Balade en kayak de mer à la pointe des espagnols

Il y avait bien longtemps que je n’avais pas pagayé. Une bronchite tenace m’a éloigné de l’eau pendant 2 mois entiers. Je m’étais inscrit au symposium CK/mer, mais je ne me sentais pas assez en forme pour y participer. Alors j’y suis allé, j’ai dit bonjour aux ami(e)s qui étaient présents et je suis rentré à Brest. L’organisation du symposium était top et l’ambiance un bonheur !

J’ai quand même suivi un atelier esquimautage groenlandais avec Manolo Pastoriza et Jérôme Le Ray. J’ai reçu de bien utiles conseils pour progresser à mon petit niveau (je ne pratique que l’esquimautage de base : le standard).

 

Pointe des Espagnols
Pointe des Espagnols
Pointe des Espagnols
Pointe des Espagnols

Ce jeudi midi, il y avait des rayons de soleil bien affirmés sur Brest. En ce moment, comme les petits vieux, j’attends qu’il fasse grand soleil pour sortir faire du kayak. Je suis parti vers le goulet, sans trop savoir où j’allais m’arrêter. Finalement je me pose à la pointe des espagnols. Au soleil et à l’abri de vent.

la corde qui donne accès à l'escalier
la corde qui donne accès à l’escalier

Alors que je mangeais sur l’estran, j’entends du bruit derrière moi. Je me retourne … rien, … un animal sûrement. Mais mon regard accroche une corde qui pend de la falaise, mes yeux suivent la corde. À 2,5 mètres du sol, je vois un vieil escalier qui monte vers les ruines datant de travaux de fortification entrepris sous Napoléon III. La corde est là pour aider à rejoindre l’escalier.

Je finis mon repas, mais la tentation d’aller y voir fait souche dans ma petite tête. Dés que j’ai terminé, je regarde si je peux monter avec l’aide de la corde. Pas évident, il manque des prises pour poser facilement les pieds. J’ai un peu peur d’abimer mes vêtements techniques de kayaks, qui valent assez cher, mais finalement j’arrive à me hisser sans abimer mes vêtements.

îlot de la Cormorandière vu du sentier
îlot de la Cormorandière vu du sentier

Un charmant petit chemin succède à l’escalier de pierre, il sinue et laisse entrevoir la mer. Le sol est baigné des lueurs chaudes du soleil, imprimées entre les ombres chinoises de la végétation.

 

 

les ruines
les ruines
les ruines
les ruines
l'île Longue au loin
l’île Longue au loin
Le vieil escalier
Le vieil escalier
Estran de la Pointe des Espagnols
Estran de la Pointe des Espagnols

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai pris mon appareil photo, et je commence à prendre des clichés en pensant à vous, chers lecteurs et lectrices de mon blog.

genêt
genêt

Une bonne partie du plaisir que j’éprouve en parcourant ce sentier tient à l’imprévu de cette petite balade à pied dans les anciennes fortifications du goulet de Brest. Au tournant du sentier, s’offre à mes yeux un genêt en pleine floraison et des vues inédites sur la rade.

 

Spaghettis de mer
Spaghettis de mer

Tout content de cette trouvaille, je reprends la mer. Au passage je cueille des spaghettis de mer pour ce soir, j’ai la crème fraiche et la sauce saté à la maison. Je compte faire découvrir ça à ma femme, à l’heure de l’apéro.

 

Travaux sur le polder
Travaux sur le polder

Au retour je prendrais ma pagaie tempête, histoire de ne pas oublier les mouvements d’usage. Il n’y a pas assez de houle pour tenter du saute cailloux, mais je me ferai deux passes faciles, pour tester mon habileté à diriger mon bateau dans les chicanes.

 

Si vous emmenez des amis en kayak à la pointe des Espagnols, ne leur dites rien du vieil escalier et de la corde. Trouvez un prétexte pour les faire approcher et qu’ils les découvrent eux-même, leur plaisir sera plus grand.

La vie est belle, la mer aussi et vive le kayak !

Auteur : Jean-François Delcamp

En dehors de sa passion pour le kayak, Jean-François Delcamp est professeur de guitare classique au Conservatoire de Brest métropole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.