Le Romany Surf, un kayak de jeu maniable et stable

Romany surf devant le phare du Minou
Romany surf devant le phare du Minou

Depuis plusieurs années, je désirais un kayak nettement dédié au jeu (surf, mer agitée et rase-cailloux), mais qui permette quand même d’emporter dans ses caissons le minimum pour randonner un week-end. Histoire de pouvoir aller de spot en spot, en passant par les îles de Bretagne, pour faire du surf sur les veines de courants qui sont près de chez moi.

En quelques années, j’ai essayé la plupart des kayaks de jeu qui sont sur le marché français. Au final, j’hésitais entre un Atlantic et un Romany Surf, non pas qu’ils soient meilleurs que les autres kayaks de jeu, mais parce qu’ils conviennent parfaitement à ma morphologie (1,84 mètre, 84 kilos).

Finalement, la semaine dernière, j’ai pris sans hésitation celui qui était disponible chez Bekayak : un magnifique Romany Surf, dont le pont noir, orné du dragon de la marque (Nigel Dennis Kayaks), est en kevlar/carbone, alors que la coque rouge est en fibre de verre. Le liseré, l’hiloire et la bande de ragage sont blancs. De l’avis général, le mix kevlar/carbone est le meilleur compromis poids/robustesse.

Romany surf
Romany surf

Lors de l’essai, les formes et comportements du bateau m’ont convaincu de faire le bon choix  :
– la faible hauteur du pont arrière facilite les esquimautages. Pas de soucis pour terminer son esquimautage groënlandais classique, le dos reposant sur le pont arrière. Sans connaitre, comme trop souvent, le contact douloureux des lombaires sur le bord arrière de l’hiloire.
– un siège bas, en fibre de verre, qui permet de profiter au maximum du volume du cockpit.
– une bonne stabilité primaire du bateau, vérifiée en faisant un équilibre assis sur le pont arrière.
– un grand hiloire qui offre un embarquement et une évacuation aisée.
– un cockpit ergonomique qui offre deux zones préformées et surélevées pour loger cuisses et genoux. Ces zones préformées aident au contrôle de la gîte, aussi bien vers l’extérieur que vers l’intérieur.
– un kayak qui vire bien à la gîte, j’ai fait des 360° avec 4 ou 5 grandes circulaires.
– une bonne stabilité secondaire, vérifiée en tenant, sans effort particulier, une gîte de 45°
– pas de soucis pour des appuis en godille sur la tranche.
– une dérive qui permet de compenser finement l’effet du vent pour conserver la route choisie, testée hier lors de ma balade avec du 4 Bft.
– la forme, les couleurs (rouge, noir et blanc), le dragon stylisé sur le pont avant : tout ça m’a plu.
Il est beau mon bateau !

A l’issu de l’essai, j’ai préféré enlever le dossier du siège qui ne me sert pas. Vu que, par ergonomie et pour prévenir les lombalgies, j’ai adopté la position légèrement inclinée vers l’avant. Position qui permet une meilleure propulsion (on commence son coup de pagaie au niveau des pieds) et place le bassin en antéversion, ce qui est meilleur pour le bien être des lombaires. De plus, quand on est légèrement penché en avant, on sent mieux les mouvements du bateau. J’ai conservé le bloc de mousse qui soutient le rebord arrière du siège.

Au sujet de l’antéversion du bassin en kayak de mer, voir : http://www.ffcanoe.asso.fr/renseigner/savoir/publications/docs/Memoire%20Juillaguet.pdf

Comme je ne suis pas très habile, j’ai demandé à Fabien, qu’il perce (avec un petit fer chaud) les languettes des couvercles de trappes, pour y passer une cordelette, afin d’attacher les couvercles à la ligne de vie.

Romany surf
Romany surf

Caractéristiques du Romany Surf :
Longueur : 4.92 m
Largeur : 55 cm
Profondeur : 34 cm
Habitacle : 165 Litres
Caisson avant : 64 Litres
Caisson de jour : 42 Litres
Caisson arrière : 43 Litres
Volume total : 314 Litres
Poids : 23 kg (version 50/50 kevlar-Carbone)
Une bande de ragage
Une dérive rétractable

En conclusion, de longues heures de jeu et de plaisir m’attendent sur les veines de l’archipel de Molène, et, si je suis sage et que je m’entraine bien, j’aurai peut-être le bonheur d’aller surfer sur le raz de Sein.

Auteur : Jean-François Delcamp

En dehors de sa passion pour le kayak, Jean-François Delcamp est professeur de guitare classique au Conservatoire de Brest métropole.

2 réflexions sur « Le Romany Surf, un kayak de jeu maniable et stable »

  1. Merci citoyen pour l’info, c’est tjs un plaisir de te lire.
    Je comptais te questionner car tu en avais parlé dans une publication antérieure. Super, j’ai mes réponses sur tes mesures et ton avis m’intéresse vu ton expérience.
    Je l’avais vu chez bekayak. Il est beau, et nous en parlions ce matin avec Fabien au magasin.
    As tu essayé le zegull ?
    Bon vent, bonne mer Jeff.
    Laurent alligators

    1. Bonjour citoyen, oui j’ai essayé le Zegul Arrow Play d’un ami il y a deux ans, c’est un très bon bateau mais, malheureusement, il ne correspond pas à ma morphologie.
      Belles navigation en rivière et en mer,
      Jef

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.