Faire réparer sa combinaison sèche à Bourg Blanc

TCO - Technique Couture Oceane - Téléphone : 02 98 84 46 30
TCO – Technique Couture Oceane – Téléphone : 02 98 84 46 30

Hier, j’ai été, avec mon épouse, voir les gerbes d’écume sur la côte des légendes, entre Porspoder et Portsall. C’était sympa, mais la bière et le chocolat chaud après, dans un café, c’était sympa aussi !

En ce début janvier 2018, les tempêtes qui se succèdent ne laissent pas de répit. Carmen d’abord et puis Eleanor, ces jours-ci, ont causé des dégâts matériels et humains importants.

Il y a des nouvelles plus légères, comme, lundi 1er janvier, ce poulailler qui volait dans le Finistère, jusqu’à parcourir les 500 mètres qui le séparait de la route nationale :
http://www.letelegramme.fr/bretagne/tem … 798799.php
par miracle, cela n’a occasionné aucun accident sur la route.
Ou, hier, ce jeune phoque qui a du aller jusqu’à se réfugier sur l’herbe, entre le Creach et Pern, pour trouver un coin tranquille où se reposer.

Bien que j’ai la chance d’être en vacances, il est difficile d’aller se promener en kayak par des temps pareils.
Alors, pourquoi ne pas en profiter pour faire réparer ma combinaison sèche.

Je téléphone au 02 98 84 46 30, c’est le numéro de TCO (Technique Couture Oceane, 36 Rue Notre Dame, 29860 Bourg-Blanc).
Nicole à le temps, je peux passer cette après midi.

Sitôt la-bas, j’explique mes entrées d’eau au col et aux chaussettes, Nicole a vite fait d’estimer mon encolure et de remarquer que le col de ma combinaison s’est élargi de 2 centimètres. En le pinçant d’un cm de chaque côté, l’eau n’entrera plus.
Pour les chaussettes, Nicole va voir ce qu’elle peut faire, elle pense avoir une paire qui me conviendrait dans un carton.

On discute un peu et j’apprends que tout un groupe de kayakistes pécheurs, sont venus récemment faire poser des braguettes sur leurs combinaisons sèches. Pas bête ! Je ne savais pas qu’on pouvait rajouter ce truc bien utile.

Pour arranger mon col, il m’en coutera 20 euros. Top là, c’est ok ! Pour les chaussettes Nicole me dira ce qu’il en est.

Voila, c’est fini, je voulais juste partager avec vous cette bonne adresse.

Auteur : Jean-François Delcamp

En dehors de sa passion pour le kayak, Jean-François Delcamp est professeur de guitare classique au Conservatoire de Brest métropole.

3 réflexions sur « Faire réparer sa combinaison sèche à Bourg Blanc »

  1. est ce que tu peux me dire vraiment l’utilité d’une combinaison sèche chez nous en Bretagne, ses avantages et ses inconvénients sachant que j’ai posé la question aux pros du CKB et d’autres personnes qui me conseillent plutôt un pantalon et une vareuse qui pour eux est plus avantageux !

    1. Une combinaison sèche, à ta taille, à l’avantage que l’eau n’entre pas du tout. Une combinaison sèche coûte entre 300 et 800 euros, certains modèles ont des prix encore plus élevés. Une combinaison dure 3 ans, ou plus, si on est très, très, soigneux. On peut faire réparer une combinaison sèche si le col se détend ou si les chaussons deviennent poreux.

      Il faut absolument essayer une combinaison avant de l’acheter. Il existe des coupes, des modèles et des tailles différentes. Perso je trouve que la braguette est bien utile et je vérifie sa présence avant de m’intéresser au modèle. Attention, certaines rares personnes allergiques au latex vont mal supporter les chaussons si ils sont dans cette matière. Il existe des chaussons en tissus qui ne posent pas de problème aux personnes allergiques.

      Si tu navigues des fois seul, ou si c’est toi l’encadrant du groupe lors d’une navigation engagée : la combinaison devient un élément de sécurité. Si tu navigues en groupe sur les côtes de Bretagne, avec des personnes capables de te récupérer, même à proximité des roches, c’est effectivement un investissement inutile : un pantalon et une vareuse seront suffisants, même en hiver.

      Ma combinaison a une fermeture dorsale, j’arrive à la fermer tout seul à l’aide d’un petit bout que j’attache à la languette et aux barres de toit de ma voiture. Je tourne sur moi même et la languette bouge dans le sens que je veux. Sauf une fois, où j’ai coincé mon t-shirt dans la fermeture dorsale. J’ai du découper mon t-shirt à l’Opinel pour pouvoir enlever ma combinaison.

      Je mets ma combinaison quand je navigue seul en hiver, ou bien quand je navigue dans des courants forts, ceux qui peuvent rapidement m’éloigner du reste du groupe. Par exemple dans le courant de la Jument, dans le Golfe du Morbihan, par gros coefficient. Faut dire que mon esquimautage, malgré mon entraînement régulier, ne passe pas à tous les coups, il m’arrive encore de baigner. J’y arriverai un jour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.