Kayak de mer ardent, neutre, mou

On dit d’un kayak de mer qu’il est ardent quand, le tirant d’eau de la moitié avant est plus important que le tirant d’eau de la moitié arrière. C’est à dire quand la partie avant du kayak est plus immergée que la partie arrière.
L’ancrage de la pointe avant est considérablement accru en marche avant. Alors qu’on avance en pagayant, la partie avant du kayak se trouve ancrée par la pression que l’eau exerce sur l’avant de la coque, alors que la partie arrière de la coque se trouve d’autant libérée par les mouvements d’échappement de l’eau. Quand une coque avance dans la mer, la partie immergée crée une zone de pression à l’avant et une dépression à l’arrière. Le kayakiste étant assis au milieu du kayak, son poids, comme sa prise au vent, ne modifient que peu le comportement du bateau pour ce qui concerne les différences, ou égalités, de tirant d’eau des parties avant et arrière.

Les différences de comportements entre le kayak de mer ardent (avant plus immergé que l’arrière), le kayak de mer mou (arrière plus immergé que l’avant) et le kayak de mer neutre (avant et arrière également immergés) vont se modifier lors de la navigation, la vitesse du kayak changeant le comportement du kayak.

 

Nous allons comparer les comportements de différents types de kayaks lors d’une navigation par vent de travers.

Si le kayak ardent avance avec un vent de travers : l’arrière, qui est moins ancré que l’avant, va déraper sous la poussée latérale du vent. Le kayak ardent pivote alors sur un axe situé à l’avant du kayak : le vent éloigne la pointe arrière, amenant la pointe avant du kayak vers la source du vent. Le kayak se retrouve vent debout, on dit que le kayak lofe.

Le lof du kayak ardent est facile à compenser par l’emploi de la dérive.
La dérive du kayak de mer, dont l’immersion est réglable par une manette placé sur le bord de l’hiloire, permet de doser l’augmentation de l’ancrage de l’arrière. Plus le vent de travers est fort, plus on sort la dérive.
Augmenter l’ancrage de l’arrière du kayak ardent empêche l’arrière de déraper et permet de garder son cap par vent de travers.

A ce sujet, voir : Le comportement d’un kayak en mer de Jean-Marc Terrade, ce document prend en compte la vitesse du kayak, vitesse qui influe sur le déplacement du centre de gravité du kayak.
Visitez le site Internet de Jean-Marc Terrade à : http://www.interactions-pleinenature.org/

 

Croquis illustrant les trois comportements types des kayaks de mer (ardent, neutre, mou) en fonction de la coque : 

Kayak de mer ardent, le tirant d'eau est plus grand à l'avant. Kayak de mer neutre, le tirant d’eau de l’avant est identique à celui de l’arrière. Kayak de mer mou, le tirant d’eau est plus grand à l’arrière.
Kayak de mer ardent, le tirant d’eau est plus grand à l’avant. Kayak de mer neutre, le tirant d’eau de l’avant est identique à celui de l’arrière. Kayak de mer mou, le tirant d’eau est plus grand à l’arrière.

Continuer la lecture de « Kayak de mer ardent, neutre, mou »

La gîte latérale, se dégager d’une cravate en kayak

Kayak, se dégager d'une cravate en rivière.
Kayak, se dégager d’une cravate en rivière.

Samedi matin, après nous avoir fait travailler le stop, puis la reprise dans le courant, Jean-Yves Colin, moniteur (B.E.) au club de canoë-kayak des Alligators de Landerneau, nous indique comment nous dégager d’une cravate en rivière.

Une cravate est un blocage très dangereux, qui survient quand le courant presse notre kayak contre un obstacle. Si le courant est fort et que le kayak plie, le kayakiste ne peut plus de dégager seul et il risque alors la noyade. Si le kayak est pressé contre un arbre couché sur la rivière, la force du courant peut enfoncer le kayakiste sous l’arbre et ses branches, faisant courir un danger mortel de noyade au kayakiste.
Si le kayakiste regarde bien au loin, devant lui, quand il descend une rivière, ce danger est visible et prévisible, on peut donc éviter ce danger et le gérer au mieux. Si on est le premier kayakiste à voir la danger, on prévient les autres.

Jean-Yves descend la rivière en kayak, il nous montre comment, alors qu’il se trouve en travers du courant, il se penche latéralement vers l’obstacle qu’il va rencontrer, c’est à dire qu’il gîte (il incline son kayak latéralement) en montrant ses fesses au courant, il prend alors appui sur l’obstacle avec la main, puis il se dégage sur le coté. Ce dégagement se fait en montrant constamment ses fesses au courant, afin que l’eau ne puisse pas monter latéralement sur le pont du kayak, ce qui retournerait le kayak. Jean-Yves cesse de gîter, dès que son kayak ne se trouve plus en travers du courant. Continuer la lecture de « La gîte latérale, se dégager d’une cravate en kayak »

Sécurité en kayak de mer, vidéos

Ceinture de remorquage Océan Pro 10 mètres fabriqué par Palm
Ceinture de remorquage Océan Pro 10 mètres fabriqué par Palm

Vidéos de démonstrations des techniques et gestes utiles à notre sécurité dans la pratique du kayak de mer

Continuer la lecture de « Sécurité en kayak de mer, vidéos »