Stage des aspirants moniteurs en Bretagne aux Roches du Diable

Aspirants moniteurs aux Roches du Diable.
Aspirants moniteurs aux Roches du Diable.

Samedi 12 avril 2014, la hauteur d’eau est de 0,74 m à la Loge Coucou.  Sept kayakistes du Finistère descendent l’Ellé aux Roches du Diable, sous la houlette de Vincent Salmon, moniteur de kayak du CKCQ (Canoe Kayak Club de Quimperlé).

Cette descente de l’Ellé ouvre une formation « aspirants moniteurs » étalée sur plusieurs sessions. Elle réunit aujourd’hui des kayakistes venant des clubs de kayak de Brest (Morgane, Guillaume et Jean-François), Landerneau (Soizic et Mathieu) et Telgruc (Christian et Titou). Vincent nous explique que le moniteur se place toujours entre l’éventuel danger et son groupe. Le moniteur connait la zone sur laquelle il encadre la navigation, il connait ses dangers (cravates, rappels, siphons, peignes). Dangers qui différent ici, selon le niveau d’eau (quand la hauteur d’eau à la Loge Coucou se situe entre 1 m et 1,40 m la navigation sur l’Ellé aux Roches du Diable correspond à une rivière de classe 4. Au dessous d’1 m, le passage des Roches correspond à une rivière de classe 3).

Après le briefing, Vincent nous demandera de nous engager un à un dans les premières étapes de cette descente, il veille de façon optimum à la sécurité de tous. Ainsi, il ne court pas le risque d’avoir plusieurs membres du groupe qui baigneraient simultanément.
Pour maitriser notre descente de rivière, nous utiliserons 3 techniques de base : bac, reprise de courant et stop. Vincent nous demande nos avis sur le choix du parcours, nous partageons nos réflexions sur la conduite d’un groupe, en ayant à l’esprit la sécurité de tous à tout moment.

On commencera la descente par de petites étapes qui nous mènent d’un contre-courant derrière une roche à un autre contre-courant derrière une autre roche.

Ici, les rochers ont des noms, utiles pour dialoguer sur les options de navigation. Vincent nous indique donc que nous passerons à gauche de la pyramide, tournerons à « droite toute » pour aller faire un stop dans le contre-courant situé juste après les « 3 moutons ».
Tout se passe bien, nous nous engageons un à un. Je suis les traces de Vincent, qui ouvre la voie. Cette place de second me permettra de faire quelques photos de mes ami(e)s quand ils passeront le palier qui suit la pyramide.

Peu après, je ferai une faute de gite, rattrapée par un esquimautage, Un peu plus bas nous nous amuserons dans les dernières veines d’eau du parcours.

Pour finir, nous travaillons les récupérations. Tour à tour, chacun d’entre nous va être soit récupérateur, soit récupéré. Morgane me ramènera à la berge en toute sécurité. Cette séance sera l’occasion pour moi d’apprendre à guider un kayak vide vers la berge.

En fin de séance, Marc Berçon, moniteur du CDCK29, nous rejoint. La semaine prochaine, il nous donne rendez-vous à Telgruc pour la session suivante.

.

Arrêté du 4 mai 1995 relatif aux garanties de technique et de sécurité dans les établissements organisant la pratique ou l’enseignement de la nage en eau vive, du canoë, du kayak, du raft ainsi que de la navigation à l’aide de toute autre embarcation propulsée à la pagaie : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?idSectionTA=LEGISCTA000006120338&cidTexte=JORFTEXT000000169385&dateTexte=20080429

 

La vallée de l’Ellé est un site du réseau Natura 2000, l’Ellé est par ailleurs la seule rivière classée « Rivière Sauvage de France » par le WWF. l’Ellé se prête à la pratique du kayak grâce à ses rapides, les plus réputés étant ceux des Roches du Diable, où se déroule régulièrement des épreuves sportives de très haut niveau. Ce passage est en effet classé III-IV selon le niveau d’eau pour la pratique du canoë-kayak. Cette activité se pratique de décembre à avril, car le débit de la rivière est trop faible le reste de l’année. Trois parcours s’offrent aux kayakistes : le parcours du Haut Ellé qui va de la station de pompage de Barrégan au Grand Pont, celui du Moyen Ellé qui va du pont de Loge Coucou aux Roches du Diable et le parcours du Bas Ellé qui va de Pont Ty Nadan à Quimperlé.

Auteur : Jean-François Delcamp

En dehors de sa passion pour le kayak, Jean-François Delcamp est professeur de guitare classique au Conservatoire de Brest métropole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.