Tour de Ouessant en kayak de mer, à partir de Port Mazou

la station de l’ancien téléphérique qui reliait Nividic à Ouessant.

À 14h20, je pars de Port Mazou (commune de Porspoder). Ici, les bateaux sont amarrés à des pieux de 10 mètres, constitués d’arbres enfoncés avec leurs racines dans  l’anse naturelle. Des pierres consolident la base de chaque pieu. Port Mazou à Porspoder (29) et Gwin-Zegal à Plouha (22) sont, en France, les deux derniers ports traditionnels de ce type.

Je donne le premier coup de pagaie avec un retard de 50 minutes sur l’horaire prévu. Résultat, je dois corriger mes caps à la louche. Parti un peu vite, j’ai oublié mon éponge et ma pompe, j’espère ne pas baigner. Au cas où, j’ai mis dans mon cockpit la bouteille de lait vide qui me sert habituellement de fardier, elle pourra me servir d’écope pour les petites quantité.  Si j’embarquais beaucoup, j’utiliserai mon casque, il a une meilleure capacité.

Mon bien aimé Romany sport ayant la dérive cassée, je ressors du garage mon ancien Xplore-L. Il est franchement plus rapide que le Romany surf, mais moins marin, je devrais prendre un peu plus d’appuis que d’habitude. Ce qui, entre parenthèses, est bon pour moi. Si je veux m’affuter, ce n’est pas top d’avoir toujours un bateau facile.

Vu les 20° et le 4 Beaufort, je mets ma vareuse sur les épaules, sans l’enfiler, je la pose sur mon torse pour qu’elle protège mon côté exposé au vent de nord-ouest. C’est un bon compromis dans ces conditions. Enfiler la vareuse par ces températures me ferait l’effet d’un sauna.

Ouessant

Passé le chenal du Four, j’aborde une zone calme, émaillée de napperons d’algues qui stagnent. Les fous de Bassan viennent jusqu’ici, à partir de l’île Rouzic, pêcher la nouriture destiné à leur jeune petit. Ils sont en escadrille, en vol rapide, scrutant la mer à la recherche du repas. Par moment un ou deux membres de l’escadrille piquent, plongent et pêchent.

Puis ce sont des couples de Puffin des anglais qui me dépassent, l’un par la gauche, l’autre par la droite, curieux de m’observer au passage. Je verrai aussi un fulmar.

16h27, Mein Korn s’aligne avec Kéréon, je double le Stiff puis passe Cadoran. La mer bouge et je dois maintenant être tout à mon affaire de naviguer, je cesse d’observer les oiseaux ou la côte. Je tâche de faire le lien entre ma perception de la gîte et de l’assiette subis avec ce que je vois des complexes mouvements d’eau qui combinent la houle principale d’un mètre cinquante, avec les 30 centimètres de mer du vent et l’éventuel ressac. Je m’aperçois que je réagis mieux à la gîte vers la gauche qu’à celle vers la droite. Alors j’étudie mes réactions pour faire en sorte de réagir à droite comme à gauche. Au passage, ça fait bientôt 7 ans que je fais du kayak et je n’en avais pas encore pris clairement conscience jusqu’à aujourd’hui. Aïe aïe, je ne suis pas une flèche ! (Mais je m’amuse bien quand même).

le Créac'h
le Créac’h
le Créac'h
le Créac’h
une clef
une clef

 

 

 

 

Passé Cadoran, Keller, Calgrac’h et Créac’h se dévoilent à mes yeux tous les trois d’un coup. J’ai là un paysage que j’aime plus que d’autres.

Au passage, je profite de l’estran de Keller pour prendre dans mon caisson une bouteille d’eau et une barre de pâte d’amande. Rasséréné, je repars de Keller. À ma gauche, au niveau de Calgrac’h, je vois un train de vagues établi qui comptent quelques belles statiques. Je ne me sens pas d’y aller jouer et je continue droit vers  Créac’h, ses roches sombres ourlées de blanc d’écume.

Nividic
Nividic
la station de l’ancien téléphérique qui reliait Nividic à Ouessant.
au pied d'une clef
au pied d’une clef

Suivent les clefs et le phare de Nividic, là aussi ça brasse bien, de nouveau j’oublie l’appareil photo et les beautés de la côte pour me concentrer sur les mouvements d’eau.

la Jument
la Jument
Roc'h Hir
Roc’h Hir

Passé la pointe de Pern, j’ai enfin le vent favorable.

Dans la baie de Lampaul stationne l’abeille Bourbon. En début d’après midi, alors que je veillais le 16 sur ma VHF, j’ai entendu qu’il y avait un remorquage dans la zone d’Ouessant, la remorque faisant 600 mètres de long. Peut-être était-ce l’abeille qui était au travail ?

Je fais un peu de rase-cailloux dans les belles couleurs chaudes qu’offre le soleil bas et j’approche de mon bivouac.

Je monte la tente, je dine. À peine rentré sous la tente, une petite averse débute tambourinant sur mon toit de toile. Avant de m’endormir j’aurai le plaisir peu courant d’entendre le chant plaintif du fulmar.

 

 

Armel
Armel
Bannec
Bannec

Dimanche matin, je retrouve Armel. Ensemble nous allons au Youc’h. De là nous traversons Fromveur. C’est la première fois que je le passe dans la troisième heure de marée. La houle et le vent sont plus doux qu’hier, le coefficient est faible (45). Finalement, la traversée est facile. Alors que, sagement, je rejoins Bannec, je vois Armel qui s’amuse, au passage, dans les statiques du Fromveur.

Peu après nous nous séparons. Armel continue sa route pour boucler son tour de Ouessant, alors que je m’en vais vers Port Mazou.

Au retour, je verrai également des fous de Bassan et des puffins des anglais. J’arriverai droit vers Port Mazou, ayant pris soin, cette fois, de repérer deux bons amers lors de mon départ.

fin de rando à Port Mazou
fin de rando à Port Mazou
Tour d'Ouessant en kayak de mer, 36 MN
Tour d’Ouessant en kayak de mer, 36 MN

Vivement la prochaine !

 

3 réflexions sur « Tour de Ouessant en kayak de mer, à partir de Port Mazou »

  1. Bonjour Jean-François,
    Je suis en Bretagne et je voudrais bien faire un rando de kayak la semaine prochaine ou suivante (avant le 26/8). Vous organisez les randos vous mêmes ou avec une organisation? J’aimerais bien améliorer quelques techniques et faire une expédition? Vous connaissez quelqu’un qui peut m’aider?

    1. Bonjour Sarah, il m’arrive de proposer des randos ou d’y participer. En particulier avec les membres de CK/mer, de kayakistesdemer.org , ou du club de Plouhinec. Malheureusement je serai loin de la Bretagne au moment où vous êtes disponible.
      Je vous recommande de voir avec ces guides professionnels qui exercent le plus souvent en Bretagne, avec eux, vous apprendrez particulièrement bien :
      Agnès Penisson
      Christian Scalbert
      David Appéré
      Guillaume Huppert
      Jean-Marc Terrade
      Vincent Achard
      Yann Lemoine

      Vous pouvez utilement publier une annonce sur le forum https://www.kayakistesdemer.org/ , probablement un ou une des membres du forum sera disponible pour vous accompagner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.