finistère à 52 km à la ronde.
Le retour, en partie sur un grand herbier, se fera à marée basse. A un moment, il nous faudra porter nos kayaks, quand la couche d’eau sera trop mince.  Continuer la lecture

La Cormorandière par coefficient 104

21 septembre 2013, jeux à 17 dans les vagues de la Cormorandière, de 8:00 à 12:00, par coefficient de 104. PM à 6:50. Cette sortie en kayak de mer était tonique : esquimautages dans le jus, récupérations, et même que j’ai eu droit un tour de trotteuse sur un tourbillon grand comme un tourne disque de 8 à 10 mètres de diamètre, la pointe arrière de mon kayak de mer était au centre et légèrement aspirée vers le bas. Armel a été complètement aspiré (kayak et kayakiste) par un tourbillon plus puissant que celui auquel j’ai eu affaire.  Continuer la lecture

Randonnée de Brest aux Tas de Pois

2 septembre 2013, randonnée en kayak de mer en mer d’Iroise, de Brest aux Tas de Pois, 28 milles (52 km)

Le brouillard est là, il est 9:20 et je commence ma route en rasant les cailloux. Mon but est de faire un aller retour aux Tas de Pois, cela représente plus de 8 heures de pagaie à 3,24 noeuds (6km/h) de moyenne.

Le brouillard se lève assez vite et je peux piquer droit vers la Cormorandière, de là, je longe la cote jusqu’à la Pointe des Capucins, puis route vers le sémaphore du Toulinguet.

Le sémaphore passé, je découvre le rocher du Lion, puis les Tas de Pois où je rencontre Roger qui pêche en kayak. Il a pris quelques maquereaux ce matin.

Je laisse Roger à sa pêche, Je repasse la Pointe du Toulinguet et je pique-nique sur la gréve qui précède la Pointe du Grand Groin. J’ai déjà parcouru 16,7 milles (31 km). Le câble de la dérive de mon kayak de mer se coince et en voulant le débloquer de force, je désolidarise le câble de la manette qui l’actionne. On va faire sans, je réparerai demain.

A l’approche de la Pointe des Capucins, j’ai la curiosité de m’engager au fond de la crique, et là, j’ai la gourmandise de voir qu’il y a suffisamment d’eau pour que je passe sous le pont qui relie le Fort au continent. Le passage entre les petits écueils avec un kayak de 5,15 m est un jeu que je goûte et puis, prendre un raccourci peu apparent me fait toujours grand plaisir. Il y a fort à parier que je repasserai souvent par ce petit passage.

Après la Pointe des Espagnols, le retour me demandera plus d’effort. A l’aller, j’avais le courant contre moi et le vent avec moi, je n’ai eu aucun soucis. Au retour, j’ai contre moi un vent de Nord Nord Est de 9 noeuds et un courant de jusant (coefficient 59). Ce n’est pas beaucoup, mais ça n’aide pas non plus. lol

A 19:20, sur la cale de l’Adonnante, je débarque et je rencontre Gilbert qui rince son kayak, m’est avis que nous allons naviguer ensemble. Continuer la lecture

De Brest au Déolen en kayak de mer

30 août 2013, Brest – Déolen – Pointe du Minou – île ronde – Brest,  23 MN (42 km)

Vendredi 30 août, 10:40, je pars de la cale de l’Adonnante, direction la gréve de Déolen. La marée étant haute à 13:02, je ferai ma randonnée en kayak de mer presque tout du long contre le courant. Le coefficient de marée est de 31, c’est le coefficient le plus bas de ce mois d’août. J’aurai, pour m’accompagner, un fidèle vent d’Ouest de 9 noeuds.

Peu après mon départ de la cale, je vois 3 remorqueurs tracter de concert (en éventail) le MSC BETTINA (Panama) qu’ils sortent de la forme de radoub du port de Brest. Après, pour m’abriter du vent d’Ouest, je rase au plus près la jetée Sud du port militaire où je surprends de nombreux mulets, assez dodus, qui affleurent dans 60 cm d’eau. Bientôt, le MSC BETTINA me doublera, il part au large. Arrivé aux abords de la gréve de Déolen, j’ai une fringale et je fais demi tour vers la minuscule gréve du Fort du Minou, juste à côté du phare, où je vais relâcher pour déjeuner. Durant cette première étape, j’ai parcouru 11 des 23,6 milles que je parcourrai ce vendredi.

Après avoir déjeuné de sardines à l’huile, accompagnées de graine de coucous,  je vise la Pointe de Cornouaille. Le vent d’Ouest me pousse agréablement jusqu’à la rive Sud du Goulet. Ensuite, je rase les cailloux jusqu’à la Cormorandière, qui, bien nommée, était couverte de cormorans. Puis c’est « direction l’île Ronde » où je relâche une deuxième fois, après 7 nouveaux milles.
J’entame alors le chemin du retour ; 5,6 milles, en passant par la pointe de Keraliou. Le soleil du soir donne des tons chauds au paysage, je débarque un peu après 19:00. Continuer la lecture

Randonnée à l’ Archipel de Glénan

22 et 23 août 2013, randonnée en kayak de mer de Kerfany Les Pins à l’Archipel de Glénan, 29 MN (53 km)

Quel bonheur, quand le 21 août 2013, Yvonne et Bruno m’ont invité à me joindre à eux pour une randonnée en kayak de mer à l’Archipel de Glénan.
Le Coefficient de marée était de 109, mais d’une importance modérée en ce qui concernait notre trajet. Le vent était au maximum de 12 noeuds lors de notre randonnée en kayak de mer, autrement dit, nous aurons une mer d’huile, ou presque. L’aller retour représente une trentaine de milles.

Nous sommes parti de Kerfany-Plage le 22 août, un peu avant 14h00. Nous avons longé la côte jusqu’à la pointe de Trévignon, visité le port et, de là, nous avons visé le phare de l’île de Penfret.

A 18h00, nous doublons l’île de Penfret, puis  l’île de Guiriden qui n’est à marée haute qu’un mince banc de sable fin (hélas bordé de bateaux à moteur quand il fait beau). Ensuite l’île de Bananec, l’île Saint-Nicolas, pour finalement nous poser vers 19h40 sur l’île du Loc’h.
Île du Loc’h qui compte une ancienne ferme et un étang d’eau saumâtre. Cette île, propriété de la famille Bolloré, est la plus grande île de l’archipel en superficie. Les Goélands y séjournent en nombre. En 1874, le baron Fortuné Halna du Fretay y modernisa les techniques de brûlage du goémon en faisant construire un four d’usine. La cheminée de cette ancienne installation de fabrication de soude (dont la base est actuellement bien dégradée) sert maintenant d’amer.
Au sujet de l’exploitation de la soude à cette époque, voir l’article http://www.randokayak.com/2015/02/08/kayak-de-mer-a-stagadon-vent-force-6-a-7/

Le soir tombe sur l’archipel, après avoir installé notre bivouac pour la nuit, nous entamons à pied le tour de l’île et nous voyons se lever une lune tout d’abord rouge alors qu’elle est encore basse à l’horizon. Plus tard, la lune perdra cette couleur rouge, pour retrouver sa teinte pâle habituelle, au fur et à mesure qu’elle s’élèvera dans le ciel. Continuer la lecture

De Churchill au Phare de la Teignouse

6 août 2013, randonnée en kayak de mer de la Pointe Churchill au Phare de la Teignouse  (Bretagne sud, Morbihan), 15 MN (28 km) 8:40, j’entame, à partir de la Pointe Churchill, une longue ligne droite de 14 km sur une mer d’huile. Sur ma route, plein sud, j’ai la surprise de doubler un deux-mats qui avance comme un escargot arthritique par ce vent quasi nul. A 10:20, j’atteins mon but et monte au phare de la Teignouse faire quelques photos. Le quai est noirci de jeunes moules (les dorades doivent abonder aux alentours). J’ai laissé mon kayak de mer en lieu sûr, après l’avoir brièvement porté sur les rochers, au pied du phare. A l’ouest, je vois la pointe du Conguel, au nord la baie de Quiberon et Carnac tout au fond. A l’est Port Navalo, je devine ensuite l’embouchure de la Vilaine, puis Piriac-sur-mer et, plus au loin, Le Croizic. Au sud je vois l’Île-d’Houat et Belle-Île-en-Mer. Par un temps si clément, je poursuivrai bien mon périple jusqu’à l’Île-d’Houat, mais il est l’heure de rentrer. C’est parti pour une deuxième ligne droite de 14 km, plein nord, j’arriverai sur la plage de Carnac un peu avant 13:00.

Alors que j’essayais de téléphoner, j’ai constaté que, bien que proche de la côte, il n’y avait aucun réseau, même alors que j’étais sur le plateau assez haut du phare de la Teignouse.

Continuer la lecture

De la Plage de Carnac à Kerhostin

4 août 2013, en kayak de mer, de la Plage de Carnac à Kerhostin 15,26 km

Près de Kerhostin  (Morbihan), j’ai rencontré Eric, le moniteur de Sillage, et ses 3 stagiaires. Ce fût l’occasion d’échanger nos kayaks de mer et de faire quelques photos : Continuer la lecture

Trébéron et l’ Île des Morts

5 juillet 2013, randonnée en kayak de mer, de L’Adonnante à l’île des Morts, 17 MN (32 km)
PM à 3:54, Coeff. 56. Vent ENE 4 à 8 nd.

Le 5 juillet 2013, à 7:30 Guillaume et moi partons du Centre nautique pour une randonnée en kayak de mer sur 32 km. Nous doublons la Pointe de l’Armorique 1 heure après, puis, de l’Île ronde, nous nous dirigeons vers Trébéron et l’Île des Morts que nous atteindrons à 9:30.

Le retour passera par la Pointe des Espagnols, où nous verrons au loin la frégate anti-sous-marine Aquitaine.

Ensuite nous contournons la Cormorandière, rocher au cœur d’un réseau de courants circulaires.

Vers 11:00, nous entamerons la traversée du Goulet, vers La pointe du Portzic où nous pique-niquerons, avant de prendre le chemin du retour un peu avant midi, en passant devant le port militaire, puis le port de commerce, arrivée à 13:15. Continuer la lecture

Randonnée de Porz Liogan à Molène

1 et 2 juillet 2013, randonnée en kayak de mer, de Porz Liogan à Molène, 24 MN (46 km)

Alain, Armel, Guillaume, Luc, Robert et moi-même partons de Porz Liogan (commune du Conquet) le lundi 1 juillet à  9:09. Nous arriverons à la cale Charcot de l’île Molène 5 minutes avant midi. Soit 2:45 de trajet en naviguant pépère. Nous étions là pour profiter du paysage et de la faune de la mer d’Iroise : fous de Bassan, goélands, mouettes, sternes, phoques gris, Grands dauphins. L’aller et retour, plus la petite virée aux Deux Menhirs et le tour de Molène, représente un total de 46 km, soit 24,4 milles nautiques.

Les conditions météo du lundi : Vent du NNO de 6 à 9 noeuds – Pleine mer à 12:08 (Le Conquet) coef. 51
En quittant Porz Liogan nous avons croisé le Fromveur II qui passait par le Conquet avant de partir vers les îles. Un peu avant dix heures, nous avons passé le chenal du Four et nous approchons de l’île de Béniguet par une mer d’huile. Passé Béniguet sud, les îles de Morgol et Litiri, nous rencontrons des goémoniers au travail. Après la Passe de la Chimère, nous croisons une compagnie de Grands dauphins qui progressent autour d’un goémonier. A 11:55 nous atterrissons à la cale Charcot de Molène. Je profite de la sécurité du lieu pour faire un esquimautage avant de débarquer.  Ensuite nous débarquons notre matériel de bivouac (réchauds, provisions, tentes, matelas et duvets) de nos kayaks de mer, pour préparer le déjeuner. Continuer la lecture

De Sainte-Anne du Portzic à Camaret

25 juin 2013, randonnée en kayak de mer. Sainte-Anne du Portzic – Pointe des Capucins – Le Toulinguet – La Louve – Pointe du grand Gouin – Camaret – Pointe des Capucins – Tourelle de la Roche Mengam – Fort du Dellec – Fort du Mengant – Sainte-Anne du Portzic

BM 13h26 – Coeff. 105 – Vent 4 à 6 noeuds

Départ de la randonnée à 8:40 de Sainte-Anne du Portzic – Arrivée 11:15 à Camaret  – Vitesse moyenne 3,4 noeuds
Retour 13:42 de Camaret – Arrivée 16:10 à Sainte-Anne du Portzic – Vitesse moyenne 3,1 noeuds
16,5 milles au total, soit 30 km Continuer la lecture

De l’ Adonnante à l’ île Ronde

16 juin 2013, balade en kayak de mer, Cale de l’Adonnante – île Ronde – Cale de l’Adonnante
8 milles nautiques,
BM 17:05,
vent de Sud, de 16 à 18 noeuds avec des rafales à 23 noeuds,
Coefficient 51.

Adonnante – Ile Ronde 1h24, au Sud, avec vent debout, vitesse : 2,9 noeuds
Ile Ronde – Adonnante 1h, au Nord, avec vent arrière, vitesse : 3,7 noeuds.

Continuer la lecture