Balade en kayak de mer en baie de Douarnenez

En kayak, sur une mer lisse comme un miroir
En kayak, sur une mer lisse comme un miroir

Hier, Gervais,Tanguy et Jean-Marie m’avaient invité à me joindre à eux. Nous devions nous retrouver au môle, près du Centre nautique municipal, pour une balade en kayak de mer en baie de Douarnenez.

Comme je suis arrivé en avance j’en ai profité pour aller flâner aux alentours. Assez vite, je repère un chemin qui, passant sous le cimetière marin de Tréboul, longe la côte vers l’ouest. Au passage je vois un groupe de figurants, des acteurs et une équipe de tournage au travail. La lumière est belle, il est 10h, nous sommes à la fin de l’automne. Un soleil bas irradie de couleurs chaudes la digue sur laquelle se déroule la scène. Un promeneur m’informe qu’il s’agit du tournage d’un téléfilm policier : « Meurtres en Cornouailles ». Jusqu’au 20 décembre, l’équipe tournera dans plusieurs lieux emblématiques de Douarnenez : le Port-Rhu, l’île Tristan, le cimetière marin de Tréboul.

Pour l’heure, je reviens vers le môle, c’est marée basse, l’île Tristan semble reliée au continent par un cordon de sable et de roches, nous devrons donc en faire le tour en kayak pour aller vers le fond de la baie, puis nous nous dirigerons vers le nord, vers l’anse de Ty Mark.

Bientôt les compagnons de navigation arrivent, nous déposons les kayaks sur le môle et nous nous équipons.

En kayak au Port du Rosmeur
En kayak au Port du Rosmeur
Douarnenez
Douarnenez

11h, Jean-Marie qui connaît bien les lieux, nous dirige vers le port du Rosmeur, en faisant le tour de l’île Tristan. J’ai pris mon Romany Sport en polyéthylène au cas où nous puissions faire un peu de rase-cailloux et de surf. Effectivement, passé la plage du Ry nous avons des cailloux à raser et nous en profitons bien. Tout ce que j’ai appris au mois de mars, lors du stage de rock hopping, en particulier les appels et la gîte, me sert pour ne pas rayer mon kayak. Il y a une petite houle de 0,40 mètre.

Trezmalaouen
Trezmalaouen

Ensuite nous longeons les plages de Kervel et de Sainte Anne. Je suis débutant en surf et les petites vagues sont parfaites pour moi, voire un peu facile, mais j’en profite. Je commence par longer la plage dans la ligne où les petites vagues déferlent, pour m’appuyer sur la vague et déraper avec elle, en prenant bien soin de gîter pour montrer mes fesses à la plage. Quand la vague qui déferle me pousse vers la plage, elle provoque un courant opposé à ma direction et qui passe sous ma coque. Si j’avais la mauvaise idée de gîter en montrant mes fesses au large, mon kayak serait retourné immédiatement.

Gervais
Gervais

A un moment, je vois l’un d’entre nous un peu près du bord, non seulement près de la zone où les vagues déferlent, mais aussi juste devant des roches pas du tout accueillantes. Comme une vague de houle nettement plus prononcée que les autres arrive, je crie « la houle arrive ! » mais ma voix ne porte pas assez et j’apprendrais ensuite que notre compagnon ne m’a pas entendu. Nous sommes un peu lents à faire la récupération de notre ami qui baigne dans une mer à 12°, il y a un peu de vent, heureusement l’anse de Ty Mark approche et nous servons à notre ami une soupe chaude, le soleil étant là, il récupère vite.

Maison Richepin
Maison Richepin

La pause pique-nique est l’occasion de discuter, le temps passe et, déjà, il faut songer au retour avant la nuit. Nous ne longeons pas la côte au retour, afin d’avoir moins de route. A l’approche de Douarnenez, la marée haute est proche (17h35), la mer se lisse et devient comme un miroir, Jean-Marie propose d’aller voir le Port-Rhu. Nous passons devant l’île Tristan, la maison Richepin.

Bernard Moulin
Bernard Moulin

Je vois trois kayakistes devant nous. Parmi les kayaks, il y en a un qui me fait penser au livre « Le kayak et la mer » de Bernard Moulin, je m’approche, dis bonjour, et là je crois bien reconnaître l’auteur du livre que j’ai vu en photo sur la quatrième de couverture. « Bernard Moulin ? ». Oui c’est bien Bernard, qui me charge de saluer un ami commun et qui nous présente la sardine-sirène qui orne l’entrée du Port-Rhu depuis 2003. Cette sculpture, les pieds dans l’eau, fut créée pour les 150 ans de la conserverie Chancerelle. D’un coté la sardine appelle les hommes à partir à la pêche, de l’autre la femme-sirène les appelle à rentrer au port.

Port-Rhu
Port-Rhu
ça passe tout juste
ça passe tout juste

Bernard et ses deux compagnons de navigation vont débarquer sur le quai, alors que nous poursuivons notre balade jusque dans le Port-Rhu.

Une fois à terre, Gervais, Jean-Marie et Tanguy offrent un café à la compagnie pour nous réchauffer avant de reprendre la route.

Merci à Gervais et ses compagnons de m’avoir invité et vivement la prochaine balade !

Auteur : Jean-François Delcamp

En dehors de sa passion pour le kayak, Jean-François Delcamp est professeur de guitare classique au Conservatoire de Brest métropole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.