Avantages et inconvénient de la pagaie groenlandaise pour la pratique de la randonnée en kayak de mer

Contexte de l’écriture de cet article :
Dès mon initiation au kayak de mer, au club du CKB en 2012, j’ai entendu dire par ceux qui avaient de l’expérience que la pagaie groenlandaise, même utilisée de façon intensive, ne causait pas de tendinites.

Très tôt, j’ai été passionné par la randonnée kayak et, pourtant, pendant 5 ans, j’ai utilisé la pagaie européenne quelque soit le milieu. Aussi bien en eau douce, en rivière, qu’en mer. J’ai fait quelques essais de pagaie groenlandaise avec des amis, j’en ai même acheté une, en mai 2014. Mais comme cette pagaie groenlandaise était trop grande pour un usage intense et qu’à cause de sa grande taille (2.45 M), j’avais du mal à la loger sur le pont de mon kayak : je ne l’ai utilisé que rarement.

C’est tout récemment, cet été 2017, à l’occasion de notre grande randonnée kayak du tour de Bretagne, que j’ai pu vérifier sur moi-même l’ergonomie et les bienfaits de la pagaie groenlandaise.

Notre tour de Bretagne a duré 20 jours, à raison d’une moyenne de 6 heures de pagaie par jour. Au bout de 11 jours d’utilisation d’une pagaie européenne en carbone, j’ai vu s’installer une douleur à l’épaule. J’étais parti pour faire avec cette douleur, mais j’ai quand même demandé à Pascal une de ses 3 pagaies groenlandaises en bois. Il m’a prêté une pagaie de 2.26 M qui m’a parfaitement convenu. Je constatais aussitôt que j’avançais avec plus d’aisance, moins d’effort et, même, plus de plaisir. A partir de ce changement de pagaie, ma douleur à l’épaule a rapidement décru, pour finir par complètement disparaître. Cette douleur qui disparaît et ce plaisir plus grand de pagayer avec une pagaie groenlandaise étaient de premiers éléments en faveur de cette pagaie.

Stage à l'Île-Tudy, Jef en kayak de mer inuit avec une pagaie groenlandaise - photo de Jean Drouglazet.
Stage à l’Île-Tudy, Jef en kayak de mer inuit avec une pagaie groenlandaise – photo de Jean Drouglazet.

Continuer la lecture de « Avantages et inconvénient de la pagaie groenlandaise pour la pratique de la randonnée en kayak de mer »

Grande randonnée en kayak de mer du Tour de Bretagne

Petit préambule,
vendredi 7 juillet 2017, le matin, je fais une jolie balade à pied en allant à la poste de Brest, je prends rendez-vous avec le dentiste de Saint Coulomb, près de Cancale, il accepte de me prendre en urgence le soir même. Sans sa bonne volonté, je ne sais pas si j’aurais pu faire le tour avec une infection dentaire.

Grande randonnée en kayak de mer du Tour de Bretagne, 20 juillet, traversée de la baie des Trépassés.
Grande randonnée en kayak de mer du Tour de Bretagne, 20 juillet, traversée de la baie des Trépassés.

A 19h00, je retrouve Dave et Marianne, Didier et Marie au camping du Verger à Cancale, j’y dépose mon kayak de mer et mes affaires. Mon fils Joachim, qui est venu avec moi, m’emmène chez le dentiste et ramène la voiture à Brest. Plus tard Jean-Yves et Marie Jo viendront me récupérer chez le dentiste, pour me ramener au camping du Verger où ils ont amené Pascal peu avant.

Dans l’après-midi, alors que j’étais sur la route de Brest à Cancale, un ami m’a fait signe de sa voiture. C’est Arne, il a accompli son tour de Bretagne en solitaire l’été 2016, je l’ai rencontré au rassemblement de kayakistesdemer.org à Crozon, alors qu’il y faisait une étape. Le monde du kayak de mer est petit.  Continuer la lecture de « Grande randonnée en kayak de mer du Tour de Bretagne »

Le Kitiwec, kayak de mer

Kitiwec, kayak de mer de randonnée.
Kitiwec, kayak de mer de randonnée.

Samedi 10 septembre, j’achetai à Alain un Kitiwec d’occasion pour mes enfants, afin qu’ils puissent faire des balades avec leur papa quand ils viennent à Brest. En 2013, Alain et moi avions partagé de belles randonnées à Moléne, à Camaret, ou en rade de Brest. Maintenant Alain habite en Haute-Marne et n’a plus l’usage de ce kayak de mer. En ami, il me l’a vendu 500 €.

Le Kitiwec est en parfait état, il a un petit hiloire auquel je vais devoir m’habituer. Mardi 13, j’ai commencé par faire une sortie d’une heure en rade de Brest, en solo, avec la pagaie européenne dont j’ai l’habitude et une pagaie groenlandaise Alpine Paddle, assez longue (2,45 mètres), que j’utilise très rarement, parce que le pont avant de mon kayak de mer (un Vaag) est trop court pour l’y fixer. Le véritable but de ma petite sortie était d’arriver à passer un esquimautage avec la pagaie groenlandaise. J’ai fait cet esquimautage sur peu de fond de façon à pouvoir m’appuyer sur le sable si je n’y arrivai pas. Finalement, malgré mes appréhensions, l’esquimautage est bien passé.

Continuer la lecture de « Le Kitiwec, kayak de mer »