La descente du Stangala, kayak en Bretagne

Le Stangala, notre parcours en kayak de rivière
Le Stangala, notre parcours en kayak de rivière

Hier, samedi 15 novembre 2014, la station Treodet, à Ergué-Gabéric, indiquait 82 cm de hauteur d’eau. Cette hauteur d’eau à Treodet indique une descente relativement facile de l’Odet dans la vallée du Stangala.

Pour suivre une progression du niveau de difficulté, Nicolas conseille d’augmenter la difficulté en passant à des niveaux d’eau de 10 et 10. Par exemple, si vous êtes à l’aise avec un niveau d’eau aux alentours de 80 cm à Treodet (ce qui correspond à une rivière de classe II) essayez ensuite à 90, puis 100. Plus le niveau d’eau augmente, plus la descente est rapide, plus les stops doivent être rapides et précis, parce que les espaces où s’arrêter sont rares et étroits.

La vallée du Stangala est considéré comme le plus « extraordinaire paysage terrien de la Basse-Cornouaille ». La portion de vallée en gorge suit, sur environ 5 kilomètres, deux lignes de failles se croisant à angle droit.
Les pentes escarpées qui bordent l’Odet dans le Stangala, dépassent par endroit 45° de pente. Le fond de la vallée est parsemé de gros blocs de pierre qui permettent des passages à gué, lors des basses eaux.

En hiver, les niveaux d’eau les plus élevés de l’année permettent d’organiser une compétition de niveau régional, appelée « La Descente du Stangala ». Cette compétition est habituellement organisée en janvier ou février.

Vers 1870, Jean-Marie Déguignet, un des rares paysans du XIXe siècle ayant écrit son autobiographie, pense installer, au retour de la guerre du Mexique, son ermitage au Stangala. « Je n’ai pas pu oublier le projet que j’avais fait d’aller, en ermite, habiter ce désert sauvagement merveilleux, où j’aurais passé ma vie au milieu de mes amies les abeilles, paisible, loin du bruit, des fracas, des tracasseries, des félonies, des canailleries et des horreurs du monde civilisé… c’est encore là que je passe les meilleurs moments de ma vie à regarder les eaux de l’Odet bondir de rocher en rocher, et à contempler ces énormes roches suspendues à cent mètres au-dessus de la rivière, ces sauvages merveilles témoins d’un immense cataclysme. »
Déguignet (Jean-Marie), Mémoires d’un paysan bas-breton, P. 434-435, Ed. Arkae, Ergué-Gabéric, 2009.

Le parcours que nous (Le club de canoë-kayak des Alligators de Landerneau) avons suivi, au départ de Tréouzon, est longé par le GR38.

Continuer la lecture de « La descente du Stangala, kayak en Bretagne »

Randonnée en kayak de mer à la pointe du Diable

Dans le Goulet, lors de notre randonnée en kayak de mer à la pointe du Diable
Dans le Goulet, lors de notre randonnée en kayak de mer à la pointe du Diable

Ce matin Gilbert et moi avions envie de faire dans les 40 km. J’ai proposé d’aller à la pointe du Diable, une des pointes de la presqu’île de Roscanvel, en Bretagne (Finistère). Soit une randonnée en kayak de mer de 21 MN (39 km).

Une heure avant la basse mer, nous partons de la cale qui est en face du magasin Bekayak, c’est d’ailleurs pour moi l’occasion de tester ma première combinaison sèche, une Aleutian de Palm, qui vient de chez eux. Je l’ai acheté par précaution ; pour palier au danger de l’hypothermie, lors d’un bain involontairement un peu long en mer. http://www.snsm.org/conseil/prevenir-lhypothermie-en-mer

Nous naviguerons à une moyenne de 8km/h, des fois plus, en particulier quand le courant nous aidera au retour. Cela fait que nous atteignons la Cormorandière en une heure. Assez vite, nous sommes devant la pointe de Cornouaille où je teste le confort de ma combinaison sèche avec un premier esquimautage : bien, très bien, aucune entrée d’eau !

A la pointe des Capucins nous aurons des vagues chahuteuses en abondance, c’est l’occasion pour Gilbert de voir que son kayak de mer part facilement au surf. Devant nous se profile l’îlot Lieval et sa petite crique. On pense au pique-nique, mais, à marée basse, il y a beaucoup trop de rochers à l’entrée de la crique et nous préférons chercher une plage d’un accès plus doux pour nos kayaks. On passe donc la pointe du Diable, la pointe Tremet, puis la pointe du Pouldu, pour aller nous poser sur le sable de l’Anse du Pouldu, sur la plage de Trez Rouz. Continuer la lecture de « Randonnée en kayak de mer à la pointe du Diable »